Filature Levavasseur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Filature Levavasseur
Filature Levavasseur -1.JPG

Filature Levavasseur

Présentation
Destination initiale
Filature
Destination actuelle
Ruinée
Style
Construction
1857
Hauteur
38 m
Propriétaire
Département de l'Eure
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Division administrative
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Eure
voir sur la carte de l’Eure
Red pog.svg

La filature dite Levavasseur au lieu-dit Fontaine-Guérard à Pont-Saint-Pierre est une cathédrale industrielle, construite au milieu du XIXe siècle sur un ex-bien national et conservée à l'état de ruine depuis son incendie en 1874 [2].
Elle est souvent confondue avec l'abbaye Notre-Dame de Fontaine-Guérard, qui se trouve à proximité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Filature Levavasseur

En 1822, à la suite de difficultés économiques, Adolphe Guéroult vend son domaine industriel constitué d'une filature de laine, de coton et d'une manufacture de draps établi sur le site de l'abbaye Notre-Dame de Fontaine-Guérard à Radepont au baron Levavasseur. Edouard (dit Jacques) Levavasseur est un manufacturier et armateur au Havre. Il importait lui-même son coton d'Amérique sur ses propres navires pour fournir ses filatures. Il remet en état le site, le restaure et l'améliore. Il meurt le .

Son fils Charles, associé dans la gestion de l'établissement depuis ses débuts, devient propriétaire du domaine. Quelques mois plus tard, un incendie ravage la filature de laine. En 1844, l'achat du château de Radepont le rend propriétaire de terrains sur plus de cinq kilomètres le long de l'Andelle. À la suite de nouveaux incendies sur les deux autres lieux de production en 1851, Charles Levavasseur décide de raser le site industriel et d'établir en aval la nouvelle usine, afin de dégager la vue sur l'ancienne abbaye. En 1855, il projette la reconstruction de la filature. Pour faire tourner les machines de la filature prévue pour 300 ouvriers, il dévie le cours de l'Andelle et fait construire un canal. Les travaux commencent en 1857. L'usine, de style néogothique anglais, mesure 96 m de long pour 26 m de large. Les cheminées, cachées dans les tours aux quatre coins, s'élèvent à 38 m de hauteur, sur 5 niveaux de planchers. Une deuxième filature, dite « petite filature » (96 m de long et 20 m de large) est construite à proximité. En 1861, l'usine commence sa production.

Le 23 août 1874, un incendie ravage la grande filature. Charles Levavasseur passe alors l'affaire à son fils Arthur. L'assurance ne pouvant prendre en compte la totalité des travaux, seule la petite filature est restaurée et remise en activité. En 1913, un nouvel incendie a lieu mais n'empêche pas à l'activité de se poursuivre. Quand Arthur meurt en 1923, Jacques puis Bernard Levavasseur lui succèdent.

Le château de Radepont et son parc sont vendus. Fernand Colombel fait don en 1937 de l'abbaye de Fontaine-Guérard à l'Armée du salut.

Le 16 décembre 1946, un nouvel incendie dans la petite filature met fin à toute activité sur le site. Seul un bâtiment est reconstruit au droit du barrage où est installé une turbine fournissant du courant au réseau EDF.

Dans les années 1960, le site est racheté par le département de l'Eure. Le département prévoit la restauration du site pour permettre la visite d'un des derniers témoignages des grandes filatures du milieu du XIXe siècle construites comme les châteaux de l'industrie du Nord de la France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail
  2. « Filature », notice no IA00016804, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Belhoste, « L'Andelle, une grande vallée textile normande », dans L'Archéologie industrielle en France, n°53 (décembre 2008), p. 34-43.
  • Éric Catherine, Balade au fil de l'eau. À la rencontre des moulins. Filatures & fonderies de la vallée de l'Andelle, Les Éditions Mémoires et Cultures, La Chapelle-Montligeon, 2009, 143 p.
  • Jean-François Belhoste, « La filature Levavasseur à Fontaine Guérard : un monument du patrimoine industriel en quête d'avenir », dans Études normandes, n°2, 2009
  • Emmanuel de Roux, Patrimoine industriel, p. 136-141, Éditions Scala, Paris, 2007 (ISBN 978-2-86656-406-3)