Château de Fals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Fals
Image illustrative de l’article Château de Fals
Façade côte parc
Début construction XVIIIe siècle
Destination initiale Château
Propriétaire actuel Privé
Protection  Inscrit MH (1953)
Coordonnées 44° 05′ 34″ nord, 0° 40′ 26″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Agenais
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Commune Fals

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Fals

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Château de Fals

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

(Voir situation sur carte : Lot-et-Garonne)
Château de Fals

Le château de Fals est un vestige du château français situé à Fals.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château a été fondé à une date inconnue[1]. Les parties les plus anciennes peuvent remonter au XIIe siècle. Quelques vestiges des substructions du château médiéval subsistent dans le sous-sol de l'aile droite du château.

Jean de Comère, seigneur de Fals et de Pis, s'est marié en deuxièmes noces avec Domengue d'Esparbès, dame de Pis. Elle a fait son testament le 9 avril 1555 faisant de Jean d'Esparbès, fils de Pierre d'Esparbès, seigneur de Belloc dans le diocèse d'Auch, son héritier universel. Béraud d'Esparbès, fils aîné de Pierre d'Esparbès, s'était marié en 1553 avec Françoise de Comère, fille de Jean de Comère, et son héritière universelle par le testament de 1552[2]. Silvestre d'Esparbès de Lussan du Gout, baron de Lamotte-Bardigues, seigneur de Fals, capitaine puis gouverneur d'Auvillar, conseiller au parlement de Toulouse en 1667[3]. Son petit-fils, Michel d'Esparbès de Lussan du Gout est appelé le comte de Lussan. La seigneurie de Fals est restée dans la famille d'Esparbès jusqu'au XVIIIe siècle.

Les façades, les toitures et la décoration du XVIIIe siècle du salon et de la salle à manger ont été inscrites au titre des monuments historiques le [4].

Architecture[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Tholin, Notes sur la Féodalité en Agenais, p. 178, Revue de l'Agenais, 1898, tome 25 (lire en ligne)
  2. De La Chesnaye-Desbois et Badier, Dictionnaire de la noblesse, p. 392 (lire en ligne)
  3. De La Chesnaye-Desbois et Badier, Dictionnaire de la noblesse, p. 380 (lire en ligne)
  4. « Château », notice no PA00084114, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]