Saint-Laurent-la-Roche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent et La Roche.

Saint-Laurent-la-Roche
Saint-Laurent-la-Roche
Vue du centre.
Blason de Saint-Laurent-la-Roche
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Saint-Amour
Maire délégué Jean-Paul Gaulier
Code postal 39570
Code commune 39488
Démographie
Gentilé Catoulans
Population 339 hab. (2014)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 58″ nord, 5° 30′ 46″ est
Altitude Min. 270 m
Max. 578 m
Superficie 11,13 km2
Historique
Commune(s) d’intégration La Chailleuse
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Franche-Comté
City locator 15.svg
Saint-Laurent-la-Roche

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte topographique de Franche-Comté
City locator 15.svg
Saint-Laurent-la-Roche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Laurent-la-Roche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Laurent-la-Roche

Saint-Laurent-la-Roche est une ancienne commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de La Chailleuse.

Ses habitants sont les Catoulans.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Saint-Laurent-la-Roche est situé au sommet du premier chaînon occidental des monts Jura, à dix kilomètres au sud de Lons-le-Saunier ; il fait partie du premier plateau, tout en dominant la plaine Bressane.
  • L'aspect du village est tout à fait pittoresque et digne des sites du haut Jura et de la Suisse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Gevingey
Cesancey
Geruge Bornay Rose des vents
Grusse (Val-Sonnette) N Arthenas (La Chailleuse)
O    Saint-Laurent-la-Roche    E
S
Rotalier Augisey

Économie[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

  • « Etienne II, comte vassal de Bourgogne, fit bâtir un château formidable sur le sommet de la roche. Bientôt de nombreux habitants se groupèrent sous la protection de la nouvelle forteresse, et formèrent un bourg qui fut clos de murailles. »

Etienne de Dizier avait épousé, à Louhans, en 1319, Huguette de Sainte-Croix, célèbre par sa beauté. Huguette habita le château de Saint-Laurent avec son époux. Celui-ci très dépensier, finit par engloutir sa fortune, et quoique beau cavalier, devint bientôt tout à fait odieux à son épouse. Un penchant incestueux qu’elle avait pour son beau-frère Guillaume, châtelain d’Alièze, la conduisit à l’assassinat. Une nuit de février 1328 fut choisie pour enlever Etienne de son château. On l'enferma dans une salle basse, mais on n'osa encore le tuer. Cependant, à force d'or et de caresses, Huguette décida un paysan à tuer son mari. Etienne fut étranglé, et son cadavre jeté dans une profonde cavité, au sein des bois, entre Alièze et Présilly, où il fut retrouvé deux ans après par un oiseleur. Huguette épousa ensuite Philippe de Vienne, sire de Pymont, l’un des plus brillants seigneurs de Bourgogne. Ceci est la version d'historiens du XIXe siècle, notamment de Edouard Clerc et Jules Finot. En réalité on sait que très peu sur le physique et sur les pensées de dame Huguette. Quant au "penchant incestueux" envers son demi-frère, rien n'est prouvé. Il est plus probable que, étant le cadet, Guillaume aura eu l'idée de tuer son frère pour devenir le seigneur et hériter des richesses.[1]

Philippe II, roi d’Espagne, ordonna en 1570 que la forteresse de Saint-Laurent fut démantelée. Le château fut saccagé par les protestants en 1578.

Il résista à l'invasion des troupes françaises du fourbe Henri IV en 1595 et n'ouvrit pas ses portes.

Quelques réparations y furent faites en 1636. Après la paix de Westphalie, le prince d’Orange auquel avait été restitué le château y fit une entrée solennelle le 28 octobre 1648. Le château défendu par Lacuzon fut complètement détruit en 1668 par les habitants de Lons le saunier sur les ordres des troupes françaises. Une gravure sur cuivre fut réalisée par Van Der Meulen, juste avant sa destruction.

De nos jours, un œil avisé y distingue une première enceinte (basse-cour) au sein de laquelle a été mis au jour les vestiges du puits restant insondé, le tout protégé par un premier fossé remblayé, puis une seconde enceinte avec fossé taillé dans le roc vif et protégeant la partie seigneuriale à proprement parler[2].

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Bel-Air[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint-Laurent-la-Roche.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :


d’or aux deux étais de gueules rangés en fasce, la jambe senestre du premier et la jambe dextre du second passées en sautoir et unies à la croisure, la cime du 1er terminée par une croisette patté, celle du 2nd par une tour ajourée du champ; la croisure cantonnée aux flancs et en pointe, de trois flammes du même et en chef d’un écusson coupé de gueules à la fleur de souci d’or, et d’azur à l’épée d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
    Paul Gaubey    
    Abel Jacquier    
  1983 Louis Marion    
1983 1986 Jacques de Bouclans    
1986 2008 Roger Guillot    
2008 2014 Jacky Bride[4]    
2014 31 décembre 2015 Jean-Paul Gaulier DVG Ingénieur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 339 habitants, en diminution de -3,69 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
751718742676645653610577521
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
499491485499467459462458419
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
408410395371338304306300235
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2009 2014
241203198243260276336352339
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fresque Eglise St-Laurent-La-Roche.JPG
  • Le village de Saint-Laurent-la-Roche est une ancienne cité médiévale.
  • Le château fut construit sur les débris d’un castellum romain, qui avait probablement remplacé une enceinte gauloise, car nul doute que les tribus Séquanes et ensuite les Romains n’eussent remarqué la facilité de défense de ce point escarpé.

C’était un des manoirs du Moyen Âge les mieux fortifiés par la nature et par l’art, de tout le Comté de Bourgogne. Grâce à sa position, grâce à l’épaisseur de ses murailles, il est resté intact jusqu’à la fin du XVIIe siècle, sentinelle avancée pour défendre la province contre les attaques des ennemis ; aussi se hâtèrent-ils de détruire le vieux donjon, qui restant debout aurait invité encore le peuple d'alentour à la résistance.

  • Le Bourg :

La place était entourée de trois côtés, au nord, au matin et au midi par de bonnes fortifications. Quant au côté de l’ouest, regardant la France, son escarpement presque à pic, le rendait inaccessible à cette époque. Les remparts, à matin, avaient été prolongés jusque devant et en bas le châtelet, et comme en dessous de ce rempart il y avait un petit vallon (les Condamines) bas et allongé, la place était considérée comme imprenable avant l’invention de la poudre.

Le bourg, contigu à l’enceinte même du château et étalé sur le revers de la montagne était entouré par d’épaisses murailles, défendues par de grosses tours aux angles, avec portes munies de ponts-levis.

En face de la Mairie, à l'entrée du Bourg, une de ces tours, actuellement encore habitée présente une très belle archère-canonnière datable de la fin XIVe - début XVe.

En l'an 901, une chapelle a été érigée. Puis le reste de l'église a été édifié. Elle se compose d'un porche, d'une nef, d'un chœur, d'un clocher sur le milieu de la nef, de 4 chapelles et d'une sacristie. Des traces de fresques subsistent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

    • Lacuzon, de son vrai nom Claude Prost (né à Longchaumois dans le Jura v. 1607 - mort à Milan en Italie 1681) : résistant et indépendantiste comtois ; il séjourna au château de Saint-Laurent-la-Roche (où il établit, en novembre 1641, son quartier général).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monographie sur Sain-Laurent-la-Roche de M. Gaillard, 1911.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. À ce sujet, lire : La perversion d'Huguette de Sainte-Croix, article de Mme Bonin-Michelot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 38 (été 1978), p. 8.
  2. Panneau d'information de la table d'orientation sur le site
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .