Château de Belval (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de Belval.

Château de Belval
Période ou style Néorenaissance
Début construction 1904
Propriétaire initial Famille Nansé
Coordonnées 48° 24′ 37″ nord, 7° 02′ 42″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Commune Le Saulcy

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Belval

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Château de Belval

Géolocalisation sur la carte : Vosges

(Voir situation sur carte : Vosges)
Château de Belval

Le château de Belval est un château de style néorenaissance bâti au début du XXe siècle sur la commune du Saulcy dans le nord-est du département français des Vosges en région Grand Est.

Nom[modifier | modifier le code]

Le château porte le nom de la commune limitrophe de Belval et non de la commune Le Saulcy où il est implanté.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il a été terminé en 1904, initié par Louis-François Nansé (1847 1902) et son épouse Marie Julie Louis (1858 1926), industrielle originaire de Senones (Vosges).

La famille Nansé s'installe dans cette vallée des Vosges au lendemain de la guerre de 1870, construisant des usines textiles, le château, des dépendances, profitant de cet âge d'or du textile vosgien. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la crise économique et des différends familiaux font péricliter l'affaire. Pendant la Première Guerre mondiale, le front se situant en amont, le château est occupé par l'armée allemande. Des cartes postales allemandes montrent le château qui présente une toiture différente de l'actuelle, suite à un incendie (date inconnue). Le château est repris par une autre famille d'industriels du textile, les Laedrich. Il fut réquisitionné par la Gestapo pendant la Seconde Guerre mondiale. Les résistants des villages alentour y furent enfermés, voire torturés en 1944. Un monument attenant relate les déportations qui s'en suivirent[2]. Il servit aussi aux enfants des usines André Citroën qui venaient en colonie de vacances dans les années 1960.

La Caisse Régionale d'Assurance Maladie du Nord-Est, gestionnaire du site, y accueillait jusqu'en 2006 des retraités bénéficiaires des minima sociaux pour des séjours de vacances. Mis à la vente, le château resta pendant longtemps sans trouver preneur. En 2014, le château a trouvé un acquéreur privé.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]