Château de Belœil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belœil.

Château de Belœil
Image illustrative de l’article Château de Belœil
Propriétaire actuel Maison de Ligne
Destination actuelle Habitation privée
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1949, 1992, no 51008-CLT-0002-01)
Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine exceptionnel (2013, Le site de l'ensemble du domaine du château des Princes de Ligne., no 51008-PEX-0001-02)
Site web http://www.chateaudebeloeil.com
Coordonnées 50° 33′ 04″ nord, 3° 43′ 49″ est[1]
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Commune Blason de Belœil Belœil

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Château de Belœil

Le château de Belœil est un château belge construit pour les princes de Ligne à Belœil, commune francophone située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

Le château et son parc appartiennent depuis le XIVe siècle à la Maison de Ligne. Il est situé au milieu d’un jardin baroque dessiné en 1664. Le château et les jardins peuvent être visités au printemps comme en été.

Historique[modifier | modifier le code]

Belœil devint possession de la famille de Ligne dès 1394 [2].

Au début du XVe siècle, le château fut choisi comme première résidence de la famille. Le vieux château était un bâtiment fortifié rectangulaire protégé par des douves ainsi que quatre tours rondes situées à chaque coin. Cette structure de base est toujours présente, bien que les façades et l’intérieur aient été profondément modifiés lors des siècles suivants.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le château fortifié fut transformé en une luxueuse maison de campagne selon le style français.

Il se compose d'un édifice élevé sur trois côtés d'un terre-plein quadrangulaire entouré de douves, dont le quatrième côté est fermé par un portique ajouré plus bas. Le château est précédé par une avant-cour bordée par deux bâtiments de dépendances, également située sur un terre-plein quadrangulaire entouré d'eaux.

L'une des façades latérales est précédée par un ample miroir d'eau.

À partir de 1664, en avant du parc furent créées des allées rectilignes et des étangs géométriques imposant différentes perspectives. Les bosquets typiques – petites placettes entourées de hautes haies – furent préservés malgré la mode changeante des XVIIIe et XIXe siècles, lorsque le jardin anglais était préféré. L'élément le plus imposant du parc est le grand bassin (120-430 mètres). Un petit jardin avec une ruine fut installé dans le proche voisinage du château par Charles Joseph, Prince de Ligne.

Les intérieurs étaient décorés de fins ameublements et de collections d’art de la famille.

Le vendredi 14 décembre 1900 au matin, un incendie frappa le château qui brûla entièrement. La plupart du mobilier incluant une bibliothèque de 20 000 volumes et la collection d’art purent être évacués.

Le château fut reconstruit dans un style presque identique de 1901 à 1906 par l’architecte Ernest Sanson, alors que l’intérieur était redécoré avec une partie des pièces de la collection de Ligne [3].

Le château est ouvert à la visite.

Le château de nuit

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://wikimapia.org#lat=50.550878&lon=3.730278&z=16&l=2&m=b
  2. Histoire du Château de Beloeil
  3. Andrée Scufflaire, Jean Dugnoille, Pierre Mouriau de Meulenacker, Joost De Geest, Le Château de Beloeil, Gand, Ludion Editions, , 128 p. (ISBN 90 5544 020 5), p. 30-31

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andrée Scufflaire, Jean Dugnoille, Pierre Mouriau de Meulenacker, Joost de Geest, Le Château de Beloeil, 1994, Gand, Ludion Editions, 128 p. ISBN 90 5544 020 5