Aller au contenu

Cause (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Infernet

L’Infernet
Ruisseau des Infernets
Illustration
L’Infernet à la station hydraulique des Gaudinettes, Vauvenargues
Caractéristiques
Longueur 20,8 km
Bassin 45 km2 bassin versant jusqu’au barrage Zola
Bassin collecteur l’Arc
Débit moyen 0,081 m3/s (Limnimétre des Gaudinettes Vauvenargues)
Nombre de Strahler 2
Organisme gestionnaire SABA
Régime pluvial méditerranéen
Cours
Source versant Nord du pic des Mouches
· Localisation montagne Sainte-Victoire
· Altitude 900 m
· Coordonnées 43° 32′ 27,9″ N, 5° 38′ 59,3″ E
Confluence la Cause
· Localisation sortie de la gorge de La Petite Mer
· Altitude 190 m
· Coordonnées 43° 31′ 37,8″ N, 5° 30′ 31,5″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Vallat des Rayols, ruisseau du Delubre, Jas du Bimont
· Rive droite ruisseau du Sambuc, source de Vauvenargues
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Bouches-du-Rhône
Principales localités Vauvenargues

Sources : Livre « l’or bleu du Tholonet »

Cette rivière du département français des Bouches-du-Rhône présente une caractéristique, elle change de nom au milieu de son parcours[Note 1]. Elle se nomme l’Infernet sur son cours supérieur et la Cause sur son cours inférieur [1],[2],[3].

L’Infernet

[modifier | modifier le code]

L’Infernet, ou ruisseau des Infernets, est le nom du cours supérieur d’une rivière du département français des Bouches-du-Rhône. Au Tholonet elle change de nom pour devenir la Cause. Elle prend sa source sur le flanc Nord-Est de la montagne Sainte-Victoire et se jette dans l'Arc à Palette (Masse d'eau : FRDR10255[Note 2]).

Cours de l’Infernet

[modifier | modifier le code]

L’Infernet prend sa source sur la commune de Vauvenargues, sur le versant Nord de la montagne Sainte-Victoire entre le hameau de Claps et le pic des Mouches. Il se dirige vers l'Ouest, longeant le village de Vauvenargues, jusqu'à la retenue du barrage de Bimont. Il s'oriente ensuite au Sud-Ouest et entre dans des gorges très étroites, Il se jette alors dans la retenue du barrage Zola, ancien bassin d'alimentation en eau de la ville d'Aix-en-Provence. L’Infernet descend ensuite vers le Sud et passe sous le barrage de La Petite Mer, ancienne réserve d’eau du château du Tholonet[Note 3].

C’est, selon différents auteurs[1],[2],[3], à la sortie de la gorge de La Petite Mer ou au niveau de la cascade sous les ruines du pont aqueduc romain sur les hauteurs du Tholonet, que l’Infernet change de nom pour devenir la Cause.

La Cause se jette dans l’Arc à Palette.

Communes traversées

[modifier | modifier le code]
  • Rive droite :
    • Ruisseau du Sambuc
    • La source de Vauvenargues
  • Rive gauche :

Eaux de l’Infernet

[modifier | modifier le code]

Les eaux de l’Infernet sont de bonne qualité chimique et écologique grâce à un apport externe d’eau brute continue (les fuites du barrage Bimont, lui-même alimenté par le Verdon via le canal de Provence)[7].

Régime Hydraulique

[modifier | modifier le code]
Barrage Bimont.

À l’amont du barrage Bimont

[modifier | modifier le code]

Pluvial méditerranéen.

Le régime pluvial méditerranéen présente un minimum très profond en été, les assecs sont fréquents, avec un seul maximum en hiver.

À l’aval du barrage Zola

[modifier | modifier le code]

Les deux grands barrages présents sur cette rivière, écrêtent les crues, et à l’aval du barrage Zola le débit est pérenne et quasiment constant.

L’Infernet à sec

À l’amont du barrage Bimont

[modifier | modifier le code]

En amont du barrage Bimont, le débit de l’Infernet est typique du régime pluvial méditerranéen, les assecs sont fréquents en été. Le débit moyen annuel est de 81 litres par seconde.

Comme pour toutes les rivières de Provence, les crues sont rapides et violentes. La crue avec une période de retour de 1 000 ans présente un débit maximal estimé de 300 m3/s. La plus grosse crue connue, depuis la construction de barrage Bimont, date du , le débit a été évalué à environ 75 m3/s[8].

La station de mesures hydrauliques des Gaudinettes (code station Y4105210[9]) mesure les débits de l’Infernet à l’endroit où il se jette dans la retenue du barrage Bimont, altitude 344 m, le bassin versant est ici d’environ 28 km2[10].

Débit moyen mensuel (en litres par seconde)
Station hydrologique : Vauvenargues (Gaudinettes)
(1954-2018)
Source : hydro.eaufrance.fr Code station Y4105210

À l’aval du barrage Zola

[modifier | modifier le code]

En aval du barrage Zola, grâce aux infiltrations des deux barrages qui écrêtent les crues, le débit est pérenne et quasiment constant, il est d’environ 50 litres par seconde[11].

Ouvrages hydrauliques

[modifier | modifier le code]
Barrage Zola.
Barrage de la Petite Mer

Comme pour toutes les rivières de Provence de nombreux ouvrages hydrauliques ont été construits le long de son cours[3]. Mais les trois plus importants sont les trois barrages voûtes :

  • Le barrage Bimont (Cote 351, w3w : croire.clôturer.augmentons). Barrage voûte mis en service en 1952 sur la commune de Saint-Marc-Jaumegarde. Il est alimenté principalement par l'eau du canal de Provence, amenée par une galerie souterraine.
  • Le barrage Zola (cote 242, w3w : infliger.ligament.groupage). C'est le tout premier barrage voûte de l'ère industrielle. À ce titre, il constitue une innovation technique de premier ordre dans le domaine des ouvrages hydrauliques. Mis en service en 1854 il restera le plus grand barrage de France jusqu’en 1866
  • Le barrage de La Petite Mer (cote 205, w3w : piqueter.chanter.conifère). Petit barrage voûte construit au Moyen Âge, en 1475, pour alimenter le nouveau château du Tholonet. La cause passe actuellement librement par la vidange. Subsiste une roue dentée de commande sur ce qui passe maintenant pour un simple pont.
  • Le "barrage Romain" est en fait composé d'un aqueduc[12] (cote 195, w3w : aucun.brodeuse.criant), avec en partie basse un petit barrage (cote 186) servant de départ au bief alimentant les bassins du château cachant un autre barrage plus ancien (voir ci dessous).

La Cause
Ruisseau du Tholonet
Illustration
La Cause au pont de Palette, le Tholonet
- Vue aval -
Caractéristiques
Longueur 3,3 km (mesurée sur le Geoportail)
Bassin 50 km2
Bassin collecteur L’Arc
Débit moyen 0,050 m3/s (Le Tholonet) Débit quasiment constant
Nombre de Strahler 2
Organisme gestionnaire SABA
Régime Pluvial Méditerranéen
Cours
Origine L’Infernet
· Localisation Sortie de la gorge de La Petite Mer
· Altitude 190 m
· Coordonnées 43° 31′ 37,8″ N, 5° 30′ 31,5″ E
Confluence L’Arc
· Localisation Palette, Le Tholonet
· Altitude 150 m
· Coordonnées 43° 30′ 25,9″ N, 5° 29′ 26,7″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Le Camp Long
· Rive droite Ruisseau de la Risante et de Saint Jacques
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Bouches-du-Rhône
Principales localités Le Tholonet

Sources : Livre « l’or bleu du Tholonet »

La Cause, ou Cose selon sa forme ancienne[13], est le nom de cette rivière sur la partie finale de son cours.

Cours de la Cause

[modifier | modifier le code]
Château du Tholonet.

La Cause démarre à la sortie de la très étroite gorge de La Petite Mer. Ce lieu se nomme, dans la tradition orale du Tholonet, « Le bout du monde »[3]. La Cause descend vers le sud, passe à 180 mètres d'altitude à l'emplacement des ruines de l'aqueduc romain conduisant les eaux de Saint-Antonin-sur-Bayon à Aquae Sextiae. C’est aussi ici que se cache sous les tufs de la cascade un barrage voûte romain[3]. Nous avons donc à cet endroit deux vestiges romains différents le pont aqueduc et le barrage. Ensuite, la Cause descend en pente légère jusqu'au hameau de Palette, où elle rejoint l'Arc, son fleuve collecteur, à 150 mètres d'altitude.

Commune traversée

[modifier | modifier le code]
  • Rive droite :
    • Ruisseau de la Risante
    • Ruisseau de Saint Jacques
  • Rive gauche :
    • Le Camp Long

Eaux de la Cause

[modifier | modifier le code]

Les eaux de la Cause sont d’aussi bonne qualité chimique et écologique que celles de l’Infernet.

Régime Hydraulique et débits

[modifier | modifier le code]

Nous sommes en aval du barrage Zola, le régime hydraulique est non naturel. Les deux grands barrages présents en amont, écrêtent les crues, et le débit est pérenne et quasiment constant. Il représente environ 50 litres par seconde.

Ouvrages hydrauliques

[modifier | modifier le code]

Comme pour toutes les rivières de Provence de nombreux ouvrages hydrauliques, pour l’irrigation agricole, ont été construits le long de son cours[3]. L’alimentation du château du Tholonet, ou l’eau avait une grande importance, assurait l’irrigation des prairies et des jardins, alimentation de plusieurs fontaines et des bassins. Mais surtout, trois moulins utilisaient la force motrice de la Cause pour moudre les grains, écraser les olives et couper les blocs de marbre du Tholonet. Plusieurs points de captages pour l’irrigation sont encore visibles dans le plaine de Palette.

Barrages voûtes

[modifier | modifier le code]

L’Infernet / la Cause aura été, durant 2 000 ans une zone privilégiée pour les hydrauliciens. Nous avons quatre barrages voûtes, sur seulement 4 km de rivière, construits à quatre époques de l’histoire des techniques :

  1. Une autre rivière possède cette particularité c’est la rivière d’Apt dans le Vaucluse. Elle se nomme le Calavon sur son cours supérieur et le Coulon sur son cours inférieur.
  2. Numéro de masse d'eau commun à l'Infernet et à la Cause
  3. Une autre « preuve » du changement de nom de cette rivière, au milieu de son parcours, provient de la bibliographie décrivant les différents barrages construits pour barrer son cours. En effet, les trois barrages de cette rivière, Bimont[4], Zola[5] et La Petite Mer[6]. sont tous construit sur le cours de l’Infernet et pas sur celui de la Cause.
  4. L’IGN, pour respecter la « règle » du nom unique entre la source et l’embouchure, écrit sur ses cartes la Cause tout le long du cours de cette rivière et nomme, abusivement, l'Infernet le ruisseau qui descend du vallon du Delubre.
  5. Ruisseau qui donnera son nom au barrage Bimont.

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Le Tholonet & la Cause, Paulin Cheilan, Le Mémorial d'Aix du jeudi .
  2. a et b Chroniques de la Cose et du Tholonet, Roger De Morant, Société du Canal de Provence, reprographie, Le Tholonet, 1989.
  3. a b c d e et f L’or bleu du Tholonet, Philippe F. Bernascolle, Les Presses du Midi, Toulon, 2019.
  4. Barrage Bimont sur le site « Bimont fait peau neuve »[1].
  5. Barrage Zola sur le site « Planète TP »[2]
  6. "La vallée de l’Infernet et ses ouvrages hydrauliques", Bernard Sabatier & Myriam Boinard [3]
  7. Plan d’Aménagement et de Gestion Durable (PAGD) du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) du bassin versant de l’Arc – « Etat des lieux, partie 2/4 » – Page : 87.
  8. Paul Royet & Robert Chauvet, Etablissement du Plan Particulier d’Intervention du barrage Bimont et information de la population, Colloque du Comité Français des Grands Barrages, Mai 2001, à Aix-en-Provence.
  9. « L'Infernet à Vauvenargues (Gaudinettes) ».
  10. P. Brigode, B. Génot, Fl. Lobligeois & O. Delaigue, « L'Infernet à Vauvenargues, station des Gaudinettes ».
  11. PAGD du SAGE de l’Arc – « Etat des lieux, partie 3/4 » – Page : 122.
  12. « Les aqueducs romains d’Aix-en-Provence – randomania plus » (consulté le )
  13. "La Cause et ses richesses", in Sainte-Victoire, éd. Édisud / Association pour le reboisement et la protection du Cengle-Sainte-Victoire, Aix-en-Provence, 1998, p. 24, 25.

Sur les autres projets Wikimedia :