Catherine Dasté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Catherine Dasté
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (90 ans)
BeauneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Enfant

Catherine Dasté est une femme de théâtre, comédienne, metteur en scène, née le à Beaune[1]. Héritière de la maison Copeau, elle est pionnière du théâtre « jeune public ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Catherine Dasté est issue de personnalités du théâtre : elle est la fille de Jean Dasté et Marie-Hélène Dasté, et la petite-fille de Jacques Copeau[2]. Elle étudie l'art dramatique à l'Old Vic Theater de Londres[3]. C'est là qu'elle rencontre Graeme Allwright, avec qui elle revient en France et qu'elle épouse en 1951[2]. Ils ont bientôt trois fils, Christophe, Jacques et Nicolas ; sa carrière professionnelle est alors en suspens[2].

Théâtre et jeune public[modifier | modifier le code]

En 1959, elle rejoint avec son époux les Tréteaux de la Comédie de Saint-Étienne, pour un projet de pièce de théâtre inventée par des enfants[4]. La famille s'installe pour cette expérience en 1961 à Dieulefit, où elle entame un travail de production de textes avec des enfants de 12 à 14 ans de l'école secondaire de la Roseraie[3]. La pièce Les musiques magiques en est issue.

Baignée par son héritage théâtral, elle rencontre Ariane Mnouchkine en 1967. Celle-ci lui propose de lui prêter ses acteurs le matin pour monter un spectacle pour enfants. Ses mises en scène (L'Arbre sorcier, Jérôme et la tortue, Glomoel et les pommes de terre, etc.) s'élaborent à partir de textes directement écrits par des enfants. Elle fonde alors la compagnie La Pomme verte[1] dont elle est directrice de 1969 à 1980.

A cette époque Graeme Allwright, repris par le goût du voyage, part pour de longs séjours, en Ethiopie puis en Inde.

Elle dirige le Théâtre des Quartiers d'Ivry de 1985 à 1992[5],[6].

Avec l'appui de Françoise Dolto, elle crée le premier centre dramatique national (CDN) pour l'enfance et la jeunesse, au théâtre de Sartrouville[6].

Depuis, elle se consacre autant au jeune public qu'à un public adulte, travaillant avec des écrivains contemporains comme Michel Puig ou Jacques Jouet.

La Maison Copeau[modifier | modifier le code]

Pernand Copeau.JPG

Catherine Dasté dirige la Maison Jacques-Copeau, qui appartenait à Jacques Copeau. Cette charmante maison, située à Pernand-Vergelesses (Côte-d'Or), accueille des comédiens, des étudiants du monde entier et des écrivains, faisant de cette maison un lieu propice aux rencontres et échanges. Elle crée les Rencontres Jacques Copeau à Pernand-Vergelesses, qu'elle organise jusqu'en 2004, année où elle passe la main à Jean-Louis Hourdin.

Elle est présidente de la compagnie des Compagnons de route, créée en 2003 par son fils Christophe, la comédienne-dramaturge Juliette Speranza et le comédien Emmanuel Collin ; compagnie dans laquelle on retrouve, notamment, le comédien Jacques Fornier, fondateur du théâtre de Bourgogne.

Elle soutient les Contes Givrés de Bourgogne, festival organisé par l'association Antipodes dont elle est la marraine[7].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédienne[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Dramaturge[modifier | modifier le code]

  • 1960 : Les Musiques magiques, pièce pour enfants, Comédie de Saint-Etienne, 1960, mise en scène de l'autrice
  • 1961 : Cyclomène le triste, pièce pour enfants, Comédie de Saint-Etienne
  • 1968 : L'Arbre sorcier : Jérôme et la tortue, pièce pour enfants écrite avec les enfants de l'école de Sartrouville, Cirque Montmartre (Théâtre du Soleil), 24 mars 1968 ; Avignon, théâtre municipal, 1er août 1969, mise en scène de l'autrice
  • 1969 : Glomoël et les pommes de terre, pièce pour enfants écrite avec les enfants de l'école de Ménilmontant, Aubervilliers, Théâtre de la Commune, 15 décembre 1968 ; Théâtre de Sartrouville (La Pomme Verte), 1971, mise en scène de l'autrice
  • 1969 : Tchao et Lon-né, pièce pour enfants écrite avec les enfants de l'école de Sartrouville, Théâtre de Sartrouville (La Pomme Verte), 1969, mise en scène de l'autrice
  • 1970 : Les Loups, pièce pour adolescents, petit TNP, salle Gémier (La Pomme verte), 15 juin 1970, mise en scène de l'autrice
  • 1970 : Il était une île, pièce pour enfants, écrite avec les enfants d'une école, petit TNP, Salle Gémier (La Pomme verte), 15 juin 1970, mise en scène de l'autrice
  • 1972 : Jeanne l'ébouriffée, pièce pour enfants, Théâtre de Sartrouville (La Pomme Verte)
  • 1977 : Visage de sable, pièce écrite avec des lycéens, Théâtre de Sartrouville (La Pomme Verte)
  • 1978 : Les Dames de Julietta et Jérôme dans le gouffre, Malakoff, Théâtre 71
  • 1980 : Aux limites de la mer, co-écrit avec Armando Llamas, Théâtre de Sartrouville (La Pomme verte), 1980

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dasté, Catherine (1929-...), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 17 septembre 2018)
  2. a b et c « Catherine Dasté, femme de théâtre au passé présent », La Libre,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2018).
  3. a et b Andrée Lévy-Bonavita, « Catherine Dasté ou l'opportunité d'un travail avec les enfants », Travail théâtral,‎ , p. 65
  4. « Une expérience hors série », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2020)
  5. « Catherine Dasté », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 17 septembre 2018).
  6. a et b Catherine Dasté, « Qu'est-ce qui produit du théâtre ? Entretien réalisé par Sonia Pavlik », sur http://agon.ens-lyon.fr (consulté le 18 février 2020)
  7. Voir sur association-antipodes.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andrée Lévy-Bonavita, « Catherine Dasté ou l'opportunité d'un travail avec les enfants », Travail théâtral,‎ , p. 65-75 (lire en ligne)

Archives[modifier | modifier le code]

Catherine Dasté a déposé ses archives professionnelles et personnelles aux archives municipales de Beaune.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]