Cassier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Cassier (Acacia farnesiana ou, pour certains auteurs, Vachellia farnesiana), appelé parfois Cassie ancienne, Cassie du Levant, Mimosa de Farnèse, est une espèce d'arbuste. Il appartient à la famille des Mimosaceae selon la classification classique, ou à celle des Fabaceae, sous-famille des Mimosoideae, selon la classification phylogénétique.

C'est un acacia à inflorescence globuleuse et fortement parfumé largement répandu dans les régions tropicales.

Aux Antilles françaises, il est connu sous les noms de acacia jaune ou acacia odorant.

Description[modifier | modifier le code]

Feuilles, fleurs et fruits du cassier

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

C'est un arbuste[1] qui atteint une hauteur de 8 à 10 m environ. Les branches retombantes sont armées de longues épines stipulaires, droites et blanches, de 1,5 à 5 cm.

Les feuilles sont composées et bipennées, à 2-8 paires de pennes. Chaque penne porte 10-25 paires de folioles et chaque foliole peut atteindre une longueur de 5 (-7) mm environ pour 1,5 mm de largeur. Le pétiole de 4-10 cm porte une petite glande.

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Il possède une floraison en glomérules (12 mm de diamètre) de fleurs jaunes, très parfumées.

Les fruits sont des gousses cylindriques, brunes à noirâtres d'environ 7 cm de longueur. Les graines, brunes, mesurent jusqu'à 7 mm de longueur[2].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Aire de répartition

Cette espèce est originaire d'Amérique tropicale, et répandue par l'homme dans d'autres zones chaudes du monde, comme dans de nombreux pays d'Afrique, et en Australie. Elle est commune dans les Antilles françaises.

Peu exigeant en ce qui concerne la nature du sol, cet arbuste préfère les situations ensoleillées et résiste à la sécheresse. Aux Antilles, on le trouve dans les fourrés épineux de la série xérophile.

Le cassier et l'homme[modifier | modifier le code]

On extrait des fleurs une huile utilisée en parfumerie. En Australie, le feuillage de cet arbuste est parfois utilisé pour nourrir le bétail. Mais son usage le plus commun est ornemental ; il peut être planté seul ou en bosquet, mais il est aussi utilisé pour constituer des haies[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Fournet, Flore illustrée des phanérogames de Guadeloupe et de Martinique, Gondwana editions, Cirad,‎ 2002 (ISBN 2-87614-489-1 (Cirad, Tome 1). - 2-87614-492-1 (Cirad, Tome 2).)
  2. a et b Juan-Alberto Rodriguez Pérez, Flore exotique dans les îles Canaries, Leon, Espagne, Editorial Everest,‎ 1990, 236 p. (ISBN 84-241-4668-9), p. 7

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :