Carrie Derick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carrie Derick
Carrie Derick.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Carrie Derick (Saint-Georges-de-Clarenceville, 14 janvier 1862 – Montréal, 10 novembre 1941) est une botaniste canadienne et la première femme professeur dans une université canadienne [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrie Derick est née en 1862 à Saint-Georges-de-Clarenceville.

Fervante partisane de l'égalité entre les femmes et les hommes, elle a été présidente du Montreal Local Council of Women de 1907 à 1911.

Au début du 20e siècle, les femmes avaient peu accèes aux universités. Elle fait partie des premières femmes à avoir été admises à l'Université McGill. Elle a obtenu une maîtrise en botanique en 1896. En 1901, elle poursuit ses études à l'université de Bonn, en Allemagne, pour obtenir un doctorat[2].

Carrie Derick est la première femme au Canada à avoir accédé au rang de professeure titulaire, en 1912, à l'Université McGill. En tant que chercheuse, elle est reconnue à l'échelle internationale pour ses travaux scientifiques. Elle a fondé le département de génétique de l'Université de Montréal

Elle a aussi milité pour le droit de vote des femmes[3]. Elle a été cofondé la Montreal Suffrage Association, qu'elle a dirigée de 1913 à 1919.

Carrie Derick est décédée en 1941 à l'âge de 79 ans.

Bourse Carrie-Derick[modifier | modifier le code]

La bourse décernée par Marie Bouillé a été créée en l'honneur de Carrie Derick.

L'objectif du concours est de mettre en lumière la contribution des jeunes femmes et des professionnelles de Haut-Richelieu à la promotion et à l'avancement des sciences.

La candidate retenue doit provenir du territoire de la MRC Haut-Richelieu ou y étudier. Elle doit faire la démonstration de son excellence académique et de son implication à l’avancement de la discipline scientifique soit par des activités parascolaires (expo-sciences, club scientifique, etc.) ou encore de recherches et de publications[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Carrie Derick: Canada’s first female professor taught at McGill », McGill University
  2. Caroline Deschenes, « Des femmes d'hier et de demain que l'on remarque », Le Canada français,‎ , CAHAB9
  3. Dumont, Micheline., Le Feminisme Quebecois Raconte A Camille., (ISBN 9782890912694, OCLC 681981362, lire en ligne)
  4. Centre des femmes du Haut-Richelieu, « Centre de femmes du Haut-Richelieu: Bourse Carrie Derick », sur www.centrefemmeshautrichelieu.ca (consulté le 27 mars 2017)