Sonsorol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Sonsorol (île)
 Ne doit pas être confondu avec Sorol.
Sonsorol
Drapeau
Drapeau
Carte de l’État de Sonsorol.
Carte de l’État de Sonsorol.
Administration
Pays Drapeau des Palaos Palaos
Type État
Chef lieu Dongosaro
Démographie
Population 100 hab. (2005)
Densité 33 hab./km2
Langue(s) Sonsorolais, paluan
Géographie
Altitude Min. 0 m
Superficie 3 km2

Sonsorol est l'un des seize États qui forment les Palaos.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

L'État de Sonsorol regroupe quatre îles qui sont du nord au sud : Fanna, Sonsorol, Pulo Anna et Merir. Avec les îles de l'État de Hatohobei, elles forment les îles du sud-ouest des Palaos.

Géographie administrative[modifier | modifier le code]

Sonsorol est subdivisé en quatre municipalités, chacune correspondant à l'une des îles et possédant, à l'exception de Fanna qui est actuellement inhabitée, un village. Le centre administratif de l'État est situé dans le village de Dongosaro, sur l'île de Sonsorol.

Commune (île) Village Superficie (km2) Population (2005) Coordonnées
Fanna aucune 0,54 0 5° 21′ 09″ N, 132° 13′ 32″ E
Sonsorol Dongosaro 1,36 - 5° 19′ 28″ N, 132° 13′ 16″ E
Pulo Anna Puro 0,5 - 4° 39′ 34″ N, 131° 57′ 49″ E
Merir Melieli 0,9 - 4° 19′ 27″ N, 132° 18′ 37″ E
État de Sonsorol Dongosaro 3,30 100 -

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'arrivée des Européens[modifier | modifier le code]

Selon le gouvernement de l’État de Sonsorol, les îles sont habitées depuis au moins 500 ans[1]. Les légendes des habitants racontent que les premiers colons seraient venu du nord-est, des îles Yap. Cependant, cette origine reste incertaines et selon certains Anciens, ils venaient de Mogmog, de l'archipel Woleai ou des îles de l'atoll d'Ulithi[1].

Découverte par les Européens[modifier | modifier le code]

Les premiers Européens à rencontrer des Sonsorolais de Sonsorol et Fanna furent membres de l'équipage du navire espagnol Trinidad, alors commandé par Gonzalo Gómez de Espinosa, le 6 mai 1522[2],[3]. Ces deux îles furent répertoriées sous le nom collectif des îles San Juan car elles ont été aperçue le jour de la Saint-Jean. Une expédition de missionnaires espagnols mené par le Sargento Mayor Francisco Padilla est arrivée à Sonsorol le 30 novembre 1710, en provenance de Manille à bord du patache Santísima Trinidad. En 1712, les îles furent explorées par une expédition commandée par l'officier de la marine espagnole Bernardo de Egoy[4]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, un recensement mené par l'Allemagne a compté plus de 300 habitants sur les îles de Pulo Anna et de Sonsorol[1].

Depuis les années 2000[modifier | modifier le code]

En décembre 2012, l’État a été frappé par le typhon Bopha et les habitants furent évacué vers Akebesang à Koror. Il y avait alors 37 personnes de Sonsorol, 19 de Pulo Anna et 2 de Merir. Deux mois plus tard, et du fait d'une décision gouvernementale, seul Sonsorol fut ré-habité (moins cher et plus proche afin d'obtenir et d'envoyer des ressources). 42 personnes sont retournées sur l'île, qui est, depuis 2014, la seule île habitée de l’État.

Politique[modifier | modifier le code]

Populations et sociétés[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L’État compte 100 habitants.

Langues[modifier | modifier le code]

Les langues parlées dans l’État sont le sonsorolais, une langue chuuk locale, et le paluan[1].

Ressources alimentaires[modifier | modifier le code]

Les ressources de l'île repose principalement sur la pêche, les fruits et les racines. Les ressources marines comprennent notamment les poissons coralliens, les tortues et les grands bancs de poissons[1]. Les fruits sont principalement la noix de coco, la banane et le fruit à pain[1]. Enfin, les racines sont notamment les ignames, le taro géant (moruye) et l'arrow-root de Tahiti[1].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Ierago 2016
  2. Brand 1967, p. 119
  3. Sharp 1960, p. 10
  4. Coello 1885, p. 247

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Donald D. Brand, The Pacific Basin: A History of its Geographical Explorations, New York, The American Geographical Society,
  • Andrew Sharp, The discovery of the Pacific Islands, Oxford,
  • (es) Francisco Coello, « Conflicto hispano-alemán », Boletín de Sociedad Geográfica de Madrid, Madrid, vol. XIX,‎
  • (en) Laura Ierago, « History », sur le site du Gouvernement de Sonsorol (consulté le 7 octobre 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]