Cardiacs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cardiacs
Autre(s) nom(s) The Filth, Cardiac Arrest, The Obvious Identity, The Alphabet
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Art rock, post-punk, punk progressif[1], rock expérimental, pop psychédélique[2]
Années actives Depuis 1977 (en pause)
Labels Alphabet Business Concern
Composition du groupe
Membres Tim Smith
Jim Smith
Bob Leith
Kavus Torabi
Cathy Harabaras
Melanie Woods
Anciens membres Michael Pugh
Peter Tagg
Colvin Mayers
Ralph Cade
Mark Cawthra
Sarah Smith
Dominic Luckman
Tim Quy
William D. Drake
Graham Simmonds
Marguerite Johnson
Christian Hayes
Jon Poole
Sharron Fortnam
Clare Lemmon
Dawn Staple

Cardiacs est un groupe de rock britannique, originaire de Kingston upon Thames, Greater London, en Angleterre. Il est formé en 1977. Leur style musical combine un large éventail de genres musicaux et a souvent été qualifiée de « pronk », contraction de progressif et punk, bien que le chanteur Tim Smith lui préfère simplement le terme de psychédélique ou pop. Leur musique est soutenue par le chant singulier et les paroles poétiques et cryptiques de Smith[3],[4],[5],[6].

Selon la revue musicale Organ, « une seule chanson des Cardiacs peut contenir les idées suffisantes à la carrière entière de la plupart des autres groupes »[7].

Biographie[modifier | modifier le code]

Cardiac Arrest (1977–1980)[modifier | modifier le code]

Les frères Jim et Tim Smith ont grandis à Chessington, Surrey, et formeront leur premier groupe dans le quartier voisin de Kingston upon Thames, Greater London[2]. En 1975, Tim, encore adolsecent, joue de la guitare dans un groupe de « punky-psychédélique » sans nom avec deux amis d'école – Mark Cawth (à la batterie) et David Philpot (au clavier).

Le groupe devient finalement Cardiacs en 1977. La formation initiale comprend Michael Pugh au chant, Tim Smith à la guitare et aux chœurs, et Peter Tagg à la batterie. La formation est complétée par Jim Smith, qui se joint à la basse et aux chœurs. Les frères Smith, Tagg et Pugh jouent leur premier concert en 1978 au Kaleidoscope de Kingston upon Thames, sous le nom de The Filth (parfois rappelé incorrectement Philip Pilf and the Filth)[8]. À la période de leur second concert (également organisé au Kaleidecope la même année), le groupe devient Cardiac Arrest. Cardiac Arrest produit une démo sept pistes aux Elephant Studios de Londres et devient un sextuor après avoir recruté Colvin Mayers (claviers) et Ralph Cade (dont la contribution est principalement théâtrale sur scène avec un saxophone et des pas de danse). Le groupe joue dans des pubs, auberges de jeunesse, écoles, hôtels et festivals gratuits.

Le premier single vinyle de Cardiac Arrest est enregistré aux Elephant Studios et s'intitule A Bus for a Bus on the Bus, publié en 1979 au label Tortch Records. Plus tard dans l'année, Peter Tagg et Ralph Cade quittent le groupe (pour former The Trudy avec Derek Tagg) et le multi-instrumentiste Mark Cawthra devient le batteur du groupe. Michael Pugh quitte aussi le groupe peu de temps après, et Tim Smith se met au chant tout en jouant de la guitare[9]. À cette période, Cardiac Arrest opère comme un groupe de jazz ou même comme une équipe de football, qui garde des musiciens sur le banc de touche pour éviter les absences. Le futur percussionniste des Cardiacs, Tim Quy, joue d'abord avec le groupe au nightclub Snoopies de Richmond au début de 1980 : cette période marque aussi l'arrivée de la saxophoniste Sarah Cutts[10]

Plus tard en 1980, Cardiac Arrest sort une cassette auto-promotionnelle intitulée The Obvious Identity[11]. L'album est produit par Tim Smith avec uen éthique punk/DIY en tête[9]. Au final, 1 000 cassettes sont enregistrées, mais seulement vendus aux concerts.

Débuts des Cardiacs (1981–1983)[modifier | modifier le code]

En 1981, Cardiacs auto-produisent la cassette album, Toy World, qui comprend d'anciens et nouveaux morceaux de la période Cardiac[11]. En 1982, Colvin Mayers quitte le groupe pour se joindre à The Sound (un groupe mené par Adrian Borland et avec qui Tim a anciennement collaboré). Sarah Cutts reprend brièvmeent les claviers live et le saxophone, avant le passage de Mark Cawthra de la batterie aux claviers, et l'arrivée de Dominic Luckman à la batterie.

À la mi-1983, Mark Cawthra quitte le groupe pour être remplacé par William D. Drake. Tim Smith avait rencontré Drake en 1982 pendant ses débuts sur scène avec le groupe Honour Our Trumpet[12]. Au départ de Cawthra, Smith est invité par Drake à se joindre au sein des Cardiacs. Drake joue son premier concert avec le groupe le 31 août 1983. À un certain moment en 1983, Tim Smith produit deux passages de comics intitulés Peter and His Dog et Peter and His Dog Spot[13],[14].

The Seaside et Seaside Treats (1984–1985)[modifier | modifier le code]

À l'automne 1984, le groupe, établi comme sextuor, est considéré comme « la formation classique » – Tim Smith (chant et guitare), Jim Smith (basse et chant), William D. Drake (claviers et chant), Sarah Smith (saxophones et chant), Tim Quy (percussions et basse) et Dominic Luckman (batterie)[11].

La première sortie des Cardiacs avec cette formation dite classique est le troisième album, The Seaside[11]. L'album est publié par leur propre label, Alphabet (plus tard rebaptisé Alphabet Business Concern). La mythologie sinistre et bizarre de Alphabet Business Concern devient la partie la plus importante des prestations artistiques des Cardiacs, et les membres le revendiquent à chaque occasion[11],[2]. Le groupe se transforme en un groupe théâtral, impliquant uniformes, et maquillages[10].

Un projet dérivé des Cardiacs – Mr and Mrs Smith and Mr Drake – émerge en 1984. Comme le nom le suggère, il représente Tim et Sarah Smith, en plus de William D. Drake, et reprend les morceaux de Cardiacs dans un style acoustique discret. Ce projet publiera une cassette album seulement disponible au fan club des Cardiacs. Plus tard, ce projet est rebaptisé The Sea Nymphs[11].

Le 1er avril 1985, une tentative de filmer les Cardiacs se fait lors d'un concert aux Surbiton Assembly Rooms. Le groupe fait la rencontre du réalisateur Mark Francombe (plus tard membre des Cranes) et de son collègue Nick Elborough, à cette période tous les deux étudiants du Portsmouth College of Art and Design. Francombe et Elborough leur offre de les filmer pour un projet d'étudiant. Cependant, après avoir vu les résultats, le groupe décline l'offre et refuse de donner son feu vert pour le publier. À la place, ils gardent Francombe et Elborough pour un nouveau projet vidéo intitulé Seaside Treats, nommé d'après le single homonyme publié à cette période.

De Big Ship à On Land and in the Sea (1986–1991)[modifier | modifier le code]

En 1986, Cardiacs publie le mini-album Big Ship. Le groupe joue au Reading Festival le 24 août, publiant un montage audio de l'album Rude Bootleg[11].

En mars 1987, un tabloïd britannique, The Sunday Sport, publie une histoire qui est une sorte d'exposé révélant une relation supposément incestueuse entre Tim et Sarah Smith, dans lequel lequel le couple est décrit comme frère et sœur. Le titre est In the bizarre world of music... anything goes – even incest[15].

En 1988, Cardiacs publient leur quatrième album, A Little Man and a House and the Whole World Window[11]. Le single Is This The Life?, de l'album, est un bref succès dans les charts grâce aux diffusions télévisées et radio, et attire l'attention d'un public plus large lorsqu'il atteint l'Independent Top 10 britannique[2]. Le groupe consolide ce succès avec un autre single, une reprise de Susannah's Still Alive de The Kinks accompagnée d'un clip réalisé par Steve Steve Payne. Plus tard dans l'année, Cardiacs enregistre ce que deviendra leur cinquième album, On Land and in the Sea, qui est publié en 1989[11].

Heaven Born and Ever Bright (1991–1994)[modifier | modifier le code]

Cardiacs se retrouve profondément affecté par les multiple départs qui ont eu lieu entre 1989 et 1991. Le départ de Drake affectera particulièrement le style musical du groupe. Drake est considéré d'irremplaçable et Cardiacs opte de ne pas recruter de nouveau claviériste, restant ainsi un quatuor de guitare, basse et batterie (avec Christian Hayes quoi est remplacé à la seconde guitare par Jon Poole)[11]. Avant la fin de l'année 1991, le groupe sort un single, intitulé Day Is Gone, et joue plusieurs concerts entre octobre et décembre. Cette année assiste aussi à la sortie de Songs for Ships and Irons, qui comprend des morceaux du mini-album Big Ship et de plusieurs singles et EP.

Avant le départ de Hayes, Cardiacs enregistrent un album intitulé Heaven Born and Ever Bright. Il est publié dès l'été 1992, et est le fuit d'un nouveau contrat de distribution avec Rough Trade Records[16],[11]. Cependant, le mal frappe le groupe lorsque Rough Trade cesse la distribution pe uaprès la sortie de l'album. En juillet 1993, le batteur Dominic Luckman décide de quitter le groupe. Il joue son dernier concert avec Cardiac le 20 juillet au Camden Palace, Londres. En décembre 1993, Cardiacs révèle leur nouveau batteur, Bob Leith. Cependant, le groupe restera silencieux et ne joeura à peineque quatre concerts[8].

Sing to God et Guns (1995–2002)[modifier | modifier le code]

Après trois ans sans nouvel album, 1995 assiste à la sortie du single Bellyeye sur Org Records. Sing to God[17] est un double album, publié cette même année.

En avril 1995, Cardiacs jouent une session radio sur la BBC Manchester à l'émission de Mark Radcliffe. En mai, ils tournent avec Pura Vida et Sidi Bou Said et enregistrent une session acoustique pour GLR Radio. Le 17 juin, ils ouvrent en concert pour Blur au London Mile End Stadium[11]. Entre le 31 octobre et le 19 novembre, Cardiacs jouent longuement pendant la tournée britannqiue de Chumbawamba[8]. En juin et novembre 1996, Cardiacs embarquent pour deux tournées britanniques, passant par le London Astoria 2 le 2 novembre. La tournée de juin est promue par une session radio sur la BBC Manchester avec Mark Radcliffe, diffusée le 11 juin[8]. Les deux prochaines années assistent à une mort temporaire des Cardiacs et activité live réduite. Cependant, il y aura plus de concert en juin 1998. La même année, Cardiacs jouent à plusieurs reprises en Allemagne et aux Pays-Bas, et apparaissent à Brighton et à un festival à St Austell, Cornwall[8]. Au début de 1999, Cardiacs jouent trois nuits d'affilée au Camden Falcon, Londres, entre le 29 et 31 janvier.

En 1999–2000, Cardiacs composent des morceaux pour un nouvel album (comprenant Sparkly Silvery Sky). Malheureusement, ces chansons se perdront lors d'u naccident en studio et l'album ne sera jamais publié[18].

The Garage Concerts et changements (2003–2008)[modifier | modifier le code]

Entre le 17 et le 19 octobre 2003, Cardiacs enregistrent trois concerts spéciaux au Highbury Garage de Londres. À l'automne 2004, Torabiremplace officiellement Poole comme second guitariste des Cardiacs, et fait son premier concert formel le 12 novembre à l'Astoria[19].

Pause (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

À la fin juin 2008, Tim Smith souffre d'une attaque cardiaque et d'un sévère accident vasculaire cérébral après avoir quitté un concert de My Bloody Valentine. À l'hôpital, Il subit un second AVC, ce qui le laisse dans un stade avancé de handicap physique[20],[2],[21]. Toutes les activités et sorties des Cardiacs sont immédiatement mises à l'arrêt jusqu'à ce que les autres membres en sachent plus. Un an de silence passe, durant lequel Smith récupère en privé. En juin 2009, une annonce apparait sur le site web du groupe expliquant qu'après un an de convalescence, Tim Smith a pu récupérer ses esprits et es capacités physiques ; en août 2010, cependant, Kavus Torabi annonce que le groupe ne rejouera plus jamais sur scène[22].

En janvier 2018, presque dix ans après l'accident de Tim Smith, plusieurs explications sont rendues publiques sur le site web du groupe. Un appel aux dons est lancé pour financer les traitements de Tim.

Discographie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (janvier 2018). Découvrez comment la « wikifier ».

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • Toy World, Cassette (1981)
  • The Seaside (1st Version), Cassette (1984) ALPH 001
  • Big Ship, Mini LP (1986) ALPH 004
  • A Little Man and a House and the Whole World Window, LP/CD (1988) ALPH 007/TORSO CD060
  • On Land and in the Sea, LP/CD(1989) ALPH 012/TORSO CD120
  • The Seaside (2nd Version), LP/CD (1990) ALPH 013
  • Heaven Born and Ever Bright, CD (1991) ALPH 017
  • Sing to God, CD (1995) ALPH 022 (double CD en édition limitée), ALPH 023 (CD One), ALPH 024 (CD Two).
  • Guns, CD (1999) ALPH 027

Démos[modifier | modifier le code]

  • Demo, Cassette démo (1979) (sous le nom de Cardiac Arrest)
  • The Obvious Identity, cassette (1980) (sous le nom de Cardiac Arrest)

Singles et EP[modifier | modifier le code]

  • "A Bus for a Bus on the Bus", 7" (1979) TOR 002 (as Cardiac Arrest)
  • "Seaside Treats", 12" EP (1985) ALPH 002
  • "There's Too Many Irons in the Fire", 12" (1987) ALPH 006
  • "Is This the Life?", 7" and 12" (1988) ALPH 008/TORSO 70060
  • "Susannah's Still Alive", 7" and 12" (1988) ALPH 009
  • "Night Tracks", (The Janice Long Session) 12" EP (1988) SFNT 013
  • "Baby Heart Dirt", 7" and 12" (1989) ALPH 011
  • "Day Is Gone", 12" and CD Single (1991) ALPH 015
  • "Bellyeye", CD Single (1995) ORGAN011
  • "Manhoo", CD Single (1995) ALPH 025
  • "Odd Even", CD Single (1995) ALPH 026
  • "Cardiacs/Camp Blackfoot", CD Single (1998) ORG056
  • "Signs", CD Single (1999) ALPH 028
  • "Ditzy Scene", CD Single (2007) ORG419

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Archive Cardiacs Cassette/CD (1989) ALPH 000
  • Songs for Ships and Irons, LP/Cassette/CD (1991) ALPH 014
  • Sampler, CD (1995) ALPH 019
  • Greatest Hits CD (2002) ALPH 029

Albums live[modifier | modifier le code]

  • Rude Bootleg, LP/Cassette/CD (1986) ALPH 005
  • Cardiacs Live, LP/CD (1988) ALPH 010
  • All that Glitters is a Mares Nest, CD (1995) ALPH 018
  • The Special Garage Concerts Vol I, CD (2005) ALPH CD030
  • The Special Garage Concerts Vol II, CD (2005) ALPH CD031

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • Seaside Treats, (1985) JE 140
  • Maresnest, (1992) LFV 116

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Steve Taylor, « The A to X of Alternative Music », sur Books.google.com, (consulté le 7 août 2016), p. 55
  2. a, b, c, d et e (en) "Why A Heart Attack Must Not Arrest The Cardiacs" – article by Graham Bendel in The Quietus, 4 mai 2010.
  3. (en) Interview de Tim Smith dans le journal espagnol Margen, avril 2001.
  4. (en) 1987 live review of Cardiacs at The Marquee Club, London, UK de Christopher Dawes dans Melody Maker
  5. (en) 1987 live review of Cardiacs at Dingwalls, London, UK, d'Andy Hurt de Sounds
  6. (en) December 1988 live review of Cardiacs at Town and Country Club, London, UK de Stephen Dalton dans le New Musical Express.
  7. Live Reviews - The Special Garage Concerts 2003 par Martijn Voorvelt
  8. a, b, c, d et e (en) « Archived copy » (consulté le 19 décembre 2007).
  9. a et b « History », sur Cardiacs.com (consulté le 7 août 2016)
  10. a et b (en) « Archived copy » (consulté le 14 novembre 2008)
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Peter Buckley, The Rough Guide to Rock (3rd Edition), Rough Guides Ltd, coll. « Rough Guides », (ISBN 978-1-85828-457-6)
  12. (en) « Biography | William D. Drake », sur Williamddrake.wordpress.com, (consulté le 26 février 2017)
  13. « Peter and his Dog », sur Bak.spc.org (consulté le 7 août 2016)
  14. « Peter and his Dog », sur Bak.spc.org, (consulté le 7 août 2016)
  15. (en) "We're Brother and Sister" – article dans The Sunday Sport.
  16. (en) "Cardiacs at the Garage: it's history", article dans ‘Perfect Sound Forever’ de Martijn Voorvelt (avril 2004).
  17. (en) Reviews of Sing to God album.
  18. « Archived copy » (consulté le 12 décembre 2007).
  19. (en) "Ginger’s Secret History of Rock’n’Roll (pt. 7)" in Classic Rock magazine.
  20. (en) Cardiacs tribute album to raise money for paralysed singer Tim Smith – article de The Guardian d'Ian Gittins.
  21. Sean Worrall, « Org Records Official Pages », Organart.demon.co.uk, (consulté le 29 juin 2014)
  22. « Episode 52: Kavus Torabi Interview | The Epileptic Gibbon podcast music show », Epilepticgibbon.wordpress.com (consulté le 29 juin 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]