Arme sans recul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Canon sans recul)
Aller à : navigation, rechercher
Soldats français utilisant un canon sans recul M18 de 57 mm contre de l'artillerie Viet Minh pendant la Guerre d'Indochine (1953).

Une arme sans recul est une arme individuelle ou montée sur des véhicules légers dont le fonctionnement repose sur le principe de deux canons tirant en sens opposés, le recul du tir étant compensé par l'éjection des gaz de la charge. Le projectile n'est donc propulsé que par le coup initial (comme dans un canon classique) et pas pendant son vol comme pour celui d'un lance-roquette ou missile antichar qui dispose d'un moteur-fusée.

Historiquement lance-roquette et missile sont apparus 30 ans plus tard et, alors qu'ils ont peu de recul, ils ne sont pas classés comme armes sans recul au sens étroit car leur projectile est propulsé durant son vol par une roquette. De même un certain nombre d'entre-eux (à commencer par le RPG-7 et le SPG-9) utilisent un effet sans recul comme propulsion initiale pour contourner le problème du lancement chaud puis après environ 10 m le moteur-fusée démarre : comme la propulsion principale (et la seule qui permet de toucher la cible) est la roquette, ils ne sont pas non plus classés comme arme sans recul.

Les armes sans recul vont du lance-grenade jetable au canon lourd. Si au départ c'est l'antichar qui a prévalu, c'est maintenant les armes anti-retranchement qui restent en service.

Historique[modifier | modifier le code]

Davis gun (avec une mitrailleuse en plus au-dessus). On distingue encore très bien les deux canons.

Les premiers canons sans recul ont été imaginés avant la première guerre mondiale mais ils ont significativement été employés lors de la Seconde Guerre mondiale. Initialement développés par l'URSS, c'est l'Allemagne nazie qui en déploya le plus grand nombre avec le Panzerfaust alors que les Alliés occidentaux ont commencé à les utiliser à la fin du conflit.

Ils ont été massivement produits et déployés dans les années 1950 et 1960 en tant qu'arme antichar puis sont tombés dans une relative désuétude face au développement des lance-roquettes et missiles modernes.

Ils sont par contre restés utilisé dans les arsenaux des pays peu développés et sont employés dans leurs conflits.

Les grandes puissances ont néanmoins continués à les utiliser pour détruire des retranchements ou en combat urbain pour ouvrir des brèches dans les murs comme le Carl Gustav. Avec les guerres asymétriques des années 2000-2010, l'armée américaine a fait un usage modéré de tels armes[1] en Afghanistan, essentiellement sur des positions défensives. La simplicité de ces armes et leur coût réduit permet en effet de les déployer rapidement et en grand nombre.

Comparaisons[modifier | modifier le code]

Une arme sans recul consiste au départ à monter dos-à-dos deux canon dont l'un tir un projectile vers l'ennemi, l'autre un élément de même poids (au départ de la graisse) vers l'arrière. Par la suite le système est amélioré et c'est la douille désintégrée et surtout l’éjection de gaz qui compense le recul (par forcément en totalité d'ailleurs). Un canon classique doit résister au départ du coup en étant résistant donc lourd voir à partir de 20 mm par un système de recul lourd et complexe donc coûteux.

Avantages[modifier | modifier le code]

Le faible recul ou son absence permet une utilisation individuelle ou le montage sur des véhicules légers (pas trop tout de même : le Desert Patrol Vehicle se retourne sur le toit). Le poids très limité permet d'en faire des armes individuelles et des armes collectives facilement aéro-transportable permettant une mise à disposition des parachutistes. Le coût est très faible ce qui autorise un déploiement massif.

Limites[modifier | modifier le code]

Le souffle généré par l'expulsion de ce M40 est dangereux dans un cône de plus de 30 mètres derrière le lanceur.

Une partie de l'énergie étant perdue avec les gaz éjectés, la vitesse est assez faible ce qui gêne son usage sur une cible mobile (typiquement un blindé) au niveau de la précision et de la pénétration. La charge creuse, dont la pénétration est constante, élimine ce dernier inconvénient. Pour les même raisons, la portée est limitée. Les gaz empêchent un usage en milieu confiné. On peut y remédier partiellement par exemple avec une poche d'eau comme dans certaines versions de l'AT4.

Alternatives[modifier | modifier le code]

Le canon antichar avait pour lui la portée et la vitesse du projectile mais son poids et son coût en font une arme collective d'emploi moins souple qui n'est pas directement en concurrence. Le lance-roquette est assez comparable mais plus coûteux (problème du lancement chaud), généralement moins précis, et moins discret (trainée du fumée) et ne l'a pas totalement remplacé en tant qu'arme individuelle. Le lance-missiles, tirant des projectiles guidés, pourrait techniquement le remplacer mais son coût ne le permet pas (par contre c'est le canon antichar qu'il a remplacé avantageusement à partir des années 1950).

Modèles[modifier | modifier le code]

Tir à l'épaule possible (à la hanche pour le Panzerfaust)[modifier | modifier le code]

Entrainement de Volkssturm au Panzerfaust en 1945. On voit bien la position de tir en cloche.
  • Pansarvärnsgevär fm/42 suédois, 1942, 20 mm : sans charge creuse donc s'apparente à un fusil antichar. Rapidement dépassé pour cette raison mais sert de base au Carl Gustav.
  • Panzerfaust allemand, 1943, 100 à 149 mm (projectile) : le premier largement utilisé (plus de 6 M produits !) et le premier jetable. Tir atypique depuis la hanche et non l'épaule en raison du tir en cloche. Ses successeurs directs (PzF 44 (en) et Panzerfaust 3) sont des lance-roquettes mais les Allemands ont recommencés à produire des armes sans recul avec le Armbrust.
  • Canon sans recul M18 (en) américain, 1945, 57 mm : plus efficace en tant qu'artillerie de poche qu'en tant qu'arme antichar.
  • Fliegerfaust allemand, 1945, 5 à 9 tubes de 20 mm : tentative anti-aérienne vouée à l'échec en raison de la faible portée et vitesse. Testé en combat urbain sans que l'on sache les résultats.
  • Ordnance, RCL, 3.45 in (en) britannique, 1945, 88 mm. Apparu trop tard pour participer à la Seconde Guerre mondiale, lourd.
  • Carl Gustav suédois, 1948, 84 mm : encore largement en service en 2015 dans ses versions modernisées.
  • RPG-2 soviétique, 1949, 82 mm (projectile) : inspiré du Panzerfaust, il donnera le célèbre RPG-7 qui est lui essentiellement un lance-roquette.
  • 55 S 55 (en) finnois, 1955, 88 mm. Inspiré du RPG-2.
  • Canon sans recul M67 (en) américain, début des années 1960, 90 mm : encore en service en petit nombre.
  • Canons sans recul Type 65 et 78 (en), chinois, 1965, 82 mm. Le premier de conception chinoise, après des copies de modèles américains.
  • Miniman (en) suédois, 1968, 74 mm : sert de base à l'AT4.
  • Armbrust allemand, 1980, 67 mm : sert de base au MATADOR.
  • AT4 suédois, 1987, 84 mm : développement du Miniman. Encore largement en service en 2015.
  • RPO-A Shmel, Z et D (en) soviétique/russe, 1988, 93 mm : usage des lance-flammes avec uniquement des munitions termobariques (A), incendiaires (Z) et fumigènes (D). Ses prédécesseur et sucesseur (RPO-M Shmel-M) sont des lance-roquettes.
  • MATADOR (en) singapourien (en collaboration avec Israël et l'Allemagne), 2000, 90 mm. Version plus puissante de l'Armbrust.

Armes nécessitant un support[modifier | modifier le code]

Ces armes lourdes ont été supplantés par les missiles dans les années 1950-1960.

Marines tirant au M40 à Hué en 1968

Systèmes d'armes terrestres[modifier | modifier le code]

Vespa 150 TAP.
  • T-26 (BPK) (en) soviétique, 1934 : prototype char T-26 avec un canon sans recul de 76,2 mm. Un des nombreux projets de Leonid Kurchevsky (en) dont aucun ne fut retenu.
  • un M40 sur 4x4 légers américains : Willys M38A1C (en) du milieu des années 1950, M151A1C (en) de la fin des années 1960 et M825 (en) des années 1970. Monté aussi sur le M274 Mechanical Mule (en) de la fin des années 1950.
  • Vespa 150 TAP français, 1956 : canon sans recul M20 de 75 mm transporté sur un scooter Vespa, parachutable. Utilisé pendant la guerre d'Algérie.
  • M50 Ontos (en) américain, 1956 : blindé léger aéroporté doté de 6 canons sans recul M40 de 106 mm, il connut son heure de gloire à la bataille de Huế.
  • Type 60 japonais, 1959 : blindé léger doté de 2 canons sans recul M40 de 106 mm. En service jusqu'en 2008.
  • FMC XR311 américain, 1969 : prototype de 4x4 léger avec 6 canons sans recul M40 de 106 mm.

Armes aériennes[modifier | modifier le code]

Essentiellement des tentatives allemandes de suppléer l'absence de guidage par la détection automatique mais elles ne se sont pas révélées concluantes car de portée très courte.

  • Davis gun (en) américain, 1910, 40 à 76,2 mm selon les versions : le premier canon sans recul en service, sur avions contre les Zeppelin et sous-marins. Son utilisation au combat reste sujette à caution.
  • Sondergerät SG104 "Münchhausen" allemand, 1941, 355,6 mm : prototype non satisfaisant (le souffle du coup endommageant la dérive de l'avion lors d'essais au sol), sur bombardier contre les navires.
  • Sondergerät SG 113 Förstersonde (en) allemand, 1944, 2 x 2 x 77 mm : prototype sur avion (Fw 190) contre les chars, à déclenchement automatique lors de vols en rase-motte.
  • Sondergerät SG 116 (en) allemand, 1945, 3 x 30 mm : prototypes sur avion (Fw 190) contre les bombardiers, Schräge Musik à déclenchement automatique. Efficacité inconnue.
  • Sondergerät SG 500 Jägerfaust (en) allemand, 1945, 2 x 5 x 50 mm : deux prototypes sur avion (Me 163, prévu aussi sur Fw 190) contre les bombardiers, Schräge Musik à déclenchement automatique. Aurait abattu un avion britannique.
  • Rheinmetall RMK30 (en) allemand, 2001, canon automatique (cas unique pour une arme sans recul) de 30 mm : prototype d'arme air-sol pour l'hélicoptère Tigre. Pour la petite histoire Rheinmetall était déjà le producteur du Sondergerät SG 116 de même calibre.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lance-roquettes

Lance-missiles

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) [1] comparatif roquettes - sans recul.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Currahees add to their weapons arsenal, Kimberly K. Menzies, Task Force Currahee, Public Affairs 12 février 2011

>