Canaima (système d’exploitation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canaima (système d’exploitation)
Logo
Image illustrative de l’article Canaima (système d’exploitation)

Famille GNU/Linux
Langues Venezuelan SpanishVoir et modifier les données sur Wikidata
Type de noyau monolithique modulaire
État du projet stable
Entreprise /
Développeur
CANTV / CNTI / CENTIDEL / Edelca / VIT, C.A. / FUNDACITE / Free software community
Licence diverses, libres selon Debian
États des sources ouvertes et libres
Dernière version stable 6.0 Kavac
Méthode de mise à jour APT
Environnement de bureau Cinnamon et MATE
Site web canaima.softwarelibre.gob.veVoir et modifier les données sur Wikidata

Canaima GNU/Linux est un système d’exploitation open source. C’est une distribution Linux basée sur l’architecture de Debian. Il a été créé pour répondre aux besoins du gouvernement vénézuélien exprimés dans le décret présidentiel 3 390 et donnant la priorité à l’utilisation de technologies libres et à l’open source dans l’administration publique. Le 14 mars 2011, Canaima a été officiellement présenté comme le système d’exploitation par défaut pour l’administration publique vénézuélienne[1],[2].

Le système d’exploitation s’est largement diffusé, devenant l’une des distribution Linux les plus utilisées au Venezuela, en grande partie en raison de son intégration dans les écoles publiques[3]. Il est utilisé dans des projets à grande échelle comme « Canaima Educativo », visant à fournir aux écoliers un ordinateur portable de base doté du logiciel éducatif dénommé Magallanes[4]. Canaima a été présenté lors de congrès internationaux sur l’utilisation de standards libres [5]. Il a été utilisé pour le Festival latino-américain d’installation de logiciels libres (FLISOL)[6].

En octobre 2013, DistroWatch le classait comme la 164e distribution Linux la plus populaire sur 297 au cours des 12 derniers mois[7]. En 2019, sa popularité n’est plus évaluée par DistroWatch[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les principales caractéristiques de Canaima GNU/Linux sont[réf. nécessaire] :

  1. Installation facile
  2. Licence du logiciel gratuit.
  3. Distribution et utilisation gratuites.
Bureau de Canaima Popular 2.0

La Free Software Foundation (FSF) détermine que Canaima GNU/Linux n’est pas un logiciel 100 % libre car certains de ses composants sont des logiciels non libres[8]. C’est en particulier le cas des micrologiciels nécessaires aux cartes graphiques, aux cartes son, aux imprimantes, etc. Les créateurs de Canaima ont choisi d’inclure ces pilotes non libres afin de prendre en charge le plus grand nombre d’ordinateurs utilisés par le gouvernement vénézuélien et de faciliter la migration d’un système d’exploitation avec un code source fermé vers un système à code source ouvert, mais non libre. Il est prévu que Canaima, dans ses prochaines versions, offre une option dans le processus d’installation pour que les pilotes non libres soient facultatifs, permettant d’installer une image logicielle 100 % libre de la distribution selon le souhait de l’utilisateur[réf. nécessaire].

Logiciel inclus[modifier | modifier le code]

Canaima comprend des applications pour la formation, le développement et la configuration du système. L’interface graphique et l’environnement de bureau sont par défaut GNOME. D’autres environnements de bureau et interfaces graphiques gérés par la communauté sont disponibles pour le système, comme Xfce.

Bureautique : le système comprend la suite bureautique LibreOffice, avec traitement de texte, tableur et programme de présentation ; il adopte d’autres programmes plus spécifiques, tels que le logiciel de gestion de projet Planner et un éditeur HTML.

Bureau Canaima GNU/Linux 3.0 personnalisé

Internet : la distribution inclut le navigateur internet Cunaguaro, un outil basé sur Iceweasel (Mozilla Firefox) et spécialement adapté pour Canaima 3.0 et les versions ultérieures. Il existe un autre navigateur, Canaima Curiara basé sur Cunaguaro, léger et développé en python-webkit pour des applications spécifiques de la distribution.

Graphisme : Canaima comprend GIMP, Inkscape, le logiciel de publication assistée par ordinateur Scribus et le concepteur d’étiquettes gLabels.

Versions[modifier | modifier le code]

Canaima publie des versions stables régulièrement depuis 2007[9].

Version Nom de code Date de sortie
1.0 Canaima 2007-10-18
2.0 Canaima 2009-02-05 [10]
2.0.1 RC1 Canaima 2009-04-16 [11]
2.0.1 Canaima 2009-05-15 [12]
2.0.2 Canaima 2009-05-22
2.0.3 Canaima 2009-07-03 [13]
2.0.4 Canaima 2009-10-17
2.1 RC Canaima 2010-05-21 [14]
3.0 RC Roraima 2011-02-10 [15]
3.0 RC2 Roraima 2011-02-22 [16]
3.0 Roraima 2011-05-05
3.1 VC1 Auyantepui 2011-12-29 [17]
3.1 VC2 Auyantepui 2012-07-06 [18]
3.1 VC3 Auyantepui 2012-07-18 [19]
3.1 Auyantepui 2012-11-14 [20]
4.0 Kerepakupai 2013-12-04 [21]
4.1 Kukenán 2014-09-04 [22]
5.0 Chimantá 2016-12-19 [23]
6.0 Kavac 2018-03-19 [24]
Couleur Importance
rouge Ancienne version.
Jaune Ancienne version, toujours supportée.
vert Dernière version.
Bleu Version future.

Cycle de développement[modifier | modifier le code]

Canaima a été développé à partir de Debian, mais certaines modifications ont été apportées pour l’adapter aux besoins du Venezuela. Le développement du projet s’est appuyé sur les éléments suivants :

  • Communautés de production : la communauté du logiciel libre, des entités de l’administration publique, des collectifs organisés et des universités.
  • Outils de soutien des communautés :
    • Une forge basée sur FusionForge entre 2009 et 2018[25]
    • Un outil de gestion de projet et de suivi des bogues basé sur Trac entre 2011 et 2013[26].
  • Phase de consolidation et de tests automatisés : basée sur des critères de test et d’évaluation de la qualité logicielle. Cette étape utilise beaucoup les outils Debian tels que pbuilder[27],et elida dans l’infrastructure sur laquelle repose[28].
  • Phase de certification : au cours de laquelle un comité de membres de la communauté procède à des tests de fonctionnalité, vérifie les statistiques, etc., afin de publier une version stable.

Cayapa Canaima[modifier | modifier le code]

Une des activités communautaires générées autour de Canaima est dénommée Cayapa. Cayapa est un terme vénézuélien qui évoque une forme de travail coopératif réalisé par plusieurs personnes pour atteindre un même objectif[29]. Lors de réunions, les développeurs de logiciels libres se réunissent pour proposer des mises à jour et corriger des bugs notamment ; dans d’autres projets, comme Debian, cette activité est nommée Bug Squash Party. Le dernier Cayapa s’est déroulé du 14 au 15 mai 2012 dans la ville de Barinas[30].

Les fabricants d’équipement d’origine[modifier | modifier le code]

Cette distribution étant promue par le gouvernement vénézuélien, un certain nombre d’accords stratégiques ont été conclus avec plusieurs pays et sociétés de fabrication de matériel informatique :

  • Portugal : accord pour la fabrication de 250 000 ordinateurs « Magalhães » destinés à être distribués dans les écoles publiques[4] ;
  • Sun Microsystems : pour la certification des appareils Canaima de ce fabricant[31].
  • VIT, CA : la Venezolana de Industria Tecnológica, Compañía Anónima, entreprise mixte regroupant l’État vénézuélien et des entrepreneurs chinois tels que Inspur avec l’installation de Canaima sur des dispositifs fabriqués[32].
  • Lenovo : pour la certification des périphériques du fabricant pour l’utilisation de Canaima[33].
  • Siragon, C.A. : fabricant vénézuélien d’équipements informatiques, avec un accord de certification pour l’utilisation de Canaima sur leurs appareils[34].

Utilisation de Canaima[modifier | modifier le code]

Parmi les exemples d’utilisation et d’adoption de Canaima :

Canaima Educativo[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’un projet commencé en 2009 par le ministère de l’Éducation vénézuélien (Ministerio del Poder Popular para la Educación) qui propose des ordinateurs basiques aux écoliers, Canaimitas, avec des logiciels libres et utilisant Canaima et une série de contenus éducatifs créés par le ministère de l’éducation[35].

En 2011, le gouvernement annonçait avoir livré 1 314 091 ordinateurs portables[36].

CANTV[modifier | modifier le code]

La compagnie de téléphone nationale vénézuélienne, CANTV utilise le système d’exploitation dans une certaine mesure conformément à son plan Internet d’équipement[37],[38].

Ramifications[modifier | modifier le code]

Il existe un certain nombre d’éditions de Canaima créées et maintenues par des activistes communautaires[39], qui ne sont pas publiées en même temps que la distribution officielle et ne participent pas au calendrier du projet. Les plus importants sont :

  • Canaima Colibri, une distribution vénézuélienne ayant pour objectif d’être conviviale, légère et fonctionnelle pour les ordinateurs disposant de peu de ressources.
  • Canaima Comunal, une édition destinée à des conseillers communautaires, une forme de gouvernement communautaire appelée « Consejos Comunales ». L’objectif principal est de fournir un système d’exploitation aux membres de ces conseils pour leur travail quotidien, y compris des outils pour des enquêtes.
  • Canaima Caribay s’adresse aux médias communautaires qui ont prospéré grâce au soutien du gouvernement, ce dernier les ayant promu comme contre-pouvoir au médias privés, perçus par le gouvernement vénézuélien comme partisans.
  • GeoCanaima contient des applications et des données géomatiques libres, créée pour réaliser diverses pratiques et interagir avec des applications de bureau, des serveurs Web et des générateurs de cartographie.
  • Canaima Forense, un environnement convivial contenant une variété d’outils utiles pour le dépannage informatique.

Voir également[modifier | modifier le code]


Les références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Camille Magnard, « Logiciels libres et administrations: l'impossible mariage? », sur www.franceinter.fr, (consulté le 2 décembre 2019)
  2. a et b « Canaima GNU/Linux », DistroWatch.com
  3. « Canaima cambios recientes » [archive du ] (consulté le 25 novembre 2013)
  4. a et b « 250 mil portátiles educativas enviará Portugal a Venezuela a principios de 2009 », sur webcache.googleusercontent.com (consulté le 2 décembre 2019)
  5. « Radio Nacional de Venezuela -> Venezuela participa en II Congreso Internacional Software Libre », sur web.archive.org, (consulté le 2 décembre 2019)
  6. « Radio Nacional de Venezuela -> Instalarán software libre gratuitamente en 200 ciudades de Latinoamérica », sur web.archive.org, (consulté le 2 décembre 2019)
  7. « DistroWatch Page Hit Ranking », Distrowatch (consulté le 25 novembre 2013)
  8. « gnu.org », sur www.gnu.org (consulté le 2 décembre 2019)
  9. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Evolución de Canaima en Distrowatch », (consulté le 26 février 2013)
  10. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Liberada Canaima Popular versión 2.0 » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  11. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Development Release: Canaima GNU/Linux 2.0.1 RC1 (DistroWatch.com News) », (consulté le 26 février 2013)
  12. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Lanzamiento de Canaima versión 2.0.1 » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  13. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Lanzamiento oficial de Canaima versión 2.0.3 » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  14. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Lanzamiento de Canaima versión 2.1 RC » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  15. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Lanzamiento de la Primera Versión Candidata para Canaima 3.0 » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  16. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Anunciamos la disponibilidad de la Segunda Versión Candidata (VC2) de Canaima 3.0 » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  17. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Primera Versión Candidata de Canaima Popular 3.1 (auyantepui) » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  18. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Presentamos la Segunda Versión Candidata de Canaima Popular 3.1, nombre código "Auyantepui" » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  19. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Actualiza a la Tercera Versión Candidata de Canaima Popular » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  20. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Lanzamiento oficial de la nueva versión estable del Sistema Canaima GNU/Linux 3.1. Nombre código "Auyantepuy" » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  21. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Inició el Ciclo de Desarrollo de Canaima 4.0 "Kerepakupai" » [archive du ], (consulté le 26 février 2013)
  22. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Canaima Popular 4.1 (04/09/2014) » [archive du ], (consulté le 22 juillet 2017)
  23. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Canaima Poder Público 5.0 (19/12/2014) », (consulté le 22 juillet 2017)
  24. (es) Equipo Canaima GNU/Linux, CNTI, « Canaima Poder Público 6.0 (19/03/2018) », (consulté le 12 août 2018)
  25. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (consulté le 2 décembre 2019)
  26. « Available Projects », sur web.archive.org, (consulté le 2 décembre 2019)
  27. (es) Anibal Monsalve Salazar, « Que es pbuilder », (consulté le 26 février 2013)
  28. Lucas Nussbaum, « Use of Grid Computing for Debian Quality Assurance » [archive du ] (consulté le 26 février 2013)
  29. http://lema.rae.es/drae/?val=cayapa Definición de Cayapa, apartado No. 5
  30. « 6ta Cayapa Canaima: Barinas 2012 » [archive du ], Cayapa Canaima
  31. (es) CENTRO NACIONAL DE TECNOLOGÍAS DE INFORMACIÓN (CNTI), « CONVENIO MARCO DE COOPERACIÓN TECNOLÓGICA CNTI- SUN MICROSYSTEMS DE VENEZUELA, S.A. », (consulté le 26 février 2013)
  32. (es) CENTRO NACIONAL DE TECNOLOGÍAS DE INFORMACIÓN (CNTI), « CONVENIO MARCO DE COOPERACIÓN TECNOLÓGICA CNTI-VIT », (consulté le 26 février 2013)
  33. (es) CENTRO NACIONAL DE TECNOLOGÍAS DE INFORMACIÓN (CNTI), « CONVENIO MARCO DE COOPERACIÓN TECNOLÓGICA CNTI-LENOVO », (consulté le 26 février 2013)
  34. (es) CENTRO NACIONAL DE TECNOLOGÍAS DE INFORMACIÓN (CNTI), « CONVENIO MARCO DE COOPERACIÓN TECNOLÓGICA CNTI-MICROINTEGRADORA DE VENEZUELA, C.A. », (consulté le 26 février 2013)
  35. « Venezuela: Presentan proyecto "Canaima Educativo" » (consulté le 2 février 2012)
  36. « Más de un millón 300 mil Canaimitas se han entregado a niños de educación básica » [archive du ] (consulté le 2 février 2012)
  37. « CANTV », sur web.archive.org, (consulté le 2 décembre 2019)
  38. « Venezuela: CANTV también contribuye al Programa Canaima » (consulté le 2 décembre 2019)
  39. (es) colaboradores de la Enciclopedia Colaborativa de la Comunidad Canaima, « Sabores de Canaima » [archive du ] (consulté le 26 février 2013)