Camp de concentration de Sisak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Camp de concentration de Sisak
Children in Sisak concentration camp.jpg
Présentation
Gestion
Date de création 3 août 1942
Créé par Oustachis
Géré par Antun Zer
Date de fermeture 1945
Fermé par Partisans yougoslaves
Victimes
Type de détenus Enfants Serbes, Juifs et Tsiganes
Nombre de détenus ~ 6 693
Morts 1 300 - 3 000
Géographie
Pays Drapeau de la Croatie Croatie
Coordonnées 45° 29′ 05″ nord, 16° 22′ 25″ est

Géolocalisation sur la carte : Croatie

(Voir situation sur carte : Croatie)
Camp de concentration de Sisak

Le camp de concentration de  Sisak  (Koncentracioni logor Sisak, Концентрациони логор Сисак) était un camp de concentration dirigé par les croates pendant la Seconde Guerre mondiale à Sisak, une ville à environ 100 kilomètres au sud-est de la capitale Zagreb[1].

Les internés étaient principalement des enfants serbes, Juifs, Roms et Sinti âgés entre 3 et 16 ans. Ils sont logés dans des étables abandonnées et souffrent de la malnutrition et de la dysenterie ce qui compromet leur état de santé. Ils sont nourris quotidiennement avec une mince portion de gruau et traités horriblement par les gardes oustachis[2].

Le camp est ouvert le 12 juillet 1942. Il est un camp satellite du camp de concentration de Jasenovac, l'un des 40 camps de l'État indépendant de Croatie (NDH) dirigé par les fascistes croates oustachi[3].

Officiellement, la détention de ces enfants a pour objectif leur "ré-éducation" en captivité, mais le camp servit dans une large mesure au génocide des Serbes, Juifs et tsiganes. Le taux de mortalité dans le camp était extrêmement élevé. Souvent, les enfants ne reçoivent aucune nourriture pendant des jours et parfois les Oustachis empoisonnent la nourriture avec de l’hydroxyde de sodium.

Chaque jour, entre 30 et 40 enfants meurent.

Les parents des enfants sont internés dans le camp de concentration de Jasenovac ou mis au travail forcé en Allemagne.

La structure principale de l'ancien camp de concentration, un bâtiment de quatre étages, est maintenant une discothèque[4].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Extermination Camp Sisak », sur TracesOfWar.com (consulté le 28 janvier 2018)
  2. Menachem Shelach (ed.), "History of the Holocaust: Yugoslavia", p. 162
  3. Javna medijska ustanova JMU Radio-televizija Vojvodine, « Komemoracija za decu žrtve ustaškog logora u Sisku », sur JMU Radio-televizija Vojvodine (consulté le 28 janvier 2018)
  4. THE LOS ANGELES TIMES, July 24, 2000 The Heirs to Kindness in Croatia http://www.balkanpeace.org/index.php?index=article&articleid=13814