Camp Morand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Camp Morand
Présentation
Type Camp d'internement
Gestion
Date de création septembre 1939
Date de fermeture 1962
Victimes
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Algérie française
Localité Ksar el Boukhari

Le camp Morand est un camp d'internement militaire créé par la France à proximité de Ksar el Boukhari, en Algérie française.

Historique[modifier | modifier le code]

Un camp de Républicains espagnols[modifier | modifier le code]

Y sont concentrés dans des conditions difficiles des milliers de réfugiés espagnols fuyant la guerre civile d'Espagne, dont les autorités et la communauté espagnole oranaise se méfient[1],[2],[3]. À la déclaration de guerre, il est proposé aux 5 000 Espagnols de s’engager dans la Légion étrangère, ce qu’ils refusent majoritairement. Ils sont alors recrutés de force dans le 8e groupement de travailleurs étrangers, comptant douze compagnies (CTE), comptant chacune 250 hommes[4].

Un camp d'internement pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les conditions s'y aggravent encore sous le régime de Vichy qui y interne des opposants politiques[5].

Un camp de détention pendant la Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

Par la suite, durant la guerre d'Algérie, les autorités françaises internent les indépendantistes algériens, entre 1954 et 1962, dans des conditions épouvantables[6].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Cantier et Éric Jennings, L'empire colonial sous Vichy, éd. Odile Jacob, 2004, p.181-183,extrait en ligne
  2. Miguel Martínez López, Casbah d'oubli : l'exil des réfugiés politiques espagnols en Algérie (1939-1962), éd. l'Harmattan, 2004extrait en ligne
  3. Evelyn Mesquida, La Nueve, 24 août 1944. Ces républicains espagnols qui ont libéré Paris, Paris, Le Cherche-Midi, 2011, collection « Documents ». (ISBN 978-2-7491-2046-1), p. 47
  4. Mesquida, op. cit., p. 48
  5. Marc Bernardot, Le pays aux mille et un camp., in Les Cahiers du CERIEM, n°10, éd. Univ. Rennes II, décembre 2002, article en ligne
  6. Le camp, l'enfer était à Boghari, préface de Henri Alleg, de Benzine Abdelhamed, Éditions Sociales, 1962