Caius Suetonius Paulinus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Caius Suetonius Paulinus est un général romain, qui a été consul ordinaire en 66 ap. J.-C. Il est le premier général romain qui ait franchi l'Atlas, dans l'actuel Maroc. Plus tard, entre 59 et 61, il a été gouverneur de Bretagne et il remporta la victoire sur Boadicée en 61 lors de la bataille de Watling Street.

Biographie[modifier | modifier le code]

En Afrique[modifier | modifier le code]

Envoyé comme légat en Afrique en 42, il réprime la révolte d'Aedemon en Maurétanie. Il est le premier romain à traverser l'Atlas[1] par la vallée de la Moulouya et atteint le Sahara en suivant le haut Guir jusqu'au Tafilalet[2]. Il parvient jusqu'au pays des Canarii.

En Bretagne[modifier | modifier le code]

Gouverneur de Bretagne de 59 à 61 (sous l'empereur romain Néron), il est à l'origine de la disparition des druides suite au massacre généralisé effectué sur l'île de Mona (Anglesey) en 60 où toute la population (hommes, femmes et enfants) est massacrée sans pitié pour avoir fourni des renforts aux rebelles celtes et servi de retraite à tous ceux qui refusaient le joug romain.

66-69[modifier | modifier le code]

En 66, il est consul ordinaire, avec pour collègue Caius Luccius Telesinus[3].

En 69, il participe à la première bataille de Bedriacum dans le camp d'Othon, qui est battu.

On trouve la trace des actes de Suetonius Paulinus notamment dans la biographie d'Agricola par Tacite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pline l'Ancien, H. N. V, 14 : Suetonius Paulinus, quem consulem vidimus, primus Romanorum ducum transgressus quoque Atlantem aliquot milium spatio,... ( « Suetonius Paulinus, que nous avons vu consul, est le premier des généraux romains qui ait dépassé l'Atlas de quelques milliers de pas » (trad. Littré).
  2. Louis Vivien de Saint-Martin, Histoire de la géographie et des découvertes géographiques depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Hachette et cie,,‎ (présentation en ligne)
  3. Dion Cassius, Histoire romaine, LXIII, 1.[1].