Nilaparvata lugens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Brown planthopper)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nilaparvata lugens (la cicadelle brune ou fulgoride brun) est une espèce d'insectes homoptères de la famille des Delphacidae.

Cette petite cicadelle brune, décrite par le naturaliste Stål au milieu du XIXe siècle, est un insecte suceur qui se nourrit principalement de la sève des plants émergés de riz (Oryza sativa L.) dans les rizières. Son autre plante hôte est Leersia hexandra.

Cette cicadelle se montre de plus en plus résistante aux insecticides. Elle peut pulluler dans les milieux eutrophes (trop riches en azote) et traités par les insecticides.

Elle est devenue l'un des parasites les plus problématiques pour la riziculture (qui nourrit environ la moitié de la population humaine mondiale[2]).

Elle est susceptible de véhiculer et d'inoculer au moins deux virus pathogènes du riz cultivé qui est sa principale plante-hôte : le virus du rabougrissement rugueux (RRSV, Rice ragged stunt virus) et le virus du rabougrissement herbacé (RGSV, rice grassy stunt virus).

Répartition[modifier | modifier le code]

C'est une espèce envahissante notamment là où elle a développé des résistances aux insecticides et où les insecticides sont utilisés.

On la trouve dans les pays suivants : Australie, Bangladesh, Bhoutan, Cambodge, Chine, îles Fidji, Inde, Indonésie, Japon, Corée du Nord, Corée du Sud, Laos, Malaisie, Myanmar, Népal, Pakistan, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Philippines, Sri Lanka, Taïwan, Thaïlande et Vietnam.

Biologie, écologie[modifier | modifier le code]

La température optimale pour le développement de l'espèce est de 25 °C, jusque 30 °C environ.
Ses œufs sont très vulnérables à la déshydratation.

La cicadelle brune est dimorphique ; c'est-à-dire qu'elle présente deux formes, l'une avec des ailes entièrement « macroptères » (principalement chez des individus migrants), et l'autre avec des ailes tronquées et de type brachyptères.

La « forme migrante » colonise de nouvelles rizières, s'installe sur les plants de riz, en y produisant sa prochaine génération au sein de laquelle la plupart des insectes femelles seront brachyptériformes et les mâles macroptériformes.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les adultes s'accouplent habituellement le jour de l'émergence.
Les femelles commencent à pondre dès le lendemain ; Les femelles brachyptères pondent de 300 à 350 œufs, alors que les femelles macroptères en pondent moins. Les œufs sont généralement alignés le long de la région médiane de la gaine foliaire. Ils éclosent au bout de six à neuf jours.

Les nymphes nouvellement écloses sont d'un blanc cotonneux puis virent au brun pourpre en une heure. Elles se nourrissent de la sève des plantes et passent par cinq stades pour former des adultes.

Dégâts[modifier | modifier le code]

Cette cicadelle infeste le riz à tous les stades de son développement[3], nymphes et adultes pouvant coexister sur la même plante.

La salive de nombreuses espèces de cicadelles contient des molécules puissamment phytotoxiques.

Au stade précoce d'infestation, des taches jaunes, rondes, apparaissent qui deviennent ensuite brunes, puis les plantes fortement infestées jaunissent et se dessèchent comme brûlées (' hopper burn ' pour les anglophones).

L'abus d'insecticides favorise fortement cette cicadelle en tuant ses ennemis alors qu'elle y résiste[4],[5],[6].

Au Nord de Sumatra selon la FAO, les infestations de cicadelle brune ont surtout touché les zones où de l'endosulfan a servi (vainement) pour lutter contre l'escargot doré (Pomacea canaliculata) introduit et devenu envahissant et problématique pour les cultures, induisant une augmentation de 300 % du prix du riz[7]. Dans ces zones, l'escargot n'a pas été détruit, mais un grand nombre de ses ennemis naturels ont régressé ou disparu (grenouilles, serpents, etc.). « Dans cet environnement dépourvu d'ennemis naturels, la cicadelle brune a pu se multiplier rapidement »[7] ; « Des milliers de fermiers qui ont suivi les stages de formation à la protection intégrée et qui cultivent aujourd'hui le riz sans avoir recours aux pesticides n'ont pas été touchés par l'invasion de cicadelle brune au cours de cette campagne » constate Andrew Bartlett[7].

Mesures de lutte et de gestion[modifier | modifier le code]

En 2011, le gouvernement thaï a annoncé une initiative visant à paradoxalement faire diminuer les populations de ce parasite en réduisant l'usage des insecticides, dont l'abamectine et la cypermethrine, avec les encouragements de l'institut international de recherche sur le riz (IRRI)[8],[9].

En décembre 2011, l'IRRI a tenu une conférence au Viêt Nam pour alerter sur les effets de l'abus des insecticides et sur les alternatives et mesures de lutte intégrée et de restauration écologique (mitigation)[10].

Les semenciers cherchent à breveter et vendre des variétés éventuellement hybrides de riz plus résistants[11] (ex variétété IR64)[12],[13].

Prédateurs naturels[modifier | modifier le code]

Ce sont des prédateurs insectivores inféodés aux milieux humides tels que libellules, guêpes, araignées, araignées d'eau, petits oiseaux insectivores). Ils ont beaucoup régressé à cause des pesticides et de l'artificialisation de l'environnement ou parce qu'on les a chassés (oiseaux) ou parce qu'ils ont été empoisonnés par un usage récurrent de pesticides depuis plusieurs décennies.

Les prédateurs théoriquement les plus présents sur le riz sont deux araignées de rizières (ex : Pardosa pseudoannulata et Araneus inustus[14]).

Impact du changement climatique[modifier | modifier le code]

Les recherches récentes laissent penser que les nymphes de cette espèces vivent souvent déjà à la limite supérieure des températures qu'elles peuvent tolérer. Le réchauffement climatique ou des périodes occasionnellement très chaudes en régions tropicales pourraient limiter la survie et la distribution de ce parasite[15] (si la cicadelle ne s'y adapte pas)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stål C. 1854 - Nya Hemiptera. Ofversigt af Kongliga Svenska Vetenskaps-Akademiens Förhandlingar. Stockholm 11: 231-255 [246].
  2. GS Khush, « Green revolution: preparing for the 21st century », Genome, vol. 42, no 4,‎ , p. 646–55 (PMID 10464789, DOI 10.1139/g99-044)
  3. RKMP Petite cicadelle brune(en)
  4. V. Preap, M. P. Zalucki et G. C. Jahn, « Brown planthopper outbreaks and management », Cambodian Journal of Agriculture, vol. 7, no 1,‎ , p. 17–25
  5. Preap, V., MP Zalucki, GC Jahn 2002. Effect of nitrogen fertilizer and host plant variety on fecundity and early instar survival of Nilaparvata lugens (Stål): immediate response. In: Proceedings of the 4th International Workshop on Inter-Country Forecasting System and Management for Planthopper in East Asia. November 13–15, 2002. Guilin China. Published by Rural Development Administration (RDA) and the Food and Agriculture Organization (FAO). 2002. pp 163–180, 226 pages.
  6. V. Preap, M. P. Zalucki, H. J. Nesbitt et G. C. Jahn, « Effect of fertilizer, pesticide treatment, and plant variety on realized fecundity and survival rates of Nilaparvata lugens (Stål); Generating Outbreaks in Cambodia », Journal of Asia Pacific Entomology, vol. 4, no 1,‎ , p. 75–84 (DOI 10.1016/S1226-8615(08)60107-7)
  7. a b et c FAO (1998) Formés aux techniques de la protection intégrée, les fermiers indonésiens repoussent les invasions de ravageurs, L'actualité
  8. IRRI IRRI supports Thai move to stop insecticide use in rice, communiqué de l'IRRI pour les médias
  9. Ricehoppers.Net (2011) Plan d'action contre la petite cicadelle brune « Copie archivée » (version du 1 mai 2012 sur l'Internet Archive) (en)
  10. Ricehoppers.Net (2011) Conférence internationale 2011 sur la petite cicadelle brune « Copie archivée » (version du 1 mai 2012 sur l'Internet Archive) (en)
  11. Alam, S.N.; Cohen, M.B. [Detection and analysis of QTLs for resistance to the brown planthopper, Nilaparvata lugens in a double-haploid rice production]. Theor. Appl. Genet. 1998, 97, 1370–1379.
  12. D. S. Athwal, « Genetics of Resistance to Brown Planthoppers and Green Leafhoppers in Oryza sativa L », Crop Sci., vol. 11, no 5,‎ , p. 747–750 (DOI 10.2135/cropsci1971.0011183X001100050043x, lire en ligne)
  13. Sangha, J.S.; Y.H. Chen, J. Kaur, W. Khan, Zainularifeen Abduljaleel, Mohammed S. Alanazi, Aaron Mills, Candida B. Adalla, John Bennett, Balakrishnan Prithiviraj, Gary C. Jahn, Hei Leung. Proteome Analysis of Rice (Oryza sativa L.) Mutants Reveals Differentially Induced Proteins during Brown Planthopper (Nilaparvata lugens) Infestation ; Int. J. Mol. Sci. 2013, 14, 3921-3945; doi:10.3390/ijms14023921.
  14. V. Preap, M. P. Zalucki, G. C. Jahn et H. Nesbitt, « Effectiveness of brown planthopper predators: population suppression by two species of spider, Pardosa pseudoannulata (Araneae, Lycosidae) and Araneus inustus (Araneae, Araneidae) », Journal of Asia-Pacific Entomology, vol. 4, no 2,‎ , p. 187–193 (DOI 10.1016/S1226-8615(08)60122-3).
  15. Piyaphongkul J, J Pritchard, Bale J (2012) Can Tropical Insects Stand the Heat? A Case Study with the Brown Planthopper Nilaparvata lugens (Stål) ; PLoS ONE 7(1): e29409. doi:10.1371/journal.pone.0029409

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cheng, J.A., Norton, G.A. et Holt, J. (1990) A systems analysis to brown planthopper control on rice in Zhejiang Province, China. II: Investigation of control strategies. Journal of Applied Ecology, 27, 100–112.
  • (en) Cohen, J.E., Schoenly, K., Heong, K.L. et al. (1994) A food-web approach to evaluating the impact of insecticide spraying on insect pest population dynamics in a Philippine irrigated rice ecosystem. Journal of Applied Ecology, 31, 747–763.
  • (en) Cohen, M.B., Alam, S.N., Medina, E.B. et Bernal, C.C. (1997) Brown plant-hopper, Nilaparvata lugens resistance in rice cultivar IR64: mechanism and role in successful N. lugens management in central Luzon, Philippines. Entomologia Experimentalis et Applicata, 85, 221–229.
  • (en) Cook, A.G. et Perfect, T.J. (1985) The influence of immigration on population development of Nilaparvata lugens and Sogatella furcifera and its interaction with immigration by predators .Crop Protection, 4, 423–433
  • (en) Cuong, N.L., Ben, P.T., Phuong, L.T. et al. (1997) Effect of host parasite resistance and insecticide on brown planthopper Nilaparvata lugens (Stâl) and predator population development in the Mekong Delta, Vietnam. Crop Protection, 16, 707–715.
  • (en) deKraker, J. (1996) The potential of natural enemies to suppress rice leaffolder populations. PhD Dissertation, Wageningen Agricultural University, The Netherlands.
  • (en) Fowler, S.V., Claridge, M.F., Morgan, J.C. et al. (1991) Egg mortality of the brown planthopper, Nilparvata lugens (Homoptera: Delphacidae) and green leafhoppers, Nephotettix spp. (Homoptera: Cicadellidae) on rice in Sri Lanka. Bulletin of Entomological Research, 81,161–167
  • (en) Gallagher, K., Kenmore, P.E. et Sogawa, K. (1994) Judicious use of insecticides defer planthopper outbreaks and extend the life of resistant varieties in Southeast Asian rice, in Planthoppers — Their Ecology and Management, (éd. R. Denno and T.J. Perfect), Chapman & Hall, Londres, p. 599–614.
  • (en) Heinrichs, E.A., Reissig, W.H., Valencia, S.L. et Chelliah, S. (1982) Rates and effects of resurgence-inducing insecticides on populations of Nilparvata lugens (Hemiptera: Delphacidae) and its predators. Environmental Entomology, 11,1269–1273
  • (en) Heong, K.L. (1989) A simulation approach to evaluating insecticides for brown planthopper control. Researches on Population Ecology, 30, 165–176
  • (en) Joshi, R.C., Shepard, B.M., Kenmore, P.E. et Lydia, R. (1992) Insecticide-induced resurgence of brown planthopper (BPH) on IR 62. International Rice Research, Newsletter, 17, 9–10.
  • (en) Kenmore, P.E. (1980) Ecology and outbreaks of a tropical insect pest of the Green Revolution, the rice brown planthopper, Nilparvata lugens (Stal.). PhD thesis, University of California, Berkeley.
  • (en) Kenmore, P.E., Carino, F.O., Perez, C.A. et al. (1984) Population regulation of the rice brown planthopper (Nilparvata lugens Stal.) within rice fields in the Philippines. Journal of Plant Protection in the Tropics, 1, 19–38.
  • (en) Matteson, P.C., Gallagher, K.D. et Kenmore, P.E. (1994) Extension of integrated pest management for planthoppers in Asian irrigated rice: empowering the user, in Planthoppers: Their Ecology and Management, (eds R.F. Denno and T.J. Perfect), Chapman & Hall, Londres, p. 656–685.
  • (en) Rombach, M.C. et Gallagher, K.D. (1994) The brown planthopper: promises, problems and prospects, in Biology and Management of Rice Insects, (ed. E.A. Heinrichs), Wiley Eastern Ltd, New Delhi, India, p. 613–656.
  • (en) Sawada, H., Kusmayadi, A., Gaib Subroto, S.W. et al. (1993) Comparative analysis of population characteristics of the brown planthopper, Nilparvata lugens Stál, between wet and dry rice cropping seasons in West Java, Indonesia. Researches in Population Ecology, 35, 113–137.
  • (en) Suvaparp, R. et Heong, K.L. (1992) Relative potency of three insecticides on Cyrtorhinus lividipennis and brown planthopper (BPH) Nilaparvata lugens. International Rice Research Newsletter, 17, 28–29.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :