Brentwood (Essex)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brentwood.
Brentwood
Image illustrative de l'article Brentwood (Essex)
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Essex
Code postal CM14-CM15
Indicatif 01277
Démographie
Population 44 800 hab.
Géographie
Coordonnées 51° 37′ 13″ nord, 0° 18′ 18″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte administrative du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Brentwood

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte topographique du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Brentwood
Liens
Site web http://www.brentwood.gov.uk

Brentwood est une localité située en Essex en Angleterre, au nord-est de Londres. La population est de 44 800 habitants.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom a été trouvé au XVIe siècle par des antiquaires, et est une dérive d'un mix entre les mots "burnt" (brûlé) et "wood" (bois) donnant donc à l'origine le nom "Burntwood", qui était toujours utilisé au XVIIIe siècle sur les cartes. Avec le temps, on a fini par découvrir que le mot "brent" était le terme médiéval équivalent au "burnt" moderne. Le nom s'est finalement transformé en "Brentwood".

Événements marquants[modifier | modifier le code]

Pendant la révolte des paysans de 1381, la ville a eu un rôle stratégique pour certains des chefs rebelles (John Ball et Jack Straw entre autres) puisque certains des lieux fréquentés, tels que les pubs, les auberges, … leurs servaient de lieux de rencontre. C’est aussi dans cette ville que la révolte a commencée, lorsque John Bampton (ou Thomas Bampton, selon les versions), un fonctionnaire, a convoqué des hommes venant de Fobbing, de Corringham et de Stanford pour les forcer à payer l’impôt par tête qu’ils avaient en quelque sorte boycottés. Les paysans, refusant toujours de payer l’impôt, énervèrent Bampton, qui ordonna leur arrestation. Cela entraîna une émeute où Bampton lui-même failli perdre la vie, mais réussi à s’échapper vers Londres. Après l’émeute, les paysans de Brentwood commencèrent à raconter à toute l’Angleterre ce qui s’était passé chez eux, et au fur et à mesure, l’histoire prit de l’ampleur et les paysans de tous le pays se mirent du côté de Brentwood, commençant ainsi la révolte.

Dans les autres événements marquants qui ont eu lieu dans la ville, on peut aussi parler de la mort du martyr protestant William Hunter en 1555, mit sur le bûcher alors qu'il n'avait que 19 ans. L'histoire raconte qu'il a perdu son travail à Londres parce qu'il ne suivait pas les dogmes de l'Église catholique, ce qui était pratiquement obligatoire à Londres à l'époque, et qu'il fut forcé de repartir vivre chez ses parents à Brentwood. Étant contre le dogme catholique disant que le pain et le vin de la communion étaient le corps et le sang du Christ, il fut envoyé à la justice, où il passa entre autres devant Antony Browne, un juge anglais, et il refusa toujours de changer son point de vue. Il fut envoyé devant l'évêque Bonner qui a tenté de le corrompre pour qu'il change de point de vue, mais cela fut encore un échec. Finalement, il fut renvoyé à Brentwood, où il fut brûle sur le bûcher. Un monument a été construit dans la ville en son honneur en 1861 et une école a été fondée sur le lieu de sa mort par Antony Browne en 1558 avec l'autorisation de la reine Marie Tudor. William Hunter est le premier martyr venant d'Essex sous le règne de cette reine.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On peut citer le monument à William Hunter, mais aussi l’ermitage, utilisé comme une maison de jeunesse, et le théâtre de Brentwood, qui sont les deux lieux culturels les plus importants de la ville.

Le théâtre de Brentwood est utilisé par prêt de 40 groupes d'arts divers et variés non professionnels. Tenu par une œuvre de charité indépendante, le bâtiment ne reçoit ni subventions ni fonds de la part d'une institution artistique quelconque.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Butcher A. F., English Urban Society and the Revolt of 1381, dans The English Rising of 1381, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, P 84-111.
  • Brie Friedrich, Wat Tyer and Jack Straw, English Historical Review, vol. 21, 1906, p. 106-111.
  • Dobson R. B., The Peasants' Revolt of 1381, Londres, Macmillan, 1983, 2e éd.