Botterens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Botterens
Botterens
Vue de Botterens
Blason de Botterens
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Fribourg Fribourg
District Gruyère
Localité(s) Botterens
Villarbeney
Communes limitrophes Broc, Châtel-sur-Montsalvens, Corbières, Morlon et Val-de-Charmey
Syndic Dominique Macheret
NPA 1652
No OFS 2123
Démographie
Population
permanente
670 hab. (31 décembre 2020)
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 00″ nord, 7° 07′ 00″ est
Altitude 739 m
Superficie 4,15 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Botterens
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Botterens
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Botterens
Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg
Voir sur la carte administrative du canton de Fribourg
City locator 14.svg
Botterens
Liens
Site web www.botterens.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Botterens est une localité et une commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Gruyère.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Botterens est formé d’un nom de personne germanique (Botthar ou Bothari), suivi du suffixe germanique -ingōs (« chez les gens de, chez ceux du clan de »). Sa plus ancienne occurrence écrite remonte à 1227[3].

Le nom de la commune est BotèrinÉcoutez en patois fribourgeois[4]. Son ancien nom allemand est Botteringen[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est issue de la fusion effectuée le , entre les anciennes communes de Villarbeney et de Botterens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Botterens est limitrophe de Broc, Châtel-sur-Montsalvens, Corbières, Morlon et Val-de-Charmey.

Population[modifier | modifier le code]

Gentilé et surnom[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont surnommés lè Tyâ-Tsin, soit ceux qui tuent les chiens en patois fribourgeois[6].

On trouve quelques occurrences du gentilé Botterensois dans la presse[7],[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune compte 83 habitants en 1811, 107 en 1850, 119 en 1900, 213 en 1920, 174 en 1950, 158 en 1960 et 279 en 2000[5].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Oscar Moret (1912-2003), compositeur, chef de chœur et d’orchestre, est né à Botterens dans l’ancienne boulangerie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. np/ks, « Botterens », sur toponymes.ch (consulté le )
  4. Dictionnaire-Dikchenéro: Français-Patois/Patê-Franché. Société cantonale des patoisans fribourgeois. Fribourg: 2013. p. 81
  5. a et b Marianne Rolle, « Botterens » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  6. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 16
  7. GRU, « Sensibiliser par l'huile de coude », La Gruyère,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  8. « Rachel Risse, Botterens » Accès payant, sur www.laliberte.ch, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :