Blanchiment des troupes coloniales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Plaque commémorative en mémoire des troupes coloniales à Champagne-au-Mont-d'Or.

Le blanchiment des troupes coloniales consiste dans le retrait des troupes coloniales des premières lignes des défilés de victoires, voire leur rapatriement en Afrique après qu'elles ont participé à la campagnes d'Afrique et à la Libération de la France durant la Seconde Guerre mondiale.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Durant l'automne 1944, sur ordre du général de Gaulle, les 15 000 tirailleurs sénégalais des 9e division d'infanterie coloniale et 1re DMI sont remplacés (« blanchis ») par des FFI au sein de la 1re armée française[1].

Après le débarquement de Provence, les soldats noirs sont volontairement retirés des troupes françaises à la suite d'un mémo du chef d'état major américain, Walter B. Smith, qui voulait une séparation identique à celle pratiquée dans les régiments de G.I., où les Noirs ne combattaient pas aux côtés des Blancs jusqu'aux derniers moments de la guerre[2]. Cantonnés à Toulon, puis renvoyés en Afrique, les soldats noirs ont été remplacés par des recrues blanches issues de la Résistance. Concernant les tirailleurs nord-africains, la relève ne se fit que partiellement à partir de janvier 1945 lorsque, dans chaque division de l’Armée d’Afrique, un régiment FFI remplaça un régiment d’Afrique du Nord[3]. Cependant, de nombreuses unités de tirailleurs continuèrent le combat durant l'hiver 1944 dans les Vosges, ainsi qu'en avril 1945 dans la réduction de la poche de Royan[4] et plusieurs unités défilèrent le sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris[5].

Lors de la première exposition photographique consacrée à la Libération de Paris présentée le au musée Carnavalet, il est probable qu'aucun Noir n'ait été présenté (deux des panneaux d'exposition n'ont pas été photographiés) alors que dans le fonds ayant alimenté l'exposition un seul cliché intègre un soldat noir[6]. La présence de rares soldats noirs est cependant attestée en août 1944 à Paris, dont Claude Mademba Sy, tirailleur sénégalais qui jouissait d'un statut de citoyen français et non de citoyen de l’empire, Georges Dukson, un Gabonais membre des FFI et une femme en uniforme dont l'identité est inconnue[6].

Raisons du blanchiment[modifier | modifier le code]

Dans son documentaire Le Blanchiment des troupes coloniales[7], le réalisateur Jean-Baptiste Dusséaux montre que l'armée française a préféré se priver de vingt mille combattants aguerris — au grand dam de certains officiers — plutôt que d'associer des hommes noirs à la Libération. Un film de propagande justifie ce choix par le climat : « Les frères de couleur vaincus par l'hiver ! » alors que l'état-major craint pour le prestige de la 1re armée et voit comme une « atteinte à l'ordre colonial » le contact entre soldats noirs et femmes blanches[7]. Le blanchiment aurait été également un moyen pour le général de Gaulle de contrôler les ex-FFI, en les incorporant dans l'armée régulière[8].

Les raisons exactes du blanchiment sont mal analysées. Pour l'historienne Christine Levisse-Touzé, il serait « éminemment faux que de Gaulle ne voulait pas de Noirs aux portes de Paris », appuyant son argument sur le défilé du  : les troupes de l’empire colonial étaient présentes, alors qu'en 1943 et 1944 les Forces Françaises Libres étaient soumises aux ordres des Américains, dont l'armée fut ségréguée jusqu'en 1948[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « (...) de novembre 1944 à mars 1945, le nombre d’autochtones rapatriés en AOF (Afrique-Occidentale française) (...) s’élève à 9 678, soit 3 261 ex-prisonniers et 6 334 rapatriés de France (...) », in Gilles Aubagnac, « Le retrait des troupes noires de la 1re Armée », Revue historique des armées, no 2, 1993, p. 34-46.
  2. Mike Thomson, Paris liberation made 'whites only', Document, BBC Radio 4, lire en ligne.
  3. Brahim Senouci, Préface de Stéphane Hessel, Algérie, une mémoire à vif : Ou le caméléon albinos, L'Harmattan, 2008, page 84 [1]
  4. « Le Bataillon de marche de l’Oubangui-Chari et la libération de Royan »,
  5. Bilan de la Seconde Guerre mondiale, RFI, 10 mai 2010, lire en ligne.
  6. a b et c Luc Briand et Aude Deraedt, « Libération de Paris : pourquoi il n'y a (presque) pas de Noirs sur les photos », sur liberation.fr, (consulté le 31 août 2018)
  7. a et b Isabelle Poitte, « Le blanchiment des troupes coloniales », telerama.fr, (consulté le 27 mai 2017)
  8. Julien Masson, « Mémoire en marche : Sur les traces des tirailleurs sénégalais de 1939-1945 », sur RFI,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]