Biosécurité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le mot Biosécurité est polysémique . Le mot a des significations qui varient selon les disciplines ou métiers concernées et ses significations ont évolué, passant d'une notion sécurisation physique d'un espace au profit de son propriétaire ou occupant à une biosécurité contrôlant des flux vivants à une protection élargie du vivant et de la nature qui incluent l'humanité et ses générations futures[1].

Il est notamment utilisé dans le secteur de la santé, de l'alimentation humaine et animale, La eéfense, de l'agriculture, des transports et de l'environnement. Il désigne des processus, méthodes et mesures préventives et réglementaires visant à réduire le risque biologique et notamment les risques de diffusion et transmission (accidentelles ou malveillantes) de pathogènes (prions inclus) dans les populations humaines, les élevages, chez les animaux de compagnie[2], dans les cultures ou la Nature sauvage. La biosécurité inclue donc les mesures de surveillance, de précaution et de contrôle (ex : mesures de quarantaine et de confinement y compris de ravageurs, d'espèces exotiques envahissantes ou potentiellement invasives, ou encore d'organismes vivants génétiquement modifiés (Koblentz, 2010).
La National Academies of Science définit la biosécurité comme « la sécurité contre l'utilisation par inadvertance, inappropriée, ou intentionnellement malicieuse ou malveillante d'agents biologiques ou issus des biotechnologies potentiellement dangereux, y compris le développement, la production, le stockage ou l'utilisation d'armes biologiques ainsi que les pandémies ou épidémies émergentes et les maladies épidémiques ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XXème siècle les progrès des biotechnologies ont été tels que de nombreux projets civils de recherche en médecine et biotechnologies agricoles ont un potentiel d'usage militaires ou terroriste (« recherche à double usage »). Des protocoles de biosécurité visent à empêcher les « fuites » ou pertes accidentelles de matériaux biologiques dangereux, ou qu'ils ne tombent dans les mains malveillantes. Vers la fin des années 1990 en réponse aux craintes et menaces de terrorisme biologique, la biosécurité a englobé la prévention du vol d'agents ou produits biologiques dangereux dans les laboratoires de recherche ou lors de leurs transport et d'autres usages illégaux ou détournés d'agents pathogènes dangereux ou de biotoxines.

Les épidémies ou pandémies de maladies émergentes ou réemergentes semblent se faire plus nombreuses et plus fréquentes. Presque toutes sont zoonotiques, faisant que les approches médicales et vétérinaires tendent à se rapprocher entre elles et des approches environnementalistes, dans une approche multidisciplinaire et mondiale dite One Health.

Mise en oeuvre[modifier | modifier le code]

Des mesures actives et passives, préventives et correctives combinent divers systèmes de bonnes pratiques (ex : Hygiène, HACCP, barrières multiples, traçabilité, contrôle, vérification, certification, exercices et analyse des retours d'expérience et mises à jour de normes, etc.). Elles concernent en particulier les laboratoires de biotechnologies, la gestion des cadavre, excréta, déchets médicaux et autres déchets à risque biologique.

Des formations et outils dédiés ont été produits pour les chercheurs, les agents des douanes, de santé et les gestionnaires agricoles et de ressources naturelles, pour prévenir la propagation de ces agents biologiques[3]

Sous l'égide de l'OMS, l'OIE, la FAO et l'ONU, avec une approche One Health se développant dans le cadre de la mondialisation et de la grande accélération la biosécurité nécessite de plus en plus une coopération de scientifiques, techniciens, décideurs, ingénieurs en sécurité, législateur et des responsables de l'application de la loi.

Au niveau international, la question de la biosécurité est maintenant abordée et définie par des outils (ex : Codex alimentarius dans le domaine de l'alimentation)[4] et des textes supra-nationaux, tels que le « protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques, relatif à la convention sur la diversité biologique », adopté le 29 janvier 2000 à Montréal. Il institue un cadre réglementaire internationale pour notamment concilier les enjeux du commerce des organismes génétiquement modifiés[5] et la protection de l'environnement au regard de l'industrie de la biotechnologie qui connaît un essor rapide. Il met notamment l'accent sur les mouvements transfrontières. C'est un cadre pour une législation émergente sur les biotechnologies, y compris dans les pays en développement, souvent les plus riches en biodiversité, et concernés par certains risques écoépidémiologiques et sanitaires[6] ; Il crée un contexte favorable à l'utilisation sensée et respectueuse de l'environnement des biotechnologies, supposé permettre de tirer le maximum de leur potentiel tout en réduisant les risques pour l'environnement et la santé humaine[7].

Domaines concernés[modifier | modifier le code]

La biosécurité se déploie de plus en plus largement également dans les secteurs de la santé publique et vétérinaire en général, mais aussi les domaines industriels et bien entendu dans le domaine scientifique, avec par exemple l'élaboration des « Lignes directrices en matière de biosécurité » qui fixent certaines normes concernant la question de la sécurité en laboratoire liée à la culture de cellules et de virus, ou traitant des problèmes de sécurité qui pouvaient surgir par suite de l'application des nouvelles techniques de génie génétique, comme les OGM (Organismes génétiquement modifiés).

La biosécurité fait aussi partie des domaines de recherche de l'anthropologie et de la philosophie.

Organisation[modifier | modifier le code]

Elle s'appuie sur les principes d'évaluation et de gestion du risque.

Selon un rapport[8] publié le aux États-Unis par un groupe d'étude sur la biodéfense, co-présidé par l'ancien secrétaire américain à la sécurité intérieure Thomas Ridge et un ancien sénateur Joseph Lieberman, parrainé par un think tank (Hudson Institute) selon qui le gouvernement américain peut et doit mieux se préparer. Le rapport contient 33 recommandations adressées au gouvernement américain pour améliorer la biosécurité. Il veut tirer des leçons du dernier épisode Ebola et propose notamment de créer un bureau centralisée de la biosécurité et de porter davantage l'accent sur la détection des menaces biologiques via le renseignement et la surveillance [9]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lanfranchi M.P (2001) Le principe de précaution dans le protocole Biosécurité ; DPCDIDE - Droit public comparé - Droit international et Droit européen / Congrès.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Pécaud, « Territoire et appropriation : vers une biosécurité généralisée ? », Ecologie & politique, vol. N° 43, no 3,‎ , p. 95 (ISSN 1166-3030 et 2118-3147, DOI 10.3917/ecopo.043.0095, lire en ligne, consulté le 20 mars 2020)
  2. Keck, N., & Bernard, F. (2017) Prévention des infections nosocomiales chez les animaux de compagnie par la biosécurité dans les établissements de soins vétérinaires. Bulletin de l'Académie Vétérinaire de France.
  3. Meyerson & Reaser (2002) [1], Science 295: 44
  4. Makane Moïse Mbengue et Urs P. Thomas, « Le codex Alimentarius, le protocole de Cartagena et l’OMC : une relation triangulaire en émergence ? », Revue européenne des sciences sociales. European Journal of Social Sciences, no XLII-130,‎ , p. 229–248 (ISSN 0048-8046, DOI 10.4000/ress.482, lire en ligne, consulté le 20 mars 2020)
  5. Maljean-Dubois, S. (2001). Le protocole de Carthagène sur la biosécurité et le commerce international des organismes génétiquement modifiés.
  6. Frison, C., & Joie, T. (2006). Elaboration d’une réglementation de biosécurité par certains pays en développement: expériences dans la mise en oeuvre du Protocole de Cartagena en Afrique de l'Ouest. Law, Environment and Development Journal, 2(2), 166-182.
  7. Sontot A (2000) Etuces socio-économiques : Le protocole biosécurité: entre incertitude et ambiguïté. Oléagineux, Corps gras, Lipides, 7(4), 350-352.
  8. A NATIONAL BLUEPRINT FOR BIODEFENSE: LEADERSHIP AND MAJOR REFORM NEEDED TO OPTIMIZE EFFORTS BIPARTISAN REPORT OF THE BLUE RIBBON STUDY PANEL ON BIODEFENSE, oct. 2005, et résumé
  9. Reardon S (2015) US panel proposes executive biodefence office Centralized approach promoted to streamline response and reduce overlap between government agencies. Nature, doi:10.1038/nature.2015.1865928 10 2015