Billet de 1 000 francs Richelieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 1 000 francs.
1 000 francs Richelieu
Pays officiellement utilisateurs Drapeau de la France France
Valeur 1 000 francs
Largeur 150[1] mm
Hauteur 80 mm
Caractéristiques de sécurité

Recto

1 000 francs Richelieu, Face recto
Design Richelieu et le Palais-Royal
Créateur Clément Serveau, Jules Piel et Robert Armanelli
Date de création

Verso

1 000 francs Richelieu, Face verso
Design Richelieu et porte de la ville de Richelieu
Créateur Clément Serveau, Jules Piel et Robert Armanelli
Date de création

Chronologie

Le 1 000 francs Richelieu est un billet de banque en francs français créé par la Banque de France le et émis le pour remplacer le 1 000 francs Minerve et Hercule. Il sera suivi par le 10 nouveaux francs Richelieu.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce billet polychrome imprimé en taille douce se raccroche au courant des « personnalités illustres » qui comprend dans cette série Victor Hugo, Henri IV et Bonaparte.

Le choix de Richelieu peut surprendre mais en cette période de réorganisation du pays, cette haute figure morale et centralisatrice s'imposait sans doute. Précédemment, plusieurs essais furent commandés par l'Institut : d'abord en 1948, à Jean Lefeuvre, avec le Maréchal Foch comme motif principal, mais finalement refusé, et dont il existe plusieurs épreuves au millésime 1950[2]. Un autre essai de billet de 1 000 francs montrant Amphitrite fut ensuite commandé en 1953 à William Fel et au graveur Georges Beltrand mais fut abandonné[3].

Il fut imprimé de 1953 à 1957 puis retiré de la circulation le et privé de son cours légal le . Il fut tiré à 840 000 000 d'exemplaires.

Description[modifier | modifier le code]

Ce billet est l’œuvre du peintre Clément Serveau et fut gravé par Jules Piel et Robert Armanelli.

Les tons dominants sont brun et rouge.

Au recto : à droite se trouve l'effigie du cardinal de Richelieu d'après un tableau du peintre Philippe de Champaigne ; au fond se trouve le Palais-Royal, et plus précisément le Conseil d’État, vu depuis le Louvre.

Au verso : à gauche, on retrouve le portrait de Richelieu, lequel se tient devant la porte monumentale de la ville de Richelieu bâtie sur les plans de Jacques Lemercier.

Le filigrane montre le visage de Richelieu de profil : notons que le cartouche du filigrane n'apparaît que sur le verso.

Les dimensions sont de 150 mm x 80 mm.

Les exemplaires surchargés[modifier | modifier le code]

Le 7 mars 1957 la Banque décide de faire surcharger en rouge de la mention "contre-valeur de 10 nouveaux francs" les coupures 1 000 francs Richelieu mais sur le recto seulement. Ces coupures sont émises à partir du 5 juillet 1959 et furent retirées de la circulation à compter du 10 juillet 1959 lorsque furent prêtes les coupures exprimées en nouveaux francs. Il y a eu 25 000 000 exemplaires surchargés.

Remarques[modifier | modifier le code]

  • C'est le dernier billet de 1 000 francs de l'histoire des billets de banque français : un projet de vignette fut lancé dans les années 1980 par l'institution monétaire avec le musicien Maurice Ravel comme personnage illustre dans une dominante bleue, mais n'a pas abouti.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces différentes dates et données suivantes proviennent du calendrier officiel de la Banque de France établissant les créations, émissions et retraits de tous les billets français. En ligne le 15 mai 2012.
  2. Cf. Claude Fayette (2003), page 40.
  3. Voir essai Mille francs Amphitrite recto et verso, en ligne.

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Musée Carnavalet : L'art du billet. Billets de la Banque de France 1800-2000, Banque de France/Paris-Musées, 2000 - (ISBN 978-2879004877) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Claude Fayette, Les billets de la Banque de France et du Trésor (1800-2002), C. Fayette Éd., 2003 - (ISBN 978-2951634312) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Tristan Gaston-Breton : Indispensable Billet. Petites et grandes histoires du billet de banque en France, Le Cherche midi, 2007 - (ISBN 978-2749104447)
  • M. Kolsky, J. Laurent et A. Dailly : Les Billets de France, 1707-2000, coll. "Histoire du papier-monnaie français", Les éditions du Landit, 2009