Billet de 50 francs Saint-Exupéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
50 francs Saint-Exupéry
Pays officiellement utilisateurs Drapeau de la France France
Valeur 50 francs
Largeur 123 mm
Hauteur 80 mm
Caractéristiques de sécurité

Filigrane
Fil de sécurité
Micro-impressions
Encre incolore

Recto

50 francs Saint-Exupéry, Face recto
Design Antoine de Saint-Exupéry
Créateur Roger Pfund
Date de création

Verso

50 francs Saint-Exupéry, Face verso
Design Breguet XIV
Créateur Roger Pfund
Date de création

Chronologie

Le 50 francs Saint-Exupéry est un billet de banque en francs à l'effigie de l'écrivain et aviateur Antoine de Saint-Exupéry. Remplaçant le 50 francs Quentin de La Tour, il a été créé par la Banque de France le et est entré en circulation le [1],[2].

Son émission a cessé le lorsque les billets en euro sont entrés en circulation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme tous les autres billets en francs remplacés par l'euro (500 francs Pierre et Marie Curie, 200 francs Gustave Eiffel, 100 francs Cézanne, 20 francs Debussy), il a cessé d'avoir cours légal à partir du , et est resté échangeable aux guichets de la Banque de France, de l'Institut d'émission des départements d'outre-mer et du Trésor public jusqu'au inclus[3].

Description[modifier | modifier le code]

Le 50 francs Saint-Exupéry a été conçu par le graphiste franco-suisse Roger Pfund[2]. En plus d'une photographie d'époque d'Antoine de Saint-Exupéry retouchée, il reprend des éléments du Petit Prince dessinés par l'écrivain, le Petit Prince sur une planète et le boa ayant avalé un éléphant, ainsi qu'un fond de carte géographique avec le tracé d'une liaison aérienne. Au revers figure le dessin d'un Breguet XIV, l'avion de Saint-Exupéry[1].

Les dimensions sont de 123 × 80 mm.

Remarques[modifier | modifier le code]

  • Pour la gravure, le système utilisé par la Banque s'appelle ADAGIO — pour Atelier de dessin assisté pour la gravure de l'intaglio et de l'offset — et permet une précision accrue, un contrôle parfait du graphisme et des différentes couleurs[4].
  • Pour la réalisation du filigrane, le système INGRES — pour Installation de numérisation d'emboutissage de sécurité — permet de graver directement les matrices entre lesquelles sera emboutie la toile métallique qui servira pour le papier filigrané[4].
  • Ce billet utilise le système des micro-lettres en haut à gauche du recto. Le texte " Il y avait sur une étoile une planète la mienne la terre un petit prince à consoler! Je le pris dans les bras ", extrait du Petit Prince, y est reproduit en caractères majuscules en continu sur huit lignes. Il est très difficilement lisible à l'œil nu, plus facilement avec une loupe à fort grossissement[5].
  • Certaines émissions datées 1992 et 1993 comportent une erreur typographique, le « E » comporte un accent (« Saint-Éxupéry »). Il reste en circulation jusqu'en 1997, année où l'erreur sera corrigée avec la sortie d'un nouveau billet sans l'accent (« Saint-Exupéry »).
  • Ce billet existe soit avec un fil de sécurité inscrit dans la trame du papier, soit avec une bande discontinue réfléchissante dite « STRAP » (acronyme de Système de Transfert Réfléchissant Anti Photocopie).
  • Il existe de nombreux « billets fautés » : le mouton coupé en deux ou absent, l'absence de bande strap, etc.
  • On reprocha à ce billet de s'user très vite[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Euros et Collections no 30, Les billets en francs du XXe siècle, mai-juin 2011, p. 48.
  2. a et b L'art du billet : Billets de la Banque de France 1800-2000, pour l'exposition au Musée Carnavalet du 1er avril au 11 juin 2000, Paris, Paris Musées et Banque de France, 2000, 215 p. (ISBN 2-87900-487-X), p. 196.
  3. Décret no 2002-192 du 14 février 2002 portant suppression du cours légal des billets libellés en francs, JORF no 40 du 16 février 2002, p. 3038, texte no 9, NOR ECOX0200014D ; son article 2, concernant l'échange par la Banque de France, a été codifié en 2005 à l'article R. 122-1 du Code monétaire et financier.
  4. a et b « Dessine-moi un sans mouton » par Claude Fayette, 8 décembre 2004.
  5. http://billetaufildumonde.com/micros_lettres.htm
  6. Cahier anecdotique de la Banque de France, n° 25, 2006.

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Musée Carnavalet : L'art du billet. Billets de la Banque de France 1800-2000, Banque de France/Paris-Musées, 2000 - (ISBN 978-2879004877) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Claude Fayette, Les billets de la Banque de France et du Trésor (1800-2002), C. Fayette Éd., 2003 - (ISBN 978-2951634312) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Tristan Gaston-Breton : Indispensable Billet. Petites et grandes histoires du billet de banque en France, Le Cherche midi, 2007 - (ISBN 978-2-7491-0444-7)
  • M. Kolsky, J. Laurent et A. Dailly : Les Billets de France, 1707-2000, coll. "Histoire du papier-monnaie français", Les éditions du Landit, 2009