Bili Bidjocka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bili Bidjocka
Bili Bidjocka.jpg

L'artiste Bili Bidjocka

Naissance
Nationalité
Activité
Lieu de travail

Bili Bidjocka est un artiste peintre camerounais, né à Douala en 1962, qui vit à Paris depuis l'âge de 12 ans. Il travaille entre Paris, Bruxelles et New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1975, il déménage avec sa famille à Paris, où il étudie ensuite à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts. En 1985, il co-fonde l'association parisienne « underground » Les Frigos, destinée à soutenir des talents créatifs. Il fait ses débuts d'artiste et de commissaire d'exposition en 1994 et travaille à plusieurs projets culturels. En 1995, il co-fonde le Matrix Art Project à New York, une plateforme de production et d'expérimentation. De 1998 à 2007, il pilote le centre d'art contemporain Matrix Art Project de Bruxelles, où il vit pendant ces années. En 2007, Bidjocka revient à Paris.

Il a participé à de nombreuses expositions: La biennale de Johannesburg en (1997), La Havane (1997), Dakar (2000), Taipei (2004) et Venise (Check List Luanda Pop, 2007, dirigé par Fernando Alvim et Simon Njami); il a présenté son travail au New Museum of Contemporary Art de New York et à l'occasion de l'exposition itinérante Africa Remix (Düsseldorf, Londres, Paris, Tokyo, Johannesburg, (2005-2007). Il a fondé et dirigé le centre d'art contemporain Matrix Art Project à Bruxelles.

Le travail de Bili Bidjocka consiste en installations, sculptures et projets conceptuels. Après une période de peinture, il réalise des installations qui recourent à l'écriture comme partie intégrante de son travail. Les processions et cérémonies camerounaises caractérisent son travail, offrant des métaphores pour faire réfléchir à la perte et à l'absence d'une part, à l'extase et au désir suspendu d'autre part.

Le critique d'art et curateur Simon Njami a paraphrasé la biographie de l'artiste et l'histoire de son œuvre pendant le Festivaletteratura de Mantoue en 2007, en présentant une différente vision du travail de Bili Bidjocka. Le débat consistait en une critique à l'anthropologie eurocentrique qui pendant des siècles a dominé les représentations de l'Afrique.

Œuvres[modifier | modifier le code]

L'écriture infinie[modifier | modifier le code]

L'écriture infinie est une œuvre de Bili Bidjocka, qui naît de l'exigence de l'artiste d'écrire le plus grand recueil de livres manuscrits au monde, à cause de la progressive extinction de l'écriture manuscrite, mise en place par la technologie.

L'écriture infinie est constitué par une série de livres de 6000 pages blanches, de la longueur de 104 centimètres et de 100 kilogrammes. Le public est invité à écrire comme si c'était la dernière chose qu'il peut faire, avant qu'on lui tranche la main - déclare l'artiste au Festivaletteratura de Mantoue, en 2007.

Skin[modifier | modifier le code]

Exhibitions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel, N. (2010): Bili Bidjocka, une expérience poétique. Jeune Afrique. http://www.jeuneafrique.com/194495/culture/bili-bidjocka-une-exp-rience-po-tique/
  • Moleskine. Bili Bidjocka: http://www.moleskine.com/au/authors/bili_bidjocka
  • Écriture Infinie (2011). Bili Bidjocka interview. https://vimeo.com/28065175
  • Barbara Vanderlinden & Elena Filipovic, The work of Bili Bidjocka in Do you Believe in Reality, catalogo, Taïpei Biennial, 2004.
  • The marriage of earth & night by bili bidjockain el corazon de las tinieblas, catalogo, 2002.
  • Pirotte, Philippe. "BILI BIDJOCKA: The Jet-lag Experiment." Nka Journal of Contemporary African Art 2001.15 (2001): 74-76.
  • Joël Busca, L'arte contemporanea africana, L'Harmattan Italia, Torino, 2002, p. 115-120 (ed. originale Perspectives sur l'art contemporain africain, L'Harmattan, Paris, 2000).
  • Okwui Enwezor, Between Words... in Reading the Contemporary, 1999-2000.
  • Max Borka, De Kerst is Kort – Bili Bidjocka in "Standard Magazin", Dicembre 1999.
  • Eduardo Costa, Report from Havana, The installation biennial, in "Art in America", Marzo 1998.
  • Dan Cameron, Global Warming, "Art Forum International", dicembre 1997.
  • LE PRINCIPE ET LA FAIM, Un Proyecto de Bili Bidjocka, in "Atlantica International", 18, 1997.
  • Franklin Sirmans, Bili Bidjocka: Mélancholia, Sophistication, And Lightness, in "Flash Art", 32, 204, 1997.
  • COLLAGE (JESUIS LA SEULE FEMME DE MAVIE...), By Bili Bidjocka in "Gagarine", 1, 2, 1997.
  • Condon, Robert. "Writing the body: BILI BIDJOCKA AND BATO." Nka Journal of Contemporary African Art 1995.3 (1995): 60-63.
  • Sean O'Toole, Bili Bidjocka Focus: Begonias, the lure of travel, endless writing and an unfinished book, "Freeze Magazine", 119, novembre-dicembre 2008.
  • Pensa, Iolanda (Ed.) 2017. Public Art in Africa. Art et transformations urbaines à Douala /// Art and Urban Transformations in Douala. Genève: Metis Presses. (ISBN 978-2-94-0563-16-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :