Bernard-Jean-Maurice Duport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard-Jean-Maurice Duport
Fonctions
Membre du Conseil des Cinq-Cents
Mont-Blanc
-
Député de la Convention nationale
Mont-Blanc
-
Avocat
Sénat de Savoie
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinction

Bernard-Jean-Maurice Duport, né le à Faverges (duché de Savoie) et mort à à Paris (France), est un magistrat savoyard, député français à la Convention (1793-1798) au cours de la période révolutionnaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard-Jean-Maurice Duport est né le dans le bourg de Faverges[1], situé dans le duché de Savoie. Il est issu d'une famille de manufacturiers en soie.

Après des études de droit, il est avocat au Sénat, à Chambéry, depuis 1788. Il est membre de la Loge « Les Sept Amis », Orient de Chambéry, aux côtés du député Jacques-Antoine Balmain[2].

Le duché de Savoie est unis à la France en 1792. Il est élu député à la Convention par le département du Mont-Blanc. Réélu au Conseil des Cinq-Cents, il y siège jusqu'en 1797. Le 1er juillet 1798, il est nommé membre de la Commission du gouvernement français auprès de la République romaine, à la place de Pierre-Claude-François Daunou. À son retour à Paris, en 1799, il devient membre de la Commission chargée de la codification des lois au ministère de la Justice, et conserve cet emploi jusqu'en 1815. Destitué sous la Restauration, il rentre au ministère de la Justice en 1830.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Germain, Personnages illustres des Savoie : "de viris illustribus", Lyon, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-915688-15-3), p. 212.
  2. Marcel Auche, Les francs-maçons de la Révolution, Bonneuil-en-Valois, Éd. de la Hutte, coll. « Essais », , 1re éd., 1 vol., 381, 14 × 18 cm (ISBN 978-2-916123-25-7 et 2-916123-25-3, OCLC 470938388, BNF 41467326, lire en ligne [fac-similé]), addenda, p. 362, 372.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]