Bataille d'Ankara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille d'Ankara
Description de cette image, également commentée ci-après
Peinture moghole censée représenter la bataille
Informations générales
Date
Lieu Plaine de Çubuk
Issue Victoire de l'Empire timouride
Belligérants
Timurid.svg Empire timourideFlag of the Ottoman Empire.svg Empire ottoman
Flag of the Serbian Empire, reconstruction.svg Serbie moravienne
Royal banner of Branković family.svg District de Branković (en)
Commandants
Timurid.svg Tamerlan
Timurid.svg Chahrokh
Timurid.svg Khalil Sultan
Timurid.svg Miran Shah
Timurid.svg Abou Bakr
Timurid.svg Sultan Hussein Tayichioud (en)
Timurid.svg Mohammed Sultan Mirza (en)
Timurid.svg Pir Mohammed ibn Jahangir (en)
Timurid.svg Chah-i Chahan (en)
Flag of the Ottoman Empire.svg Bajazet Ier  (c)
Flag of the Ottoman Empire.svg Çandarli Ali Pacha
Flag of the Ottoman Empire.svg Suleyman Çelebi
Flag of the Ottoman Empire.svg Kara Timurtach Pacha (tr)
Flag of the Ottoman Empire.svg Mehmed Çelebi
Flag of the Serbian Empire, reconstruction.svg Stefan Lazarević
Royal banner of Branković family.svg Đurađ Branković
Forces en présence
~ 140 000 hommes85 000 hommes[1],[2]
Pertes
15 000 à 25 000 tués ou blessés40 000 à 50 000 tués ou blessés[3]
Coordonnées 39° 52′ nord, 32° 52′ est

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Bataille d'Ankara

La bataille d'Ankara (Ankara Muharebesi) s'est déroulée le (19 Dhoul Hijja 804 AH) sur le champ de bataille de Çubuk, près d'Ankara, entre les forces du sultan ottoman Bayezid Ier et l'armée turco-mongole de Tamerlan, à la tête de l'Empire timouride. La bataille s'acheva sur la victoire éclatante de Tamerlan, avec la capture de Bayezid Ier, qui conduisit à une période de crise pour le sultanat ottoman. L'Empire timuride entra cependant dans sa période de déclin final après la mort de Tamerlan, moins de trois ans après la bataille, alors que l'Empire ottoman put retrouver toute sa puissance, qui continua ensuite à se développer sur plusieurs siècles.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le sultan Bayezid (Bajazet) rencontre Timur Lang (Tamerlan), près d'Angora (Ankara). Les forces sont à peu près égales (220 000 pour les Ottomans contre 180 000 Timourides). Toutefois, les troupes timourides sont presque exclusivement montées, alors que l'infanterie, composée en majeure partie de serbes[2],[1], représente la plus grande part des forces ottomanes.

De plus, par une habile stratégie de détournement et d'empoisonnement des puits, Tamerlan parvient à assoiffer les forces ottomanes, considérablement affaiblies au moment de l'engagement.

Le sultan Bayezid, prisonnier de Tamerlan, toile de 1878.

Bernardine Kielty offre un récit particulièrement romancé de cette bataille :

« [...] lesquels étaient accompagnés de 32 éléphants indiens, qui semèrent la panique parmi les chevaux turcs. Entouré de ses gardes du corps, Bajazet combattit jusqu'à la mort du dernier d'entre eux. Puis, quand il essaya de prendre la fuite, son cheval tomba et les Mongols le traînèrent jusqu'à Timur, en vociférant de joie. (...) Au bout de 8 mois, Bajazet mourut. Les Turcs Ottomans furent tous dispersés. Et les Mongols, comme une horde de loups, retournèrent au galop en Asie pour aller saccager la Chine. »

— Bernardine Kielty, La Chute de Constantinople, Éd. Nathan 1967

Malgré ce que cet extrait peut faire comprendre, les Turcs combattent ici les Timourides et non les Mongols. Menés par Tamerlan, qui se proclame descendant de Gengis Khan, ils ont attaqué l'Anatolie sans aucune ambition sur ces terres, donnant par là même un sursis inespéré aux empires byzantins de Trébizonde et de Constantinople. Mais une autre conséquence est que ces terres ont été abandonnées par les Ottomans aux Moutons blancs. Les Ottomans se sont donc concentrés par la suite sur l'Europe.

Quant à Tamerlan, il meurt le (17 Cha'ban 807 AH) avant de pouvoir atteindre la Chine des Ming.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bury, J. B. (1923). The Cambridge Medieval History. vol. 4. Tanner, J. R., Previté-Orton, C. W., Brooke, Z. N. (eds.). Cambridge: Cambridge University Press. sayfa 562.
  2. a et b Prawdin, Michael, and Gérard Chaliand, The Mongol Empire, (Transaction Publishers, 2006), 495.
  3. http://historyofislam.com/contents/the-post-mongol-period/the-battle-of-ankara

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]