Bassin du Colorado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bassin du Colorado
Situation
Image illustrative de l’article Bassin du Colorado
Pays États-Unis, Mexique
Caractéristiques
Déversoir Golfe de Californie
Principaux cours d'eau Colorado
Superficie 629 100 km2

La loi de l'état du Colorado, qui remonte à 1922, partage l'utilisation de l'eau du fleuve Colorado entre sept États du sud-ouest américain : en amont 52 % reviennent au Colorado, 23 % à l'Utah, 14 % au Wyoming, 11 % au Nouveau-Mexique ; en aval, la Californie prélève 59 %, l'Arizona 37 % et le Nevada 4 %[1]. L'eau est utilisée essentiellement pour les activités agricoles en vertu du vieux principe américain qui, lors de la conquête de l'Ouest, attribuait la propriété des ressources à ceux qui les ont valorisées en premier. Elle est en effet détenue en majorité par 700 familles descendantes des pionniers, qui pratiquent une agriculture irriguée dévoreuse d'eau (luzerne : 12 récoltes par an, betterave à sucre) en plein désert grâce à l'eau des canaux, notamment dans la prospère Imperial Valley, mais très rentable. Cette eau est convoitée par les villes du Sud de la Californie comme Los Angeles ou San Diego qui sont en pleine croissance démographique, mais aussi par Las Vegas qui en a besoin pour sa population.

Polémiques liées à l'exploitation du Fleuve[modifier | modifier le code]

Les Amérindiens Cucapas qui occupent le delta situé au Mexique qui ont longtemps vécu de la pêche ne peuvent plus pratiquer cette activité comme autrefois. En effet, le Mexique a signé un traité avec le gouvernement des États-Unis qui laisse 9 % de l'eau du fleuve Colorado arriver jusqu'à son embouchure. De plus l'évaporation réduit la quantité d'eau à seulement 4 % de sa quantité initiale.[réf. nécessaire] En conséquence, le delta n'existe presque plus et les Indiens Cucapas doivent pêcher en mer, loin de leurs habitations.

Affluents[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gaëlle Dupont, « Las Vegas, la pécheresse assoiffée » dans Le Monde du 09-04-2008, [lire en ligne]