Basilique Notre-Dame-de-Guadalupe de Mexico

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basilique Notre-Dame et Notre-Dame.
Basilique Notre-Dame-de-Guadalupe
Image illustrative de l'article Basilique Notre-Dame-de-Guadalupe de Mexico
La nouvelle Basílica de Nuestra Señora de Guadalupe
Présentation
Culte Catholicisme
Type Basilique mineure
Début de la construction 1531
Fin des travaux Reconstruction en 1976
Architecte Pedro Ramirez Vázquez
Site web www.virgendeguadalupe.org.mxVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau du Mexique Mexique
Ville Mexico
Coordonnées 19° 29′ 02″ nord, 99° 07′ 01″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Mexique

(Voir situation sur carte : Mexique)
Basilique Notre-Dame-de-Guadalupe

Géolocalisation sur la carte : Mexico

(Voir situation sur carte : Mexico)
Basilique Notre-Dame-de-Guadalupe

La basilique Notre-Dame-de-Guadalupe est une basilique catholique consacrée à la Vierge de Guadalupe, située sur la colline de Tepeyac, dans la delegación Gustavo A. Madero de Mexico.

15 à 20 millions de pèlerins se rendent tous les ans à la Basilique Notre-Dame de Guadalupe de Mexico (dont près de la moitié les jours précédant le 12 décembre, fête de la Vierge de Guadalupe), ce qui en fait le monument catholique le plus visité avec la cathédrale Notre-Dame de Paris et après la cité du Vatican[1].

Elle expose la tunique de Juan Diego Cuauhtlatoatzin où s'est imprimée l'image de la Vierge Marie, à la suite de son apparition à ce berger.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction du temple commença en 1531 et ne fut terminée qu'en 1709. Il reçut en 1749 le statut de Collégiale puis en 1904 celui de basilique par le Pape Pie X.

En 1921 une bombe cachée dans un vase près de l'autel explosa et endommagea énormément l'intérieur du bâtiment. Mais heureusement, la tunique ne souffrit pas de l'incident.

Cependant, la basilique menaçait toujours de s'effondrer en raison du sol très meuble et du poids du bâtiment. C'est pourquoi on décida de la création à côté d'une nouvelle basilique. La nouvelle Notre-Dame-de-Guadalupe fut inaugurée le . Elle a été conçue par l'architecte mexicain Pedro Ramirez Vázquez (es).

L'ancienne doit subir des travaux de restauration pendant plusieurs années et elle n'est que très partiellement ouverte au public depuis 2008.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments religieux avoisinants[modifier | modifier le code]

Couvent des Capucines[modifier | modifier le code]

L'ancien couvent et église des Capucines de Santa Maria de Guadalupe est un temple situé sur le côté est de l'église du Christ-Roi. Il a été conçu par l'architecte Ignacio Castera sur les terres données par Salvador Beltran et construit entre 1792 et 1797. Fondé par la sœur Maria Ana, le couvent fut occupé par les capucines mères de Sainte-Marie de Guadalupe jusqu'au 26 février 1863. À travers l'histoire, l'édifice a accueilli la Très Sainte Vierge de Guadalupe pendant la fermeture de l'église principale pour motifs de rénovation. En raison de l'instabilité du sous-sol, une partie de la construction s'est enfoncée, nécessitant des réparations entre 1976 et 1982 qui permirent d'estomper l'inclinaison sans la corriger complètement. Le plancher du couvent n'est ainsi toujours pas au niveau.

Musée de la Basilique de Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Le musée inauguré en 1941 dans l'aile nord de l'ancien Couvent des Capucines abrite une importante collection d'art néohispanique composé de près de 4000 biens culturels, dont plusieurs sont uniques et irremplaçables, incluant des peintures, sculptures, bijoux, orfèvreries, etc. Il possède des œuvres des peintres les plus importants de la Nouvelle-Espagne, en particulier celles de Cristóbal de Villalpando, Miguel Cabrera, Matías de Arteaga y Alfaro, Juan Correa, Juan Cordero, José de Ibarra, Sebastián López de Arteaga, Nicolás Rodríguez Juárez, Baltasar de Echave Ibía y José de Alcíbar.[2] Le vestibule contient plus de 2000 ex-voto dédiés à la Vierge de Guadalupe et sert de lieu d'expositions temporaires.

Temple expiatoire du Christ-Roi (ancienne Basilique de Guadaloupe)[modifier | modifier le code]

La construction du temple commença le 25 mars 1695 avec le placement de la première pierre, et fut achevée en avril 1709. Le nouveau temple à la Vierge fut conçu par l'architecte Pedro de Arrieta. Il contient quatre tours octogonales à chaque coin, quinze arches et une coupole octogonale avec lanterne couverte de tuile talavera jaune et bleu. En 1749, il a reçu le titre de l'église collégiale, une désignation qui permet la gestion partorale et administrative par un groupe de prêtres appelés « chapitre ».

Au début du XIXe siècle, dû à la construction du Couvent de Capucines sur le flanc est, le temple fut gravement endommagé, et les réparations entraînèrent un changement total à l'intérieur. Le style baroque fut remplacé par le néo-classique, dont un autel dessiné par José Agustin Paz et Manuel Tolsá. Dû à la désignation en 1887 par Léon XIII du Couronnement pontifical Vierge, la construction reprit sur le sol fragile et le temple fut altéré de nouveau, substituant au retable au l'autel de marbre blanc de Carrare dessiné par Juan Agea Salome Pina et sculpté par Carlo Nicoli, recouvert d'un dais de colonnes de granit écossais de quatre tonnes chacune et un dôme de bronze. L'intérieur du temple fut aussi restauré, agrandi et redécoré, et peintures monumentales illustrants des passages de l'histoire Guadalupana furent placées en ses murs. Les travaux furent achevés le 12 octobre 1895.

En 1904 l'église fut élevée au rang de basilique. Le 14 novembre 1921, une bombe y fut placée dans le but de détruire l'image sacrée, et par la suite on y plaça une médaille de bronze à l'image du Christ comme témoignage de cet évènement.

À cause des persécutions religieuses durant la Guerre des Cristeros et la période du Maximato, la basilique ferma ses portes en 1926 et fut rouverte au culte en 1929. À l'ouverture une série de travaux de conservation et de restauration au sein du temple commencèrent. Outre la réforme architecturale dans son intérieur conçu par l'architecte Luis G. Olvera, l'intérieur fut entièrement rénové en retirant l'autel et en plaçant au fond de l'abside un nouvel orgue monumental de la maison « Wurlitzer » d'origine allemande reçu en don. De plus, la Chapelle du Sanctuaire fut rénovée en remplaçant son plafond en caisson par trois voûtes décorées de fresques et de médaillons. On y trouve aussi une châsse d'argent fondu et ciselé par Vicente Torres qui reproduit à l'échelle la façade de l'ancien couvent d'Acolman, et un nouveau retable construit avec des morceaux de quelques autres retables. Les travaux furent achevés en octobre 1938.

Il se produit davantage de dommages structurels durant les travaux en raison d'affaissements inégals. Le 12 décembre 1974, le primat archevêque du Mexique, Dario Miranda, béni et posa la première pierre, débutant la construction de la nouvelle basilique. Le temple fut consacré solonellement le 12 octobre 1976, et l'image de la Vierge fut transférée au nouveau temple, et l'ancienne Basilique de Guadaloupe ferma ses portes pendant 24 ans.

En 1979, le INAH commença un processus de récupération de l'édifice, et réussit à le niveler et en éviter la perte. En 2000, les étapes principales terminée, le temple rouvrit ses portes sous le nom de Temple expiatoire du Christ-Roi.

À ce jour, cette enceinte est en cours de rénovation: les férules en béton recouvrant huit colonnes à l'intérieur ont été retirées, on y a installé plancher de marbre de couleur vert et café semblable à celui qui s'y trouvait auparavant, on a terminé la restauration et l'éclairage de la Chapelle du Sanctuaire ainsi que des six peintures monumentales et des vitraux de la maison Victor Marco. En 2009, pour marquer l'ouverture et la célébration du tricentenaire de la consécration, on employa le nouvel éclairage extérieur reçu en don. L'horloge et l'orgue, les trésors monumentales qui s'y trouvent, furent réhabilité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David W. Dent, Encyclopedia of Modern Mexico, Scarecrow Press, , p. 296
  2. (es) « Museo de la Basílica de Guadalupe », sur http://basilica.mxv.mx/web1/-home/index.html (consulté le 27 septembre 2013)

Sur les autres projets Wikimedia :