Barrage d'Ilısu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Barrage d'Ilisu
Image dans Infobox.
Emplacement du barrage d'Ilısu en Turquie
Géographie
Localisation
Coordonnées
Cours d'eau
Objectifs et impacts
Vocation
Date du début des travaux
Date de mise en service
Barrage
Type
Hauteur
(lit de rivière)
135 m
Longueur
1 820 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Réservoir
Nom
Ilısu Reservoir (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Volume
10 km³
Superficie
527 km²
Centrale(s) hydroélectrique(s)
Puissance installée
1 200 MW
Production annuelle
3,883 TWh/an
Localisation sur la carte de Turquie
voir sur la carte de Turquie
Arch dam 12x12 s.svg

Le barrage d'Ilisu est l'un des barrages prévus dans le projet d'Anatolie du Sud-Est. Il sera construit sur le Tigre en Turquie et devrait constituer le plus grand barrage du projet. La capacité prévue du réservoir devrait dépasser les 10 milliards de mètres cubes. L'usine hydroélectrique devrait fournir une capacité de 1 200 MW. Sa construction devrait coûter 1,52 milliard de dollars. C'est l'un des plus importants investissements de l'histoire de la République turque. Envisagé depuis au moins les années 1950, le projet ne se concrétise qu'à partir de 2006 et les travaux commencent réellement à partir de 2008. Elle est gérée par la Direction des travaux hydrauliques de l’État (Devlet Su İşleri)[1].

Cette construction entrainerait l'engloutissement de la ville antique de Hasankeyf (qui compte de nombreux trésors archéologiques) et le déplacement de 60 000 personnes. De nombreux monuments et artefacts de Hasankeyf ont été transportés dans un nouveau musée et les déplacés ont été relogés dans de nouvelles habitations[1].

Le projet, longtemps retardé, notamment après que des investisseurs européens (allemands, suisses et autrichiens) se sont retirés, critiquant le non-respect des normes environnementales, souhaite être mené à son terme par le gouvernement turc. Il entre dans le cadre d'une politique de grands travaux. Cela lui permettra également de contrôler le débit de fleuves de Mésopotamie se déversant ensuite en Syrie et en Irak, et par exemple de faire pression sur les Kurdes[2]. Des attaques armées ont été menées contre le projet par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK)[1].

Le barrage a été rempli en 2019. Sur les six turbines que compte le barrage, la première a été testée le 23 avril 2020 (fête nationale turque) et mise en route le 19 mai de la même année pour commencer à produire de l’électricité[1].

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (tr) « Ilısu Barajı'nda enerji üretimi yarın başlanıyor », sur trthaber.com, (consulté le 19 mai 2020)
  2. Thierry Oberlé, « Naufrage annoncé sur les eaux du Tigre turc », Le Figaro, samedi 4 / dimanche 5 juin 2016, page 5.