Bains municipaux de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bains municipaux de Strasbourg
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Fondation
Architecte
Fritz Beblo (création), François Chatillon (restauration)
Propriétaire
Ville de Strasbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Logo monument historique Inscrit MH (2000)
Logo monument historique Classé MH (2017, les façades et toitures du bâtiment des bains, y compris l'escalier principal avec ses lampadaires, solarium, les cours anglaises de la façade principale et le sol s'étendant entre la rue des Bains et le bâtiment des bains, avec les balustrades les bordant, les façades et toitures du bâtiment des bains médicaux avec ses deux cours en contrebas, les façades, toiture et cheminée du bâtiment de la chaufferie, ainsi que la portion d'origine du mur d'enceinte, les intérieurs suivants : au rez-de-chaussée du bâtiment des bains : la rotonde d'entrée avec ses dégagements, les deux bassins de natation avec leurs dégagements, douches, pédiluves, vestiaires y compris la robinetterie d'origine, au premier étage du bâtiment des bains : la totalité des installations des bains romains, et dans l'aile Est trois cabines de bains avec baignoire d'origine, y compris la robinetterie d'origine, au rez-de-chaussée du bâtiment des bains médicaux : la grande salle d'hydrothérapie, y compris les deux piscines, les douches et la robinetterie d'origine, situées 10, boulevard de la Victoire)
Localisation
Pays
Région
Collectivité territoriale
Département
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Strasbourg
voir sur la carte de Strasbourg
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Bas-Rhin
voir sur la carte du Bas-Rhin
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Les Bains municipaux de Strasbourg sont un établissement municipal de bains publics installé boulevard de la Victoire dans le quartier de la Neustadt à Strasbourg.

Les bains ont été construits entre 1905 et 1908 par l’architecte allemand Fritz Beblo et sont inscrits au titre des monuments historiques en 2000 et classés en 2017. Ils sont réhabilités en 2019-2021 par l’architecte François Chatillon.

Ils hébergent deux bassins, des bains romains avec saunas, hammams et bains d’eau chaude. Les salles de bains et douches publiques initiales sont modifiées lors de la rénovation de 2019-2021 et un espace bien-être est rajouté.

La régie municipale des bains est confiée fin 2021 au groupe Equalia.

Localisation[modifier | modifier le code]

Ce bâtiment est situé au 10, boulevard de la Victoire, dans le quartier de la Krutenau, près de la Neustadt allemande de Strasbourg.

Historique[modifier | modifier le code]

La création d'un établissement de bains publics pour la saison hivernale est au cœur des enjeux politiques municipaux à Strasbourg depuis les années 1890. Les Bains municipaux (en allemand : Städtische Badeanstalt) de la ville ont été construits entre et auxquels s'ajoute une annexe médicale en [1].

La signification historique de ces thermes est incontestable : il s’agit des derniers bains municipaux datant de la période wilhelminienne qui restent en usage et qui n’ont subi aucune modification majeure depuis leur construction.

L'édifice fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis 2000 et d'un classement depuis 2017[2].

Fin 2018, les bains sont fermés pour rénovation. En novembre 2021, l'établissement rouvre dans une version restaurée et rénovée.

Rénovation[modifier | modifier le code]

Dès 2015, un projet de rénovation se profile et une partie des activités cesse[3].

De fin 2018 à 2021, les Bains municipaux de Strasbourg sont fermés pour une rénovation d'envergure d'un coût de plus de 40 M€ entièrement financée par la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg[4].

Les travaux sont pilotés par la SPL Deux-Rives pour la Ville de Strasbourg, menés par Eiffage Construction Alsace associé aux agences Chatillon Architectes et TNA Architectes, ainsi qu’au bureau d’études Quadriplus.

Ils visent à restaurer le patrimoine architectural et moderniser l'établissement en matière de normes techniques et environnementales. Ainsi la consommation d’énergie thermique et électrique est réduite de 41% et la consommation d’eau de 82%, passant de 850 litres d’eau environ par baigneur à 150 l. L'aménagement de nouveaux espaces et la réalisation d'extensions de la partie bien-être élargit l'offre.

La rénovation des Bains municipaux de Strasbourg s'achève en automne 2021 et l'établissement, dont la régie est désormais assurée par le groupe Equalia, rouvre ses portes le 8 novembre 2021[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

Issu d’un projet sanitaire et social que l’empire allemand avait déployé sur son territoire, la construction s’est terminée en 1908 et est l’œuvre de Fritz Beblo, architecte en chef de la ville de l’époque. Le batiment associe le béton armé, une approche moderne pour l'époque, mais évoque aussi dans les formes retenues et la décoration intérieure, aussi bien l'architecture néo-classique (colonnades, etc) que le répertoire néorégionaliste. Il comprenait des douches publiques, deux piscines, des bains romains et divers espaces de sociabilité. L'opération de rénovation, menée de 2018 à 2021/2022, a conservé ces équipements en respectant l'architecture initiale, les matériaux, les peintures murales et les couleurs. Elle a adjoint également de nouveaux aménagements : une salle de fitness, une cuisine pédagogique, un spa ainsi que tout un complexe de saunas, de bains et douches dont une douche de flocons de neige et un bassin nordique. L’eau de ce bassin nordique, chauffée à 30 °C en hiver, permet de se baigner à l’air libre en plein cœur de la ville. L'ensemble comprend une cour et un jardin[6].

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

En 1984, dans le cadre du festival Musica, le chœur vocal Harmonic Choir donne un concert, sur l'eau dans la piscine des bains municipaux[7].

Le 21 septembre 1986, l'œuvre Stimmung de Karlheinz Stockhausen (1968) est donnée par l'ensemble Electric Phoenix, toujours dans le cadre du festival Musica de Strasbourg[8].

Le 18 septembre 2016, le film Les Dents de la mer de Steven Spielberg est projeté dans les locaux de la piscine. Les spectateurs sont assis sur des chaises autour du bassin ou sur des bouées dans l'eau[9].

Fin octobre 2016, le clip de la chanson Madame tout le monde de Patricia Kaas est tourné dans les lieux[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Kostka, « Bains municipaux », dans Roland Recht et Jean-Claude Richez (dir.), Dictionnaire culturel de Strasbourg : 1880-1930, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, (ISBN 978-2-8682-0988-7), p. 70-71
  2. « Bains municipaux de Strasbourg », notice no PA67000046, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Visite des Bains municipaux de Strasbourg, à la piscine de la Victoire. La reconversion d’une partie du site cristallise les passions », Rue89, 19 juin 2015 [1]
  4. La rénovation des Bains municipaux de Strasbourg, Eurométropole Strasbourg, 2021.
  5. Valérie Walch, Les Bains municipaux s’ouvrent sur le XXIe siècle, DNA, 27/10/2021.
  6. Isabelle Regnier, « Les bains publics font du bien au corps et à la ville », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Strasbourg concert aux Bains Municipaux, Alsace soir, 26.09.1984, INA.
  8. Festival Musica, Strasbourg, 1986.
  9. Nicolas Blanchard, Un requin dans la piscine !, DNA, 01/07/2016.
  10. Céline Rousseau, Patricia Kaas tourne un clip aux Bains municipaux de Strasbourg, France Bleu Alsace, 11/11/2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Noëlle Drion, « Les bains municipaux de Strasbourg ou l'éloge du raffinement et de l'hygiénisme pour tous », Annuaire de la Société des amis du Vieux Strasbourg, 2014, no 39
  • Alexis Fassel, « La natation aux bains municipaux de Strasbourg (1920-1950) », in A. Rauch, Sports et loisirs en Alsace au XXe siècle, Revue EPS, Paris, 1994
  • Alain Fuchs, Hélène Kleinhaus, Thibaut Welchlin, Études des bains municipaux de Strasbourg, École d'architecture de Strasbourg, 1998, 50 p. (mémoire)
  • Philippe Grandvoinnet, « Les Bains municipaux de Strasbourg (1894-1911). Dans l'architecture européenne des bains publics », in METACULT, no 4, 2015
  • Alexandre Kostka, « La genèse transnationale des Bains municipaux de Strasbourg », in Communauté urbaine de Strasbourg (dir.), Strasbourg. De la Grande-île à la Neustadt : un patrimoine urbain exceptionnel, Lyon, Lieux Dits, 2013, p. 113-120
  • Malou Schneider, « L'histoire d'un quartier vivant. Les bains du boulevard de la Victoire. L’eau, la beauté et le bien-être », Premières nouvelles de la Krutenau, no 29, été 1986, p. 6
  • (en) Christiane Weber, « Les Bains Municipaux at Strasbourg (1905-1908): An example of cultural and technical transfer between France and Germany », in James W.P. Campbell et al. (ed.), Proceedings of the Second Conference of the Construction History Society Queens‘ College, Cambridge 20-21 March 2014, p. 199-208.
  • Carnet de bains, Regards sur les bains municipaux de Strasbourg, Strasbourg Eurométropole, 2021.
N°1 Un lieu dédié à la santé et au soin
N°2 Nager avec le patrimoine
N°3 Un chef-d'œuvre architectural
  • Giljean Klein et Jean Klein, Inoubliables Bains municipaux de Strasbourg, I.d.l'edition, 2021, (ISBN 2367012369)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]