200 Clarendon Street

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis John Hancock Tower)
Aller à : navigation, rechercher
200 Clarendon Street
John Hancock Tower-02.jpg

200 Clarendon Street, Boston

Histoire
Ancien(s) nom(s)
John Hancock Tower
Architecte
Construction
1968-1976
Usage
Bureaux
Architecture
Style
Hauteur de lʼantenne
241 m
Étages
60
Administration
Propriétaire
Boston Properties (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Massachusetts
voir sur la carte de Massachusetts
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Boston
voir sur la carte de Boston
Red pog.svg

Le 200 Clarendon Street (anciennement John Hancock Tower) est le plus haut gratte-ciel de la ville de Boston dans l'État du Massachusetts. D'une hauteur de 241 mètres, la façade est entièrement vitrée. Cette tour a été construite en 1976 et se situe à Copley Square, loin de la zone de gratte-ciel du centre-ville de Boston.

Description[modifier | modifier le code]

Elle est encore et depuis plus de 40 ans la plus haute construction à Boston et même de toute la Nouvelle Angleterre. Le gratte-ciel mesure 241 mètres de haut (soit 790 pieds) et est composée de 60 étages. L’extérieur du bâtiment est composé de 10 344 panneaux de verre réflecteurs. 

En 1977, l'American Institute of Architects (Institut des architectes des États-Unis) a présenté à l'entreprise un Prix d'honneur national pour le bâtiment et en 2011 lui a conféré le « Twenty-five Year Award » (« Prix des vingt-cinq ans »).

L'adresse de la rue est 200 Clarendon Street, mais les occupants utilisent «Hancock Place» et «200 Clarendon Street» comme adresse postale pour les bureaux dans le bâtiment.

L'assurance John Hancock était à l'origine le principal locataire de l'immeuble, mais la compagnie d'assurance a annoncé en 2004 que certains bureaux déménageraient dans un autre bâtiment neuf, également à Boston, se situant au 601 Congress Street, à Fort Point.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le bâtiment moderne conçu par I.M. Pei contraste avec les bâtiments du 19ème siècle du quartier. À l'époque où il a été construit, la construction d'un gratte-ciel monolithe moderne à Copley Square, un site avec de nombreux bâtiments historiques importants, a suscité un intense débat. La firme d'architecture I.M. Pei et ses partenaires ont proposé une élégante tour de 60 étages avec un mur-rideau en verre, un contraste frappant avec l'église romane du XIXe siècle en face de la rue, l’Eglise Trinity. Une des préoccupations majeures des architectes était l’ombre qui résidait sur cette église, ce qui les a amenés à redessiner les plans de la tour. La combinaison s'avère bien fonctionner : la paroi en verre de la tour John Hancock reflète l'environnement et n'interfère pas avec lui.

I.M. Pei mettait plus tard en œuvre une solution similaire à Paris, où une pyramide de verre est placée au milieu du Louvre historique appelée la Pyramide du Louvre.

Adjacent à la tour moderne de John Hancock se trouve l’ancienne tour de John Hancock de 1947 encore appelée Berkeley Building. Ce bâtiment art déco a un toit en forme de pyramide et est surmonté d'une balise météo. La balise a une couleur différente selon les conditions météorologiques: le bleu clair signifie une vue dégagée, le bleu clignotant signifie que les nuages sont persistants, des signaux rouges réguliers s'observent et un feu rouge clignotant met en garde contre la neige.

Défauts d'ingénierie[modifier | modifier le code]

Le bâtiment était un point de repère très attendu conçu par un architecte très respecté, mais était connu dans les années 1970 pour ses défauts d'ingénierie ainsi que pour ses réalisations architecturales.

L’ouverture du bâtiment a été retardée de 1971 à 1976, et le coût total est monté en flèche de 75 millions de dollars à 175 millions de dollars. C’était un embarras pour l’entreprise, pour les architectes modernistes et l’industrie de l’architecture.

Au cours de la fondation de la tour, des murs de soutenance en acier temporaires ont été construits pour créer l’espace pour la construction. Les murs se déformèrent, cédant à l’argile et à la boue et endommageant les trottoirs et bâtiments voisins, y compris l’église historique de la Trinité à travers la rue St. James. L’église de la Trinité a remporté un procès de 11 millions de dollars pour payer les réparations. 

Durant la construction, le défaut le plus dangereux du bâtiment était ses fenêtres en verre défectueuses qui se détachaient de l'immeuble et s'écrasaient sur les centaines de mètres plus loin. La police a donc dû prendre des mesures nécessaires pour la sécurité et a donc fermé les rues environnantes chaque fois que les vents atteignaient les 72 km/h. 

Les occupants de l’étage supérieur souffraient du mal de mouvement lorsque le bâtiment balançait dans le vent. Pour stabiliser ce mouvement, deux poids de 300 tonnes ont été installés aux extrémités opposées du 58e étage. Le coût de l’amortissement était de 3 millions de dollars. Malgré cet amortissement, les ingénieurs ont découvert que le bâtiment pouvait tout de même tomber sous une certaine quantité de vent. La structure mise en place a donc été jugée instable et quelques 1 500 tonnes d’armatures en acier, coûtant 5 millions de dollars ont été rajoutées pour éviter un tel évènement. 

Histoire[modifier | modifier le code]

Tout en haut de la tour, se trouve un observatoire avec une très large vue spectaculaire et panoramique sur Boston. Ce fût une attraction très populaire. Malheureusement plus personne ne peut y accéder car l’endroit est fermé depuis septembre 2001, suite aux attentats terroristes du 11 septembre de la même année. Il faut désormais se diriger vers le Prudential Tower pour admirer la vue sur Boston.

Les propriétaires du bâtiment citent la sécurité comme motif de la fermeture continue. Ils ont loué le pont pour des fonctions privées et ont exprimé leur intention de le remplacer par plus d'espace de bureau. 

Les fonctionnaires de la ville de Boston affirment que les préoccupations de sécurité sont à discuter, puisque la plupart des attractions similaires ont depuis longtemps rouvert. En outre, ils notent qu'une plate-forme d'observation publique était une exigence pour que les permis de construire originaux puissent bénéficier de la haute tour. Cependant, ils n'ont pas pu localiser la documentation de cette exigence.

En 2006, Broadway Partners avait acquis le bâtiment pour 1,3 milliard de dollars. D’ici 2009, ils avaient cessé de payer les prêts qu’ils utilisaient pour l’acheter, et il est donc tombé dans la saisie. 

Le 30 mars 2009, Hancock Place a été vendue aux enchères pour 660 millions de dollars par un regroupement de société de « Normandy Real Estate Partners » et de « Five Mile Capital Partners ». 

En octobre 2010, Boston Properties a acquis la tour pour 930 millions de dollars. 

Le changement de nom de « John Hancock Tower » à « 200 Clarendon Street » a eu lieu au milieu de l’année 2015, lorsque le bail de la société éponyme a expiré. Il avait été stipulé dans le contrat de location que le bâtiment conserverait le nom de « John Hancock » tant que « John Hancock Financial » était un occupant. 

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :