Bafia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bafia
Bafia
L'hôtel de ville
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Centre
Département Mbam-et-Inoubou
Démographie
Population 55 506 hab. (2005[1])
Géographie
Coordonnées 4° 45′ 00″ nord, 11° 14′ 00″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Région du Centre (Cameroun)
Voir sur la carte administrative du Centre (Cameroun)
City locator 14.svg
Bafia
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Bafia
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Bafia

Bafia est une ville du Cameroun située dans la région du Centre, à 120 km au nord de Yaoundé. Bafia est le chef-lieu du département du Mbam-et-Inoubou. Elle compte environ 55 700 habitants. Elle est la troisième plus grande ville de la région du Centre après Yaoundé et Mbalmayo.

Danseuse bafia
Danse Bafia
Kákámba
Flûte à narine

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Les Allemands, pendant la traversée de la région du Mbam, vont s'arrêter dans le haut-plateau de la région que nous appelons aujourd'hui Bafia. Ne sachant pas comment désigner cette magnifique région, ils vont demander à un indigène qui se trouvait par là, revenant d'une partie de chasse, « comment se nomme cette localité ? ». Le chasseur, qui ne comprenait pas la question, pense plutôt que ses hôtes lui demandent son nom. « ufino yamè yo lomo : Bofia Nkano » (« Je me nomme Bofia Nkano »). D'où le nom de Bafia attribué à la localité.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 55 506 habitants[1], dont 47 471 pour Bafia Ville.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires de la commune urbaine de Bafia de 1965 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2013 « en cours » Max Abraham NWATSOCK RDPC -
2007 2013 Ahmed ISSA RDPC -
2002 2007 Mohamadou MACHIA RDPC -
1996 2002 MOUGAM à RIBOUEM RDPC -
1987 1996 Alphonse MBANGA à DONG RDPC -
1977 1987 Djiberou MACHIA UNC/RDPC -
1975 1977 Pierre MONE MVONDO - Administrateur civil
1971 1975 Aboubakar MBASSA à ZOCK - -
03-70 12/70 Marcel MEDJO AKONO - -
1965 1970 Amos ANONG - -
06-65 08/65 Luc NKENDJOUO - -
1961 1965 Pierre KOTOUO - Administrateur civil

Préfecture de Bafia[modifier | modifier le code]

La préfecture de Bafia a été érigée en 1961. Elle couvrait l'ex-département du Mbam (actuels départements du Mbam-et-Inoubou et du Mbam-et-Kim). Depuis 1992, Bafia est la capitale du département du Mbam-et-Inoubou.
Bafia accueille également un Sous-Préfet qui administre l'arrondissement de Bafia, une commune couvrant le ressort territorial de cette commune. Toutes les administrations centrales du pays sont représentées dans la ville par des délégués départementaux et des délégués d'arrondissement.

Villages[modifier | modifier le code]

Outre Bafia proprement dit, la commune comprend les villages suivants[1] :

Justice[modifier | modifier le code]

Les tribunaux de première instance et grande instance du département ont leur siège à Bafia. La ville dispose également d'une prison et de la présence des services de police et de gendarmerie. Des notaires, huissiers de justice et avocats disposent d'études dans le centre-ville de Bafia.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Lycée Classique et Moderne de Bafia

La ville de Bafia dispose d'un ensemble d'établissements scolaires :

  • l'ENIEG de Bafia (École Normale des Instituteurs de l'Enseignement Général)
  • le lycée classique et moderne de Bafia
  • le lycée bilingue de Bafia
  • le lycée technique de Bafia (Lyteba)
  • le CETIC de Bafia (Collège d'Enseignement Technique Industriel et Commercial)
  • trois collèges d'enseignement secondaire

À ceux-ci, s'ajoutent plusieurs collèges privés et confessionnels, de nombreuses écoles primaires et maternelles publiques et privées.

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital de district de Bafia est la principale structure sanitaire de la ville. Il est doté des principales spécialités (médecine générale, pédiatrie, gynécologie, odonto-stomatologie, chirurgie, etc.). Il est appuyé au plan local par plusieurs centres de santé intégrés au niveau de certains quartiers et villages. Les confessions religieuses contribuent également à cette action de santé publique à travers notamment l'hôpital Protestant de Donenkeng (Bafia) dont la renommée s'étend au-delà des limites de la ville et du département du Mbam-et-Inoubou.

Deux pharmacies privées et les pharmacies des deux principaux hôpitaux permettent un approvisionnement aisé en médicaments essentiels. La ville de Bafia ne compte qu'une morgue installée à l'Hôpital de district. Quelques entreprises de pompes funèbres privées sont installées sur place.

Sports[modifier | modifier le code]

Sport pour tous le dimanche sur la place de l'Indépenance.

Football[modifier | modifier le code]

Bafia club bénéficie d'un stade à sa mesure: le stade Ayem, du nom d'un ancien préfet qui était un fanatique du football. C'est lui qui prit l'initiative de bâtir un stade et de l'offrir aux clubs de Bafia et de ses environs. Bafia club connut ses années de gloire en première division nationale avec la vedette Philippe Michel Mouthe, puis plus tard Bougoli dans les années 1970.

Volley-ball[modifier | modifier le code]

Bafia VB Évolution : Club de volley-ball de Bafia

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Vendeuse de piments
Scène du marché aux légumes
Récolte des ignames dans une ferme locale

La ville de Bafia offre des facilités urbaines élémentaires. Quatre stations services permettent aux habitants de s'approvisionner en carburant et autres consommables pour automobile. Les taxis fonctionnent suivant un service de ramassage. L'on note depuis peu le développement de l'activité de moto-taxi desservant les voies peu accessibles aux voitures et la zone rurale. Les principales artères de la ville sont bitumées. L'éclairage urbain n'est pas convenablement assuré partout.

Route Biatsota-Bafia

Un bureau de poste propose tous les services postaux. Les opérateurs de téléphonie fixe et mobile sont également actifs.

Les services bancaires sont exercés par des établissements de microfinance et de transfert d'argent. Plusieurs restaurants opèrent dans la ville et offrent une carte variée dominée par les mets locaux (kepen ki bazi, kidjane, bitosso, etc.) Un hôtel deux étoiles disposant d'une boîte de nuit (discothèque) et plusieurs autres établissements de moindre envergure assurent l'hébergement des visiteurs. De nombreux bistrots et gargotes complètent le tableau.

Par ailleurs, la ville compte des boulangeries, des boutiques et marchés où l'on peut acheter divers produits vivriers et manufacturés.

La télévision nationale (CRTV), le câble et le satellite ainsi que la radiodiffusion (en FM) nationale, internationale (RFI) et locale permettent de rester en contact avec l'actualité internationale.

Accès[modifier | modifier le code]

Comment se rendre à Bafia ? Bafia n'est joignable que par route. Au départ de Yaoundé, plusieurs compagnies de transport permettent de rallier Bafia par une route goudronnée N4 de 121 kilomètres à partir de la gare routière de Tongolo (nord de Yaoundé).

L'aérodrome de Biamo très actif dans les quinze premières années après l'indépendance n'est plus en état de recevoir des monomoteurs, des bimoteurs ou des hélicoptères.

Au départ de Douala, il convient soit de passer par Yaoundé (360 kilomètres), soit de passer par Bafang et Bangangté ou Bafang et Bafoussam (près de 390 kilomètres environ dans les deux cas). De Douala, des changements de compagnie de transport seront opérés soit à Bafoussam, soit à Bafang.

Religion[modifier | modifier le code]

Une mosquée

La liberté de culte est respectée dans la Commune de Bafia où les religions suivantes se côtoient en parfaite harmonie : islam, catholicisme, protestantisme (plusieurs obédiences), animisme. La répartition des fidèles est la suivante [3]:

  • La population est chrétienne à 54 % ;
  • La population est musulmane à 20 % ;
  • La population est animiste à 23 % ;
  • La population est païenne ou adepte à d’autres religions à 1 %.
Diocèse de Bafia

Le diocèse de Bafia est la circonscription ecclésiastique qui épouse les limites du département du Mbam et qui a à sa tête un évêque qui réside au chef-lieu. Ainsi le nom Bafia devient un déterminatif désignant tous les chrétiens catholiques de la région du Mbam.

Consistoire du Mbam

Cette assemblée réunit tous les pasteurs de la région du Mbam et désigne tous les chrétiens protestants de l’Église presbytérienne camerounaise (EPC) du Mbam et de la province de l’ouest en général.

Consistoire Judée Shalom

Le consistoire Judée Shalom est né de l'éclatement le de l'ancien consistoire Mbam et compte une dizaine de pasteurs et un peu plus de 5 000 chrétiens parsemés dans tous les arrondissements du département du MBAM (Inoubou et KIM). Il a son siège à Kiiki, chef-lieu de l'arrondissement de Kiiki.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Bafia[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. « Histoire de la Commune de Bafia », sur Osidimbea La Mémoire du Cameroun. Encyclopédie, annuaire. Histoire des organisations (consulté le 5 août 2020).
  3. http://cvuc.cm/national/index.php/fr/carte-communale/region-de-lest/112-association/carte-administrative/centre/mbam-et-inobou/501-bafia Site internet CVUC Bafia

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benjamin Bidjoh et Lisette Tchomgui, « Marché de Bafia », in Rapport monographique de douze marchés prioritaires du PNDRT Antenne régionale d'Ebolowa, , p. 9-12
  • Dictionnaire des villages du Mbam, ORSTOM, Yaoundé, , 62 p., [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :