Bœuf de Kobe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bœuf de Kobe
image illustrative de l’article Bœuf de Kobe
Bœuf de Kobe

Utilisation Alimentation humaine
Type de produit Viande
Variétés Viande bovine

Le bœuf de Kobe (神戸ビーフ, Kōbe bīfu?, de l'anglais beef) est l'appellation d'origine d'une production agricole japonaise qui se réfère à une variété particulière de viande de bœuf, provenant de la race bovine tajima (un rameau appartenant à la race wagyu), élevée selon une stricte tradition dans la préfecture de Hyōgo au Japon, dont la ville principale est Kobe. Cette viande persillée est généralement appréciée comme étant savoureuse et tendre.

Dénomination[modifier | modifier le code]

La viande de bœuf de Kobe est aussi appelée Kōbe niku (神戸肉?, littéralement « viande de Kobe ») ou Kōbe-gyū (神戸牛?, voire Kōbe-ushi, littéralement « vache de Kobe ») en japonais[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant l'époque d'Edo (1603-1868), le bœuf de Kobe est réservé à l'empereur, au shogun et aux seigneurs féodaux (daimyo). À partir de 1868 s’instaure dans l’archipel une gastronomie aristocratique issue de la cuisine de Cour, le rendant plus accessible[2].

Malgré de nombreuses viandes bovines américaines étiquetées « Kobe », jusqu'à récemment, le bœuf de Kobe n'était commercialisé qu'au Japon, à part l'exception que constitue Macao[3]. L'exportation vers les États-Unis est autorisée depuis 2012, et vers l'Europe depuis juin 2014[2],[4], mais cette viande bovine demande beaucoup de travail à produire ce qui engendre des prix élevés. En 2015, 20 % de la production est exportée, soit un millier de carcasses[2].

En décembre 2015, à l'instar du melon de Yubari, le gouvernement japonais annonce que l'appellation d'origine « bœuf de Kobe » serait désormais protégée par un label officiel équivalent à l'Indication géographique protégée (IGP) de l'Union européenne[5].

Cuisine[modifier | modifier le code]

Bœuf de Kobe sukiyaki

La viande de bœuf de Kobe peut être découpée en steak, sukiyaki, shabu-shabu, teppanyaki, etc.

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

En 2016, l'alimentation des vaches dévolues à êtres transformées en viande de bœuf de Kobe basée sur de la luzerne déshydratée importée des États-Unis engendre des émissions de gaz à effet de serre pour le transport, et une consommation d'eau excessive dans la vallée impériale qui participe à l'assèchement du fleuve Colorado[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Kobe beef » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Definition of "Hyogo Prefecture produce Tajima-gyu", Kobe Beef Marketing & Distribution Promotion Association
  2. a, b et c Bernard Joo, « Bœuf de Kobé : l’ultime snobisme », Les Échos, le 9 octobre 2015
  3. (en) Larry Olmsted, « Food's Biggest Scam: The Great Kobe Beef Lie», Forbes, le 12 avril 2012
  4. Le bœuf wagyu, haute couture de la cuisine japonaise, AFP sur La Libre.be, le 10 juillet 2014
  5. Japon: le bœuf de Kobe et le melon de Yubari désormais protégés par un label, AFP sur L'Expansion, le 22 décembre 2015
  6. Anne-Sophie Novel, « Colorado, Nil ou Brahmapoutre… des « fleuves frontières » au cœur de la guerre de l’eau », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :