Ave Maria (Vavilov)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ave Maria de Caccini)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ave Maria.

Ave Maria est un aria (aussi connu sous le titre Ave Maria de Caccini) enregistré par Vladimir Vavilov en 1970 sous le titre « Ave Maria - auteur inconnu du XVIe siècle » sous le label Melodiya.

Une identité remise en cause[modifier | modifier le code]

Les musicologues continuent de débattre sur l'éventuelle identité du compositeur demeurée inconnue. Différentes hypothèses ont été émises. La première hypothèse serait que l'Ave Maria aurait été écrit par Caccini à la fin de sa vie, souhaitant un renouveau musical. La deuxième hypothèses est que l'Ave Maria aurait été composé par l'un des élèves de Caccini. Comme il fut enregistré en 1970 par Vladimir Vavilov comme « Ave Maria - auteur inconnu du XVIe siècle », une troisième hypothèse émergea : non celle de la redécouverte d'une pièce oubliée par un musicien faisant un travail de mémoire, mais celle d'un pastiche, d'une supercherie musicale, venant de Vladimir Vavilov lui-même, ayant subi l'influence de compositeurs italiens. Enfin, l'Ave Maria aurait pu être écrit par n'importe quel compositeur demeuré soit dans un anonymat volontaire, soit ayant eu peu de renommé de son époque, soit oublié de l'Histoire musicale. D'autre part, beaucoup de compositeurs habitués à travailler toujours avec les mêmes éditeurs, ne signaient alors plus leurs pièces dans les partitions. C'est ainsi que de très nombreuses pièces demeurent encore officiellement écrites par des "auteurs inconnus" qui font toujours l'objet de recherches. Cet Ave Maria possède des harmonies très proches de celles pratiquées par Luigi Cherubini ou d'autres auteurs italiens entre 1780 et 1830. Enfin, l'auteur aurait aussi put être une femme, obligée, à travers la misogynie des siècles, de demeurer anonyme pour ne pas se voir refuser la publication comme cela était d'usage. Les musicologues ont émis cette hypothèse très plausible après la redécouverte de la majorité des morceaux de Robert Schumann écrits en réalité par Clara Schumann et sa fille ainée, ou des morceaux de Richard Wagner composés par son épouse Cosima Wagner, ou bien d'autres morceaux demeurés officiellement anonymes mais écrits par beaucoup de compositrices non acceptées dans le milieu masculin de l'Art.

Pour les partisans de l'hypothèse qu'il s'agirait d'une composition de Vladimir Vavilov (1925-1973), l'Ave Maria aurait été écrit dans les années 1960. L'Ave Maria a été édité et enregistré dans l'album Musique de luth des XVIe et XVIIe siècles (ru) (1970) comme une œuvre sans attribution (« auteur inconnu du XVIe siècle »). L’attribution à Giulio Caccini (1551-1618) apparaît dans un enregistrement d'Irina Bogatcheva de 1975. Cette attribution est d’autant plus étonnante que cet Ave Maria est éloigné au style du compositeur italien et à celui de son époque. Un compositeur de la Renaissance aurait en effet composé sa musique sur l'intégralité de la prière à la Vierge et non sur les deux seuls mots « Ave Maria ». Quant aux harmonies utilisées, elles correspondent davantage à celle pratiquées par Luigi Cherubini et d'autres artistes entre 1780 et 1820/1830.

Si l'on s'en tient au choix de croire que Vavilov aurait pu composer les pièces de l'album Musique de luth des XVIe et XVIIe siècles, alors dans un souci d'exactitude, cette pièce musicale devrait être réintitulée Ave Maria (dit de Caccini) par Vladimir Vavilov.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

En 1987, l'Ave Maria de Caccini fut enregistré par Irina Arkhipova. Plusieurs années plus tard, la soprano lettone Inessa Galante l'enregistra à son tour en 1994 et 1995. L'ayant entendu en tournée (probablement en Russie), la chanteuse l’aurait transcrite afin de pouvoir l’interpréter lors de ses propres concerts. Le succès obtenu fut immédiat et immense, d’abord dans les pays baltes et en Russie, puis dans le reste du monde. L’œuvre fut par la suite popularisée également par :

Influences[modifier | modifier le code]

  • En 2002, Sasha Lazard, une artiste américaine, dans son album The Myth of Red, s'est inspirée de l'aria pour créer Ode of Innocence, qui est repris en 2004 dans la bande originale du film Modigliani.
  • En mars 2008 est sorti le quatrième album studio de Era, intitulé Reborn, dont la chanson Sinfoni Deo s'inspire de l'Ave Maria de Caccini.

Liens externes (interprétations)[modifier | modifier le code]

Partitions[modifier | modifier le code]