Autres exorcismes à Capharnaüm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Autres exorcismes à Capharnaüm font partie des miracles attribués à Jésus-Christ. Ils sont cités dans trois Évangiles; et sont le symbole de la purification de nos péchés voulue par le Père.

Mosaïque du cinquième siècle du Christ exorcisant des démons, Basilique Saint-Apollinaire-le-Neuf, Ravenne, Italy.

Texte[modifier | modifier le code]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu, chapitre 8, versets 16 et 17 :

« Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète : Il a pris nos infirmités, et il s'est chargé de nos maladies. »

Interprétation[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de miracles, comme la guérison d'un lépreux par exemple, les exorcismes sont des preuves que Dieu veut aider les humains à devenir ses fils. Il veut qu'ils suivent le chemin de la foi[1]. Jésus est venu apporter la Bonne Nouvelle, et, prendre les fautes des croyants, jusqu'à donner sa vie pour la rédemption. Saint Jean Chrysostome cite l'évangéliste Jean sur ce passage : « Le Prophète a, selon moi, particulièrement entendu nos péchés, et dans le même sens que saint Jean dit: " Voilà l’Agneau de Dieu, voilà Celui qui porte le péché du monde. "(Jean, I, 28.) » [2].


Références[modifier | modifier le code]

  1. Homélie du 27 juin 2009 par le Père Joseph-Marie [1]
  2. Homélie 27 sur saint Matthieu de Jean Chrysostome, huitième paragraphe