Augustin Gilbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Augustin Nicolas Gilbert)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gilbert.
Nicolas Augustin Gilbert
Description de l'image Augustin Nicolas Gilbert b012532.jpg.
Naissance
Buzancy (France)
Décès (à 69 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Institutions Hôtel-Dieu de Paris
Académie nationale de médecine
Diplôme professeur agrégé de médecine générale
Distinctions Legion Honneur Commandeur ribbon.svg Commandeur de la Legion d'honneur[1]

Nicolas Augustin Gilbert[2] est un médecin français, né le à Buzancy et mort le à Paris (8e).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille est d'origine modeste, son père Marie Félix était marchand tanneur[3].

Médaille commémorative de la façade de l'Hôtel-Dieu de Paris.

Il fait ses études au lycée de Reims, en étant reçu premier au concours général. Puis il rejoint Paris pour commencer sa médecine.

Il est externe des hôpitaux en 1879, et interne en 1881, reçu second au concours. Il est l'élève de Charles Bouchard, de Paul Brouardel, de Victor Charles Hanot et Georges Hayem.

Il obtient son doctorat en médecine en 1886. Médecin du bureau central[4] en 1888, agrégé en 1889, il est médecin des hôpitaux en 1894, d'abord à l'hôpital Tenon, puis à l'hôpital Broussais[3].

En 1902, il est nommé professeur de thérapeutique en remplacement de Louis Landouzy, et en 1910, professeur de clinique médicale à l'Hôtel-Dieu succédant à Georges Dieulafoy.

Très méthodique, cherchant sans cesse la clarté et la précision, il a été affectueusement surnommé « l'homme-plan » par ses étudiants[5].

Il exerce aussi la médecine privée, rue de Rome à Paris. Il est resté célibataire[3].

Travaux[modifier | modifier le code]

Il décrit en 1898 le syndrome d'hypertension portale en collaboration avec Maurice Villaret, en décrivant aussi un syndrome d'hypotension sus-hépatique[6].

En 1901, avec Pierre Lereboullet (1874-1944), il décrit la cholémie simple familiale[7], connue depuis universellement sous le nom de maladie (ou syndrome) de Gilbert[8], sauf dans les pays germanophones, où elle est appelée maladie de Meulengracht.

En 1903, avec Maurice Herscher (1873-1950), il étudie les pigments biliaires contenus dans le sérum de patients atteints de jaunisse. Il établit que ces pigments proviennent de la dégradation de l'hémoglobine[3].

En collaboration avec Alphonse Marie Baudoin (1876-1957), il met au point le test de l'hyperglycémie provoquée qui permet un diagnostic plus précis et plus précoce du diabète sucré[3].

Il est élu membre titulaire à l'Académie de médecine le 28 novembre 1905[9] .

Éponymie[modifier | modifier le code]

  • adénocancer de Gilbert : cancer du foie sur cirrhose.
  • cirrhose de Hanot et Gilbert : cirrhose hypertrophique alcoolique.
  • maladie de Gilbert ou cholémie familiale: ictère intermittent bénin ; syndrome de Gilbert-Lereboullet.
  • signe de Gilbert : augmentation des urines durant le jeûne dans la cirrhose hépatique[6].

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Officier d'Académie (1899) et de l'Instruction publique (1904).

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

Il a écrit de nombreux ouvrages, le plus souvent en association avec des collaborateurs.

  • Contribution à l'étude du cancer primitif du foie. Paris, 1886. Thèse de médecine.
  • L'opothérapie. Avec Paul Carnot. Paris, 1898. Paris, 1898.
  • De l'ictère familial. Contribution à l'étude du diabète biliaire. Avec J. et P. Castaigne Lereboullet. Bulletin de la Société des médecins des hôpitaux de Paris, 1900, 17: 948-959.
  • La cholémie simple familiale. Avec Pierre Lereboullet. Semaine médicale, Paris, 1901, 11: 241.
  • Les fonctions hépatiques. Avec Paul Carnot. Paris, 1902.
  • La médication phosphorée envisagée au point de vue des échanges nutritifs de l'organisme : (étude critique et expérimentale), avec S. Posternak, Masson (Paris), 1903, 48 p. ; in-8, disponible sur Gallica
  • La syphilis de la moëlle. Avec Lion. Paris, 1908.
  • Bacterioterapia, vacunación, sueroterapia. Avec Paul Carnot. Barcelone, 1909.
  • Lithiase biliaire non compliquée. Barcelona, 1910.
  • Clinique médicale de l'Hôtel-Dieu de Paris. Barcelona, 1913.

Il a également publié :

  • avec Paul Brouardel et Joseph Girode : Traité de médecine et de thérapeutique, 10 volumes, Paris, P. Baillière, 1895-1902.
  • avec Jean-Alfred Fournier(1832-1914) : Bibliothèque rouge de l'étudiant en médecine.
  • avec Paul Carnot (né en 1869) : Bibliothèque verte de thérapeutique.
  • avec Paul-Émile Garnier (1848-1905) : Dictionnaire de médecine, nouvelle édition de Maximilien-Paul-Émile Littré de (1801-1881).
  • avec Paul Yvon (1848-1913) : la nouvelle édition Formulaire pratique de thérapeutique et de pharmacologie (pour la 38e édition en 1911) de Georges Dujardin-Beaumetz (1833-1895).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Carnot: « La Clinique médicale de l'Hôtel-Dieu et l'œuvre du Pr Gilbert », in: Paris médical, 1927, n° 65, p. 381-94, Texte intégral.
  • J. Noir: « M. le Pr A. Gilbert, professeur de thérapeutique à la Faculté de médecine de Paris »Le progrès médical : journal de médecine, de chirurgie et de pharmacie, 1902, série 03,
  • Maurice Villaret: « A. Gilbert », in: La Presse médicale, 1927, N°22, p. 347-8, Texte intégral.
  • « Notices nécrologiques sur M. le Professeur Gilbert (M. Le professeur Gley, Professeur au Collège de France, président de l'Académie de Médecine) pour l'inauguration du monument élevé à la mémoire de A. Gilbert », 3 mars 1928.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cote 19800035/90/11235 »
  2. L'extrait du Registe d'État Civil montre que le premier prénom est "Nicolas" Texte intégral.
  3. a, b, c, d et e Françoise Huguet, Les professeurs de la faculté de médecine de Paris, dictionnaire biographique 1794-1939, INRP-CNRS, (ISBN 2-222-04527-4), p. 202-203.
  4. Le bureau central des hôpitaux de Paris, situé à l'Hôtel-Dieu, était un organe centralisateur des hôpitaux, composé de 20 médecins, 15 chirurgiens et 3 accoucheurs, recrutés par concours, jouant un rôle d'orientation des patients vers divers hôpitaux. Cette fonction servait aussi de « réserve d'attente » pour être ensuite médecin titulaire d'un hôpital en particulier. « Hôtel Dieu de Paris »
  5. Carnot 1927, p. 389.
  6. a et b A. Manuila, Dictionnaire français de médecine et de biologie, Masson, 1970-1975
  7. cholémie familiale dans leDictionnaire médical de l'Académie de Médecine "en ligne"– version 2015.
  8. Gilbert (maladie de) dans leDictionnaire médical de l'Académie de Médecine "en ligne"– version 2015.
  9. Augustin Nicolas Gilbert dans le site de la Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine
  10. « Cote L1133007 »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Augustin Nicolas Gilbert BIU Santé