Attaque à Münster de 2018

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Attaque à Münster de 2018
image illustrative de l’article Attaque à Münster de 2018

Cible Civils
Coordonnées 51° 57′ 51″ nord, 7° 37′ 35″ est
Date
(UTC+1)
Type voiture-bélier
Armes Camionnette
Morts 3 (dont l'assaillant)
Blessés 20
Auteurs Jens R.
Participants 1
Mouvance Inconnue
probablement un problème psychique
piste de l'extrême droite également envisagée

L'attaque de 2018 à Münster a eu lieu le quand une camionnette a renversé plusieurs piétons dans cette ville d'Allemagne[1]. Il y a 2 morts, une trentaine de blessés dont 6 dans un état critique (bilan provisoire). Le conducteur du véhicule s’est suicidé.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'Allemagne avait déjà connu un attentat au camion-bélier, sur le marché de Noël de Berlin, le 19 décembre 2016. L'Allemagne avait également connu un meurtre-suicide très médiatisée en 2015, le crash volontaire du vol 9525 Germanwings.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 7 avril 2018, une camionnette fonce sur le restaurant Kiepenkerl, une institution de la ville de Münster[1]. L'attaque fait plusieurs morts. Le conducteur se suicide par balles ensuite[1].

La police évacue la vieille ville peu de temps après, à la recherche d'explosifs[1]. Des contrôles de police armés sont effectués sur les routes et dans les villes aux alentours de Münster[1].

Bilan[modifier | modifier le code]

Le deuxième bilan fait état de 2 morts (plus l'assaillant) et de 20 blessés dont 6 en danger de mort.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Une manifestation de 1500 Kurdes qui devait avoir lieu le jour-même à Münster est annulée[1].

Réactions[modifier | modifier le code]

Nationales[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : La porte-parole du gouvernement allemand, Ulrike Demmer, tweete : « Terribles nouvelles, nos pensées sont avec les victimes et leurs proches »[1]
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : Le maire de la ville, Markus Lewe, déclare aux journalistes : « Toute la ville de Münster pleure ce terrible événement. Nous transmettons notre sympathie aux proches de ceux qui ont été tués et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés »[2].
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : La ministre fédérale de la Justice, Katarina Barley, twitte : « Tout doit être mis en œuvre afin d'éclaircir le contexte de cet acte »[2].
  • Le ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer commente : «Mes pensées vont aux victimes et à leurs proches et amis. Les polices de Münster et de Westphalie-Rhénanie du Nord travaillent à plein régime pour éclaircir les faits.»[3]
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : La cheffe de file du SPD Andrea Nahles dit : «J'espère les autorités feront rapidement toute la lumière»[3]
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : La chancelière Angela Merkel préfère ne pas réagir à chaud[3].
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : Le parti de droite radicale et anti-immigrée AfD préfère ne pas réagir, sauf sa responsable Beatrix von Storch qui profite de l'attaque pour critiquer la politique sur l'immigration d'Angela Merkel, avant d'être elle-même critiquée car l'assaillant était Allemand[3].

Internationales[modifier | modifier le code]

Enquête[modifier | modifier le code]

D'après les premières informations, le conducteur serait un Allemand né en 1969 connu pour des troubles psychiques[4]. Quelques heures plus tard, la piste terroriste est écartée, et encore plus spécifiquement la piste du terrorisme islamiste[3]. L'enquête découvre que l'assaillant avait déjà tenté de se suicider par le passé[3]. Le lendemain, son nom est partiellement révélé, Jens R[5]. C'était un ancien petit délinquant. Et il entretenait des liens avec l'extrême-droite[5].

Dans la camionnette du crime, les enquêteurs retrouvent le pistolet que Jens R. a utilisé avant de se suicider, un pistolet d'alarme, et une dizaine de gros feux d'artifice dont la poudre peut être réutilisée pour fabriquer des explosifs[6] (c'est ainsi qu'avait été fabriquée la bombe d'un des deux attentats du Marathon 2013 de Boston). Une Kalachnikov RPK désactivée est retrouvée à son domicile[5]'[6].

La police envisage deux hypothèses pour expliquer l'attaque. Ou Jens R. a voulu se suicider en emportant autant de personne que possible afin de médiatiser son suicide[6] - comme lors du suicide du pilote du vol 9525 Germanwings[6]. Ou l'attaque est bien un attentat politique, menée au nom de l'extrême-droite allemande[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g « DIRECT. Allemagne : un véhicule fonce dans la foule à Münster et fait plusieurs morts », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Allemagne : à Münster, un véhicule fonce dans la foule, au moins trois morts et des blessés graves », sur liberation.fr, (consulté le 7 avril 2018)
  3. a, b, c, d, e et f « Münster : après le drame, l'Allemagne résiste à l'emballement », sur lefigaro.fr, (consulté le 8 avril 2018)
  4. « EN DIRECT - Allemagne : un véhicule fonce dans la foule à Münster, le conducteur souffrait de "troubles psychiques" », sur lci.fr, (consulté le 7 avril 2018)
  5. a, b et c « Attaque de Münster : qui est Jens R., le conducteur de la camionnette-bélier ? », sur nouvelobs.com, (consulté le 8 avril 2018)
  6. a, b, c, d et e « Attaque à Münster en Allemagne: la police perplexe face au profil mystérieux de l'auteur », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 8 avril 2018)