Association internationale de la liberté religieuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Association internationale de la liberté religieuse, ou IRLA -- International Religious Liberty Association --, est une organisation non politique qui défend, protège et promeut mondialement la liberté religieuse (un droit de l'homme) des personnes de toutes confessions ou convictions dans le respect de l'ordre public et de la dignité de la personne. Etablie en 1893, c'est la plus ancienne association de défense de liberté religieuse dans le monde[1], [2].

Reconnue par l'Organisation des Nations unies, IRLA prend part chaque année au conseil des droits de l'homme[1]. Son quartier général est à Silver Spring dans le Maryland aux États-Unis. L'actuel secrétaire général d'IRLA est le Franco-Suisse Dr John Graz[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la Guerre de Sécession aux États-Unis, des chrétiens troublés par les ravages du conflit l'interprétèrent comme le signe d'un châtiment divin pour la pratique de l'esclavage et l'échec à reconnaître Dieu explicitement dans la constitution. Ils tentèrent d'inciter le Congrès à voter un amendement reconnaissant le pays comme « une nation chrétienne »[4].

Soucieuse de préserver la liberté de conscience et de culte pour les personnes de toutes religions et convictions, l'Église adventiste du septième jour fonda en 1889, la National Religious Liberty Association -- l'association nationale de la liberté religieuse -- pour défendre le principe de séparation de l'Église et de l'État inséré dans la déclaration des droits des États-Unis, le premier pays à adopter le 17 septembre 1787 une telle disposition dans sa constitution[5]. En 1893, cette association fut rebaptisée International Religious Liberty Association -- l'association internationale de la liberté religieuse (IRLA). Depuis 1946, elle est ouverte aux autres confessions religieuses, à savoir juive, bouddhiste, catholique, protestante, musulmane, etc.[6], [2] Des personnes de diverses confessions et convictions sont membres de son comité.

Les Pères fondateurs de la constitution américaine étaient des chrétiens et des déistes épris de liberté et de tolérance qui établirent une société sur les bases de la liberté civile et religieuse. Thomas Jefferson, le rédacteur de cette constitution, parla d'ériger « un mur de séparation » entre l’Église et l’État[7]. Le gouvernement ne devait privilégier, ni léser aucune religion, les États-Unis étant d'ailleurs une nation pluraliste religieuse. Il écrivit : « J’ai toujours considéré qu’il s’agissait d’une affaire entre l’homme et son créateur, dans laquelle personne d’autre, et surtout pas le public, n’avait le droit d’intervenir »[8].

Organisation[modifier | modifier le code]

Mission[modifier | modifier le code]

IRLA mène une action systématique pour « défendre, protéger et promouvoir la liberté religieuse de tous, et partout ». L'association a pour but de « répandre les principes de la liberté religieuse à travers le monde. Elle défend et protège le droit civil de tous de croire ou ne pas croire ; d'adopter une religion ou une croyance de leur choix ; de manifester leurs convictions religieuses dans la pratique et l'enseignement, soumis seulement au respect de droits équivalents des autres ; de soutenir le droit des organisations religieuses à opérer librement dans chaque pays en établissant et en possédant des institutions d'éducation et de charité ; et d'organiser des filiales locales, régionales et nationales, aussi bien que des séminaires et des congrès »[9].

Principes[modifier | modifier le code]

Dans sa déclaration de principes, IRLA exprime ainsi sa compréhension de la liberté religieuse :

  • La liberté de conscience est un droit naturel et inaliénable (article 18 de la déclaration universelle des droits de l'homme) accordé par Dieu. Elle implique la liberté d'avoir ou pas une religion de son choix, de changer de convictions ou de religion selon sa conscience, de pratiquer sa religion en privé ou en public. Elle inclut la liberté d'opérer de manière appropriée des institutions d'éducation et de charité, de solliciter ou de recevoir des contributions financières volontaires, d'observer des jours de repos et de célébrer des fêtes religieuses, et de communiquer nationalement et mondialement avec d'autres croyants.
  • L'union de l'Église et de l'État est contraire aux intérêts des deux institutions. Les gouvernements doivent protéger les droits des citoyens. En vertu de cela, on leur doit une obéissance respectueuse et un soutien volontaire.
  • La liberté religieuse, et l'élimination de l'intolérance et de la discrimination fondées sur la religion ou les convictions, sont essentielles pour promouvoir la compréhension, la paix et l'amitié parmi les peuples. Elle est résumée dans la règle d'or commune à toutes les grandes religions du monde : « ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le de même pour eux ». Les citoyens doivent utiliser des procédés légaux et honorables pour lutter contre les restrictions de la liberté religieuse, afin que tous puissent jouir de ses bienfaits inestimables[9].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

IRLA a des associations nationales dans 80 pays, et 13 branches régionales couvrant plus de 200 pays. En 2003, IRLA fut reconnue par le conseil économique et social des Nations unies, catégorie II. Elle est représentée à New York et à Genève, et prend part chaque année au conseil des droits de l'homme[1].

Partenaires[modifier | modifier le code]

IRLA collabore avec plusieurs associations de défense de la liberté religieuse :

Direction d'IRLA[modifier | modifier le code]

Secrétaires généraux

  • 1893-1904 - Allen Moon
  • 1904-1912 - K. C. Russell
  • 1912-1913 - William Prescott
  • 1913-1941 - C. S. Longacre
  • 1941-1950 - H. H. Votaw
  • 1950-1960 - A. W. Johnson
  • 1960-1967 - M. V. Campbell
  • 1967-1975 - M. E. Loewen
  • 1975-1980 - W. Melvin Adams
  • 1980-2000 - Bert Beach
  • 2000-2015 - John Graz
  • 2015-Présent - Ganoune Diop

Actions d'IRLA[modifier | modifier le code]

L'action d'IRLA a contribué à l'apaisement de conflits religieux et au rapprochement de communautés religieuses[10]. Elle intervient partout où des confessions religieuses le demandent auprès des instances internationales[11], [12], des gouvernements[13], [14], [15] et des chambres législatives[16], [17], voire des médias[18] pour proposer l'adoption de lois sur la liberté religieuse ou pour inciter à les faire respecter. IRLA reçoit fréquemment la visite d'officiels de gouvernement et de dirigeants religieux du monde entier[19], [20]. Elle organise des congrès mondiaux sur la liberté religieuse qui réunissent les dirigeants politiques, civiques et religieux[21], [22], [23], ainsi que le public[24],[25],[26], et des rencontres avec des experts juridiques[27]. Afin de sensibiliser le public à l'importance de la tolérance, IRLA sponsorise aussi annuellement le dîner de la liberté, réunissant des personnalités du monde politique, civil et religieux connus pour leur engagement dans la défense de la liberté religieuse[28],[29]. IRLA produit l'émission télévisée, Global Faith and Freedom (Foi globale et liberté), qui réunit un panel d'experts sur la liberté religieuse[30].

Le sociologue Régis Dericquebourg observe que les adventistes du septième jour se sont bâtis une réputation pour leurs « combats pour les droits de l'homme »[31]. La revue Libre Sens note le « très vif souci de la liberté religieuse pour laquelle les Adventistes n’ont cessé de militer »[31]. Le Conseil œcuménique des Églises indique : « Depuis le début, les adventistes du septième jour s'affirment comme des défenseurs systématiques de la liberté religieuse pour tous et jouent un rôle de pointe dans la promotion de celle-ci, y compris auprès des Nations Unies »[32].

En juin 2010, James Standish, avocat, collaborateur à IRLA et directeur des relations de l'Église adventiste auprès des Nations unies, a été élu à l'ONU comme secrétaire du comité des ONG sur la liberté de religion ou de conviction[33], [34]. En janvier 2011, John Graz, le secrétaire général d'IRLA, s'est vu attribué la « First Freedom Award » (le prix de la liberté) par le First Freedom Center, un institut mondial de la liberté religieuse, neutre sur le plan religieux et politique, qui l'a récompensé « pour son œuvre non sectaire, ses nombreux écrits et une série de festivals mondiaux de la liberté religieuse »[35].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c About IRLA
  2. a et b « Religious Liberty », Adventist.org.
  3. About John Graz, Secretary-General
  4. E. Syme, Seventh-day Adventist Concepts of Church and State, dissertation doctorale, American University (1969), p.80-87.
  5. Richard Schwarz, Light Bearers to the Remnant, Nampa, Idaho : Pacific Press Publishing Association (1979), p.253.
  6. Fabrice Desplan, « Aperçu dans la presse sur l'AIDLR », 10 août 2006.
  7. Guy Haarscher, La laïcité, (Paris : Éditions, Que sais-je ? 3e édition, 2004), p.102
  8. Nicole Bacharan, Faut-il avoir peur de l’Amérique ?, (Paris : Le Seuil, 2005), p.96
  9. a et b Mission, Purpose and Principes
  10. Par exemple, IRLA a participé à des pourparlers en vue de réconcilier les chrétiens et les musulmans d'Indonésie,
    « IRLA Secretary General Meets Senior Indonesian Religious Leaders », mars 2010.
  11. International Religious Liberty Experts Speak at the U.N. 25 mars 2004.
  12. IRLA Participates in Open Forum with UN Special Rapporteur, avril 2005.
  13. « IRLA Appeals for Religious Freedom in Turkmenistan », avril 2001.
  14. IRLA Deputy Secretary General Promotes Religious Freedom in Romania, septembre 2002.
  15. IRLA secretary general with India's Prime Minister Manmohan Singh
  16. IRLA Secretary General Presents at Briefing in U.S. Senate Office, janvier 2002.
  17. Religious Liberty Dinner Held on Capitol Hill, 7 avril 2003.
  18. IRLA Interviewed by Channel 1 on Afghanistan Situation, août 2001.
  19. Ambassador of Spain Speaks Passionately for Religious Freedom at IRLA HQ, avril 2004.
  20. Vietnam Official Visits International Religious Liberty Association, mai 2004.
  21. International Religious Conference Draws High-level Participation, août 2004.
  22. Moscow, Russia: Religious Freedom Conference, janvier 2006.
  23. Leaders from Religious Freedom Congress Visit President of Ghana, avril 2006.
  24. Religious Freedom Conference Aims to Teach Children Tolerance, décembre 2002.
  25. IRLA Support of the 2008 World Festival of Religious Freedom, septembre 2007.
  26. First Religious Liberty Festival in Jerusalem Draws Hundreds
  27. IRLA Secretary-General Addresses Church State Experts at Laval University, octobre 2003.
  28. United States: Senator Clinton Promotes Religious Freedom Issues at IRLA Event, avril 2005.
  29. Religious Liberty Dinner : Sponsors
  30. Global Faith and Freedom, accès le 14/05/2011.
  31. a et b Régis Dericquebourg, « Ces protestants que l'ont dit adventistes »,
  32. Eglise adventiste du septième jour, Oukoumene, 1er janvier 2006.
  33. Un adventiste élu secrétaire du comité des ONG aux Nations Unies pour la promotion de la liberté religieuse, ANN, 27 juin 2010.
  34. « Un Adventiste nommé secrétaire du comité d'une ONG de l'ONU qui promeut la liberté religieuse », Division interaméricaine, 17 juin 2010.
  35. Un défenseur adventiste de la liberté religieuse se voit attribuer la First Freedom Award, ANN, 19 janvier 2011.