Aquarium de Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Aquarium de Montréal, connu aussi sous le nom d'Aquarium Alcan, était un aquarium public sur l'Île Sainte-Hélène à Montréal. L'établissement fut construit en 1966 pour l'Exposition universelle de 1967 et fut fermé en septembre 1991. L'idée de cette aquarium avait été lancée en 1937 par Jules Brunel et Marcel Cailloux, deux biologistes, et appuyée par l'Association canadienne française pour l'avancement des sciences[1].

Ce pavillon de l'Expo 67 était commandité par la compagnie d'aluminium Alcan, en coentreprise avec la ville de Montréal.

Animaux[modifier | modifier le code]

L'Aquarium de Montréal possédait de nombreux animaux marins, dont des manchots et des dauphins. Ces derniers pouvaient aller dans le Lac des Dauphins, situé à proximité de l'aquarium, à l'aide d'un tunnel souterrain afin de donner des spectacles avec des entraineurs spécialisés.

Le déclin et la fermeture[modifier | modifier le code]

Après une grève des travailleurs en février 1980, deux dauphins sont morts de faim[2]. Les dauphins survivants ont été envoyés à la Flipper's Sea School (maintenant connue sous le nom de Dolphin Research Center (en) ), une attraction basée en Floride.

En 1988, la ville avait l'intention de déménager l'aquarium au Vieux-Port, mais ceci n'a pas eu lieu à cause de la récession du début des années 1990.

Le 15 septembre 1991, l'aquarium ferme officiellement ses portes et certains des animaux, ceux du golfe du Saint-Laurent ainsi que les manchots, sont transférés au Biodôme[réf. souhaitée]. Les poissons exotiques, les reptiles, les requins et autres animaux tropicaux ont été dirigés vers d'autre sites au Canada ou aux États-Unis[réf. souhaitée]. Quatre requins ont été tués[3][réf. insuffisante].

L'ancien site de l'aquarium appartient maintenant au parc d'attraction La Ronde. Le bâtiment de l'aquarium lui-même, partiellement détruit, accueille aujourd'hui un restaurant Lafleur, alors que le cirque marin abrite une maison hantée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Gingras, Pour l'avancement des sciences : histoire de l'ACFAS, 1923-1993, Montréal, Boréal, (ISBN 2890526194, OCLC 30077197, lire en ligne), p. 53
  2. François Lubrina, « La fin pitoyable et tragique des dauphins de Montréal », veterinet.net (consulté le 8 septembre 2010)
  3. The history of dolphins in Montreal, sur Coolopolis (blog)

Liens externes[modifier | modifier le code]