Aparicio Méndez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité politique image illustrant uruguayen
Cet article est une ébauche concernant une personnalité politique uruguayenne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Aparicio Méndez
Carter y Mendez.jpg

Jimmy Carter saluant Aparicio Méndez en 1977

Fonction
Président de l'Uruguay (en)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
MontevideoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique

Aparicio Méndez, né le 24 août 1904 à Rivera (Uruguay) et mort le 27 juin 1988 à Montevideo, est un avocat, ministre et président dictateur de l'Uruguay de 1976 à 1981.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aparicio Méndez fut étudiant en Droit à l'Université de la République à Montevideo. Il se spécialisa dans le Droit administratif.

Il fut membre du Parti National uruguayen.

Aparicio Méndez fut nommé Ministre de la Santé le 13 avril 1961 et occupa cette fonction jusqu'au 16 juin 1964.

Après le coup d'État militaire de 1976, il a été l'un des membres civils du « Consejo de Estado » (Conseil d'État) et fut élu président. Un des premiers actes de son gouvernement fut la privation des droits civiques de toutes les personnes qui ont été impliqués dans les événements politiques entre 1966 et 1973. Le nombre de prisonniers politiques en 1976 était d'environ 6000.

Le 30 novembre 1980, le peuple uruguayen rejette à près de 57,2 % des voix, sa proposition de nouvelle Constitution. En Septembre 1981, le courant modéré représenté par le général Gregorio Conrado Álvarez lui succède à la présidence.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]