Antoine Poidebard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antoine Poidebard
Biographie
Naissance
Décès
(à 76 ans)
Beyrouth
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Antoine Poidebard est un archéologue, prospecteur aérien et missionnaire jésuite français, né le à Lyon et mort le à Beyrouth.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1924, Antoine Poidebard est nommé par les jésuites à l'université Saint-Joseph de Beyrouth où il participe notamment au secours des Arméniens réfugiés ayant fui au Liban le génocide. Une fois à ce poste, il reçoit de la Société de géographie grâce à ses compétences de capitaine observateur de réserve au 39e régiment d'aviation, commandé par le lieutenant-colonel Frédéric Ruby (1883-1970), la mission de rechercher les points d'eau et les canalisations perdues de Haute-Syrie. Antoine Poidebard a donc survolé au cours de plusieurs missions l'Arménie et le Proche-Orient[1].

L'archéologue[modifier | modifier le code]

En 1925, lors de ses vols dans le désert syrien, Antoine Poidebard découvre d'infimes reliefs grâce aux ombres portées au sol par la lumière rasante du soir qui révèlent des structures géométriques. À partir de cette constatation, il devint l'un des premiers prospecteurs aériens connus en cartographiant tout le tracé du limes romain à l'aide des moyens techniques de l'Armée de l'air, initiant ainsi l'archéologie aérienne.

Le prospecteur aérien Raymond Chevallier identifie deux périodes d'étude dans les travaux d'Antoine Poidebard :

Le bilan de son travail s'établit à 550 heures de vol réparties en 250 missions au cours desquelles furent pris des milliers de clichés sur une zone de 1 000 kilomètres sur 300 kilomètres.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Carnet de route d'un aumônier de cavalerie. d'Arménie au front français, -, Paris, Payot, 1919.
  • « La trace de Rome dans le désert de Syrie. Le limes de Trajan à la conquête arabe. Recherches aériennes (1925-1932) », Bibliothèque archéologique et historique du Service des Antiquités de Syrie, tome XVIII, Paris, Geuthner, 1934.
  • « Un grand port disparu : Tyr. Recherches aériennes et sous-marines 1934-1936 », Bibliothèque archéologique et historique du Service des Antiquités en Syrie et au Liban, tome XXIX, Paris, Geuthner, 1939.
  • (avec René Mouterde), « Le Limes de Chalcis. Organisation de la steppe en Haute Syrie romaine », Bibliothèque archéologique et historique, tome XXXVIII, Paris, Geuthner, 1945.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Thiollet, « Antoine Poidebard », in Je m'appelle Byblos, H & D, 2005, p. 256.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lévon Nordiguian et Jean-François Salles (dir.), Aux origines de l'archéologie aérienne. A. Poidebard (1878-1955), Beyrouth, Presses de l'Université Saint-Joseph, 2000.
  • Fabrice Denise et Lévon Nordiguian (dir.), Une aventure archéologique, Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Beyrouth, Éditions USJ, 2003 et Marseille, Éditions Parenthèses, 2004.
    catalogue d'exposition : université Saint-Joseph/USJ-Beyrouth, 2003 et musée de l'Arles et de la Provence Antiques en collaboration avec l'USJ, 2004.
  • Raymond Chevallier, L'avion à la découverte du passé, Paris, Résurrection du passé Fayard, 1964.
  • Exposition aux Rencontres d'Arles, 2004[réf. non conforme].

Liens externes[modifier | modifier le code]