Antoine Girard (sportif)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antoine Girard et Girard.
Antoine Girard

Antoine Girard, né le à Valence, est un aventurier des sports extrêmes et de nature. En , il réussit une performance mondiale en parapente, atteignant l'altitude de 8 157 m en survolant l'un des 14 sommets de plus de 8 000 m de la planète: le Broad Peak[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Né le à Valence (Drôme), il pratique dés son enfance de nombreux sports de nature. Il mène de front une carrière de grimpeur de haut niveau en participant à des compétitions mondiales, et d’alpiniste spécialiste des voies de grandes difficultés de niveau ABO[Note 1].

Il obtient par ailleurs le CAPET d’informatique, qui lui donne accès à un poste d’enseignant à l’université de Grenoble Alpes.

Premières expériences et difficultés himalayennes[modifier | modifier le code]

À 25 ans il entame une carrière d’Himalayiste, principalement dans le Karakoram. Cet épisode est marqué par la malchance et un manque de réussite de ses projets :

  • Expédition en 2004 au Cho Oyu (8 201 m) Himalaya. Son compagnon étant malade, l'expédition abandonne à 7 500 m.
  • Expédition en 2006 au K2 (8 611 m) en solitaire. Abandon sous le sommet après avoir tracé et équipé seul la partie haute de la voie[Note 2].
  • En 2008, Antoine Girard intègre le parapente dans sa pratique de l’himalayisme dans un mode élémentaire et classique : la redescente à l’aide d’un parapente ultra léger. Il projette une trilogie de trois 8000[2] (en compagnie autonome d’Elisabeth Revol) : Broad Peak, Gasherbrum I, Gasherbrum II. Il doit être évacué depuis le Broad Peak suite à une crise d’appendicite aiguë.
  • En 2009. Nouvelle tentative au Broad Peak, il est contraint de redescendre et décolle en parapente de l’altitude 7200m.

Dès lors il se consacre principalement au parapente. Il devient spécialiste des vols de distance, découvrant de nouveaux itinéraires (première du tour du Vercors), 3e de la coupe fédérale de distance de la FFVL 2014. Il se spécialise dans les compétitions de type « marche et vol »[Note 3]. Il obtient deux victoires à l’Air Tour en 2011 et 2014. Sélectionné pour la "Red Bull X-Alps" qui est le championnat du monde des compétitions "marche et vol", il remporte la 3e place en 2013 et la 4e en 2015[3].

Succès de 2015 et 2016[modifier | modifier le code]

Avec Benoit Outters en ils réussissent une première sauvage et originale, la traversée en « marche et vol » de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande (600 km), en solitude et autonomie complète. Arrivés au terme de leur plan initial, ils réalisent le retour[4].

Vue de profil d'un homme en parapente prenant lui-même la photo, une montagne dans son dos.
Ascension du Broad Peak par Antoine Girard le .
Antoine Girard au sommet du Broad Peak 8051m

Mais c’est dans le Karakoram qu’Antoine Girard va accomplir sa plus belle performance. Parti seul en autonomie de Skardu, il parcourt en 20 jours la distance de 1 200 km entre le Nanga Parbat, à proximité de la frontière afghane, et le Baltoro en direction des zones contestées avec l’Inde. Il bivouaque à des altitudes moyennes de 5 000 m, avec deux escales de ravitaillement à Karimabad. Arrivé au pied des 8 000m de Concordia (zone de confluence des glaciers du Baltoro et Godwin-Austen), le , il décolle à 5 000 m et parvient à atteindre les pentes du Broad Peak. Il réussit à gravir celui-ci en passant au-dessus des cordées en route par la voie terrestre, survole le sommet (8 045 m) et atteint l’altitude de 8 157 m[5],[6], performance mondiale jamais atteinte d’ascension volontaire en vol par un pilote de parapente[7]. À l’issue de ce vol de 7 heures où il parcourt 120 km, il revient se poser à proximité de Skardu.

Pour cette performance, il sera nominé aventurier de l'année par le magazine américain National Geographic en [8]. Il poursuit sa carrière en inventant des itinéraires inédits où se combinent alpinisme de haute difficulté et performance en parapente[Note 4],[9] : le Combo Vol Alpinisme[Note 5].

Les 14/, il survole le sommet de l'Aconcagua, 6962 m sommet du continent américain. Ayant décollé des hauteurs au dessus de Santiago du Chili, après un premier survol du sommet, il se pose sous celui-ci vers 6500 m pour un bivouac, avant de redécoller pour un nouveau survol du sommet et gagner les plaines Argentine de la région de Mendoza, réalisant la première traversée de la Cordillière des Andes en parapente et établissant au passage le record de gain d'altitude en un seul vol, soit 5854 m.[10]

Style alpin et autonomie[modifier | modifier le code]

En montagne, l’appréciation des performances nécessite la connaissance des conditions dans lesquelles celles-ci sont réalisées. Les performances décrites ici ont été réalisées en « Style Alpin », sans apport d’oxygène en cordées autonomes voire en solitaire et sans avoir recours à des porteurs ou des sherpas pour ce qui concerne l’himalayisme, et en autonomie sans moyen mécanique pour le parapente.

Le documentaire et le livre Envol vers les 8000[modifier | modifier le code]

Il publie le livre Envol vers les 8000 (édition du Chemin des crêtes).

Il réalise et filme Envol vers les 8000, un film documentaire qui retrace son périple pakistanais et le survol du Broad-Peak. Le film est récompensé de l'Icare d’or et de l'Icare du public lors de la coupe Icare en 2017 à Saint-Hilaire en Isère[11].

Autres films :

  • K2 folie ?
  • Pakistan Airways
  • Ballade chez les Kiwi
  • Le sillage du condor
  • Quand on aime on ne compte pas
  • 8000+

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. ABO, niveau de difficulté maximum en escalade : Abominable.
  2. Ayant ainsi préparé la route du sommet à la célèbre cordée italienne de Nives Meroi et Romano Benet qui le suivaient à 24 heures.
  3. « Marche et vol » est une forme de compétition de longue distance sur plusieurs jours en parapente où le seul moyen de déplacement autorisé aux concurrents est la marche à pied en portant le matériel de vol, et le parapente. Le championnat du monde de cette discipline est la « X-alps » organisée tous les deux ans qui consiste à rallier la Grand-Place de Salzburg (Autriche) au port de Monaco.
  4. Avec Martin Beaujouan 1600 km de marche et vol dans la Cordillère des Andes. Avec Julien Dusserre Combo Vol Alpinisme dans le Langtang. Avec Damien Lacaze poser sous le Spantik
  5. Combo: combinaison de plusieurs disciplines.
  • Références
  1. Dauphiné Libéré 04/08/2016
  2. Dauphiné Libéré 18/4/2008, 20/5/2008
  3. Parapente Magazine Juin 2016, Dauphiné Libéré 3/7/2015, 14/8/2015
  4. Air Born NZ hang gliding paragliding aout 2016, Paraworld Japan Aout 2016, Volo libero Italia Mai 2016
  5. Parapente mag, « Antoine Girard 8157 m », Parapente Mag,‎ , p. 6.
  6. Luc Jourjon, « De zéro à 8000 m en volant », La Montagne et Alpinisme 4-2016 page 15. Revue Nationale de la FFCAM,‎ .
  7. Pakistan Dawn 2016, La liberte N17 Suisse, Cross country Espanol 2016, Paraworld dec 2016, Thermik dec 2016, DHV info oct 2016
  8. « Antoine Girard parmi les aventuriers de l’année de National Geographic », sur ledauphine.com, .
  9. Référence : Parapente +N°455. Parapente +N°46. Dauphiné Libéré 24 aout 2018.
  10. « Parapente Mag », N°183/186,‎
  11. "Les Icares du cinéma : l'Icare d’Or remis à Antoine Girard pour “Envol vers les 8000” par Cécilia Sanchez, France 3 Régions Auvergne/Rhône-Alpes/Isère, 23 septembre 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]