Angelo Morbelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Angelo Morbelli
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Italienne ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Formation
Lieux de travail

Angelo Morbelli, né le à Alexandrie dans la région du Piémont et mort le à Milan, est un peintre italien divisionniste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Angelo Morbelli est né le à Alexandrie dans la région du Piémont[1]. Il est le fils de Giovanni, un fonctionnaire d'État, originaire de Casale Monferrato et de Giovannina Ferraris.

Durant sa toute petite enfance, il révèle une propension musicale marquée, mais à l'âge de sept ans, alors qu'il est au collège de Triverio di Casale, il contracte un mastoïdite qui le conduit à une surdité progressive ; à cause de cette infirmité, ses parents l'orientent vers l'étude du dessin avec un peintre local[2].

À l'Académie des beaux-arts de Brera à Milan, il étudie sous Giuseppe Bertini et Raffaele Casnédi de 1867 à 1876[1].

Il commence à exposer, à Milan puis à Turin. Les thèmes choisis vont de l'histoire au paysage. En 1880, l'exposition du Goethe mourant à Brera est connue du grand public.

Il expose en France et en Angleterre, dès 1882-1884[3].

À partir de 1883, les thèmes picturaux de Morbelli sont orientés vers l'interprétation de la réalité. En particulier, il commence à représenter les personnes âgées hospitalisées dans le Pio Albergo Trivulzio (en), un thème qui lui a toujours été particulièrement cher. Cette année-là, il remporte le prix Fumagalli pour son œuvre Giorni.... ultimi.

Au début des années 1880, il épouse Maria Pagani, qui lui inspire de nombreuses peintures sur le thème de la maternité (il a eu quatre enfants de sa femme).

La technique Morbelli commence peu à peu à adopter la décomposition des couleurs et vers 1890, il embrasse le divisionnisme et se lie d'amitié avec Leonardo Bistolfi et Giuseppe Pellizza da Volpedo.

Il peint ensuite les paysages des rizières de Casale. Après avoir acheté une maison dans le hameau de Colma, près de Rosignano Monferrato, elle devient l'objet de nombreuses peintures. Il se consacre également à la représentation des paysages de montagne, lors des nombreux séjours d'été à Santa Caterina Valfurva.

En 1897, il remporte la médaille d'or à Dresde avec Per Ottanta centesimi et S'avanza. En 1900, il reçoit la médaille d'or de l'Exposition universelle avec Giorno di festa al Pio Albergo Trivulzio.

Avec le nouveau siècle, le thème du Pio Albergo Trivulzio, des paysages marins et des thèmes liés à la maternité et à la vie, a repris.

En 1908-1909, il entre en contact avec Carrà et Boccioni.

Il passe ses dernières années entre les hivers milanais et les étés à Colma et dans le Val d'Usseglio, lieux qui continuent de l'inspirer dans son activité picturale.

Angelo Morbelli meurt le à Milan[4].

Thèmes et technique[modifier | modifier le code]

Il peint des paysages, des paysages urbains, de la peinture de genre, en utilisant la technique divisionniste[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Battello sul Lago Maggiore, 1915, Fondation Cariplo.
Asfissia! (it) (côté gauche).
Asfissia! (it) (côté droit).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Angelo Morbelli », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787)
  2. Canuti 2012.
  3. a b c d et e Dictionnaire de la peinture.
  4. (en) « Angelo Morbelli », sur rkd.nl (consulté le ).
  5. Norman 1977, p. 152

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]