Carlo Carrà

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carra.
Carlo Carrà
Carrà in front of Le Figaro, Paris, 9 February 1912 (cropped).jpg
Naissance
Décès
(à 85 ans)
Milan
Nom de naissance
Carlo Carrà
Nationalité
Activités
Formation
Maîtres
Mouvement
Distinction
Œuvres réputées

Carlo Carrà, né le à Quargnento près d'Alexandrie en Italie, mort le à Milan, est un peintre italien, cofondateur du mouvement Futurisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'âge de 15 ans, il travaille en tant que décorateur mural à Milan où il fréquente musées et galeries et découvre la peinture de Giovanni Segantini.

Entre 1899 et 1900, Carlo Carrà est à Paris pour décorer des pavillons de l'Exposition universelle. Il se familiarise avec l'art contemporain français, notamment, l'impressionnisme.

Il passe six mois à Londres et entre en contact avec des anarchistes italiens exilés.

De retour à Milan, il intègre l'Académie des beaux-arts de Brera où il suit les cours de Cesare Tallone (1906).

En 1910, avec Umberto Boccioni, Luigi Russolo et Marinetti, il signe le Manifeste de la peinture Futuriste.

En 1915, Carrà et Giorgio De Chirico fondent le mouvement Pittura metafisica, reprenant le terme « métaphysique » écrit par Guillaume Apollinaire dans un compte rendu à l'occasion d'une exposition de tableaux de De Chirico au salon d'Automne de 1913 à Paris.

Comme beaucoup d'autres futuristes, Marinetti, le premier, mais aussi le peintre Giorgio Morandi, il est séduit par le fascisme de Mussolini. Il adopte des opinions réactionnaires jusqu'à devenir ultra-nationaliste et irrédentiste.

Outre ses peintures, on compte parmi ses réalisations de nombreux livres d'art. Il a également enseigné à Milan.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Funérailles de Galli l'anarchiste, 1911.
  • La Muse métaphysique, 1917, Pinacothèque de Brera, Milan.
  • Manifestation interventionniste, collage, 1914[1].
  • Les Filles de Loth, 1919, huile sur toile, 110 × 80 cm[2].
  • Le Pin sur la mer », 1921, huile sur toile, 68 × 52,5 cm[3].
  • L'amante dell'ingegnere, 1921, 55 × 40 cm collection Mattioli[4].
  • Canale a Venezia, 1926 huile sur table, 42.5 x 51.5 cm[5]
  • Il navicello (1927), collection privée, Milan[4].
  • Tramonto sui monti, 1927, collection privée[4].
  • Donne al sole, 1932, collection Valli, Florence[4].
  • Le chevalier rouge, 1913
  • Mère et fils

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aurélie Verdier « L'ABCdaire de Dada », Flammarion, 2005, page 8
  2. Gabriele Crepaldi « L'Art moderne 1900-1945 », Gründ, 2006, p. 228
  3. Crepaldi, op. cité, p. 229
  4. a, b, c et d Mazzariol
  5. Museo Cantonale d'Arte, Lugano: Carlo Carrà

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]