André-Antoine Ravrio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André-Antoine Ravrio
André-Antoine Ravrio.jpg

Henri-François Riesener, André-Antoine Ravrio (1759-1814), Paris, musée du Louvre.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Tombe de l'artiste à Paris au cimetière du Père-Lachaise.

André-Antoine Ravrio, né le à Paris et mort dans la même ville le , est un bronzier et goguettier français, auteur de nombreux bronzes, poèmes, chansons et quelques vaudevilles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Reçu maître fondeur en 1777, André-Antoine Ravrio s’installe à son compte en 1790. Il devient célèbre en fournissant des bronzes d’ameublement pour une clientèle prestigieuse, notamment l'empereur Napoléon 1er.

Au côté de Talma, Carle Vernet, Firmin Didot, Désaugiers, Cicéri, il participe aux activités de la Société de la Goguette[1].

En 1805 il publie une chanson : La rue des Bons-Enfants, qui fait allusion à une société bachique dont il est membre et qui paraît être celle de la Goguette. Il a également composé une autre chanson intitulée La Goguette qui témoigne de l'esprit joyeux qui anime cette société.

Il est enterré à Paris au cimetière du Père-Lachaise, 10e division[2].

Son cousin le peintre Henri-François Riesener a peint son portrait aujourd'hui conservé au musée du Louvre.

F.-G.-T de Jolimont écrit en 1821[3] :

« Antoine André Ravrio naquit à Paris en 1759. Son père, habile fondeur, était généralement estimé par sa droiture et ses talents ; et sa mère, appartenait à la famille Riesener, avantageusement connue dans les arts industriels et libéraux.

Ravrio, après avoir dessiné et modelé à l'Académie, se forma à la pratique de son art sous les plus habiles maîtres, et bientôt la perfection de ses ouvrages, ses compositions ingénieuses, ses imitations parfaites de l'antique, étendirent sa réputation dans toute l'Europe. Ses connaissances variées, ses qualités personnelles favorisèrent beaucoup ses relations commerciales, et le firent agréer dans plusieurs sociétés littéraires et de bienfaisance. Toujours traité avec distinction, son excellent cœur, son obligeance, son hilarité lui concilièrent l'estime générale et firent rechercher son amitié.

Livré entièrement à son état, qu'il aimait avec passion, il n'a cultivé les lettres que fort tard et comme délassement. Cependant il a fait jouer plusieurs vaudevilles qui ont eu du succès, et a publié pour ses amis deux volumes de poésies fugitives pleines de facilité, de sentiment et d'esprit. Si Ravrio eût mieux connu ses heureuses dispositions, et qu'il eût eu plus de loisir, on peut croire qu'il aurait marqué parmi nos poètes les plus aimables.

Comme sa vie, sa fin fut celle d'un homme de bien, et le tribut qu'il voulut en mourant payer à l'humanité[4], est devenu un bienfait général par l'application que le savant M. Darcet, qui a remporté le prix, a fait de l'heureux résultat de ses recherches à d'autres professions aussi dangereuses pour ceux qui les exercent, que l'était auparavant celle de bronzier-doreur. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur Martin Dinaux, revu et classé par Gustave Brunet, « Société de la Goguette », in Les sociétés badines, bachiques, chantantes et littéraires : leur histoire et leurs travaux, Paris, Librairie Bachelin-Deflorenne, 1867, pp. 383-385.
  2. François Marie Marchant de Beaumont, Manuel et itinéraire du curieux dans le cimetière du Père la Chaise, Paris, Emler frères, (lire en ligne), p. 104
  3. F.-G.-T de Jolimont, « Ravrio », in Les mausolées français. Recueil des tombeaux les plus remarquables par leur structure, leurs épitaphes ou les cendres qu'ils contiennent, érigés dans les nouveaux cimetières de Paris ; dessinés d'après nature, lithographiés et décrits par F.-G.-T de Jolimont, ex-ingénieur employé au cadastre, auteur de plusieurs ouvrages architectonographiques, Paris, Imp. Firmin-Didot, 1821.
  4. En fondant un prix de trois mille francs pour la découverte d'un moyen qui prévint les dangers de l'emploi du mercure dans la profession de doreur sur métaux. (Note de F.-G.-T de Jolimont)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :