Amatus Lusitanus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Amato Lusitano
Nt-amato-lusitano.jpg
Statue d'Amatus Lusitanus à Castelo Branco
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Amatus Lusitanus (en hébreu Ḥaviv ha-Sephardi), né en 1511 à Castelo Branco (Portugal), mort le 21 janvier 1568 à Thessalonique, est un médecin juif sépharade portugais de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il appartenait à une des nombreuses familles juives de la Péninsule Ibérique forcées à l'époque de se convertir formellement au catholicisme, mais continuant à pratiquer le judaïsme en secret (les marranes ou crypto-juifs, appelés aussi cristãos novos au Portugal). Il fut baptisé sous le nom de João Rodrigues (en latin Johannes Rodericus), mais fut élevé à l'intérieur de sa famille dans la culture juive : le nom juif de cette famille était Ḥaviv (ce qui signifie en hébreu Aimé, en latin Amatus). Dans ses écrits, il mentionne deux frères.

À partir de 1525, il fit des études à l'Université de Salamanque : d'abord les arts libéraux, ensuite la médecine. De retour au Portugal, il y étudia la botanique et y pratiqua la médecine dans plusieurs villes. Mais l'institution de l'Inquisition au Portugal en décembre 1531 rendit la situation des marranes extrêmement périlleuse. En 1534, il alla s'établir à Anvers, où il publia son premier ouvrage, Index Dioscoridis, en 1536. Après plusieurs déplacements, il gagna Ferrare en 1540 ; il y devint professeur d'anatomie et de botanique médicinale à l'Université, alors grand centre des études médicales[1] ; il y côtoya notamment Giambattista Canano[2], et il y pratiqua des dissections. Plusieurs découvertes importantes en anatomie furent alors réalisées par les médecins de Ferrare et de Padoue, sans qu'on sache toujours auquel les attribuer.

En mai 1547, il s'installa à Ancône. En 1550, il fut appelé à Rome auprès du pape Jules III et le traita de la goutte. Mais en mai 1555 fut élu le pape fanatique Paul IV, et entre avril et juin 1556 cinquante-et-un Juifs marranes réfugiés à Ancône furent traduits devant l'Inquisition et vingt-cinq brûlés vifs[3]. Amatus, prévenu de son arrestation imminente, parvint à se réfugier à Pesaro, alors capitale d'un duché indépendant, laissant derrière lui tous ses biens. Peu après, en 1556, il gagna Raguse, en Dalmatie, d'où il avait reçu plusieurs années auparavant une invitation du gouvernement, et en 1559 il s'installa à Thessalonique, dans l'Empire ottoman, où vivait une importante communauté juive, et où il put affirmer son judaïsme à visage découvert. Il mourut dans cette ville d'une épidémie de peste en janvier 1568, âgé de cinquante-six ans. Son compatriote poète (et cousin) Diogo Pires lui composa une épitaphe.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Pages des In Dioscoridis libros enarrationes

Il étudia beaucoup la botanique médicinale, et notamment le De materia medica de Dioscoride, publiant un Index Dioscoridis et Exegemata in duos priores Dioscoridis De materia medica libros à Anvers en 1536, et In Dioscoridis Anazarbei De materia medica libros quinque enarrationes eruditissimæ à Venise en 1553. Il eut le malheur dans ce dernier ouvrage de proposer quelques modestes corrections au commentaire de Pierandrea Mattioli, paru en 1544. Celui-ci lui fit une réponse des plus virulente (Apologia adversus Amathum Lusitanum, cum censura in ejusdem enarrationes) : non seulement il orthographiait malignement son nom « Amathus » (en référence à l'adjectif grec ἀμαθής, « ignorant »), mais il se livrait aussi à des attaques personnelles et antijuives. Amatus aurait écrit une réponse et se plaint d'avoir été censuré[4].

Mais son ouvrage le plus important est intitulé Curationum medicinalium centuriæ septem : il s'agit d'une suite de sept livres décrivant et commentant chacun cent cas médicaux remarquables auquel il avait été confronté ou dont il avait eu connaissance. Il publia les sept centuries en plusieurs fois : la première en 1551, la deuxième en 1552, les troisième et quatrième en 1556, les cinquième et sixième en 1558, la septième en 1561. L'ouvrage rencontra un très grand succès et connut de nombreuses éditions partielles ou totales dans toute l'Europe (éditions intégrales : Lyon, 1580 ; Paris, en trois volumes, 1617 ; Bordeaux, 1620 ; Barcelone, 1628 ; Francfort-sur-le-Main, 1646).

Au début de la cinquième centurie, il indique que dans sa fuite d'Ancône il perdit un commentaire manuscrit du quatrième fen du premier livre du Canon d'Avicenne ainsi que le manuscrit de sa cinquième centurie qu'il refit par la suite de mémoire. D'autre part, il réalisa une traduction en espagnol du Bréviaire d'Eutrope, qu'il dédia à Joseph Nassi, dont il fit la connaissance à Anvers.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joannes Rodericus Castelli Albi Lusitanus, Index Dioscoridis en Candide Lector Historiales Dioscoridis campi, Exagemataque simplicium, atque eorumdem Collationes cum his quae in officinis habentur, ne dum medicis, et Myropoliorum Seplasiariis, sed bonarum artium studiosissimus perquam necessarium opus, Antuerpiae, apud Viduam Martini Caesaris, 1536.
  • Amatus Lusitanus, In Dioscoridis Anazarbaei de Medica materia librum quinque ennarrationes eruditissimae, Venetiis, apud Gualterum Scotum, 1553.
  • Amatus Lusitanus, Curationum medicinalium centuria prima, Florentiae, cudebat Laurentius Torrentinus, 1551.
  • Amatus Lusitanus, Curationum medicinalium centuria secunda, Venetiis, apud Valgrisium, 1552.
  • Amatus Lusitanus, Curationum medicinalium centuriae duae, tertia et quarta, Lugduni, apud Joan. Franc. de Gaiano, 1556.
  • Amatus Lusitanus, Curationum medicinalium centuriae duae, quinta et sexta, cum colloquium de curandis capitis vulneribus, Venetiis,

apud Valgrisium, 1558.

  • Amatus Lusitanus, Curationum medicinalium centuria septima, Venetiis, apud Valgrisium, 1561.
  • Aaron J. Feingold, Three Jewish Physicians of the Renaissance[5]. The Marriage of Science and Ethics, American Friends of Beth Hatefutsoth, New York, 1994.
  • George Hugo Tucker, « Voix d'exil, voies divergentes chez deux Marranes portugais, Diogo Pires (1517-1599) et João Rodrigues de Castel Branco (1511-1568) », Revue des sciences humaines, n° 245, 1997, p. 33-49.
  • Eleazar Gutwirth, « Amatus Lusitanus and the Location of the Sixteenth-Century Cultures », dans David B. Ruderman et Giuseppe Veltri (dir.), Cultural Intermediaries : Jewish Intellectuals in Early Modern Italy, Philadelphie, 2004, p. 216-238.
  • Gershon Lewental, article « Amatus Lusitanus (Amato Lusitano) », Encyclopedia of Jews in the Islamic World, Brill Online, 2012.
  • Yvonne David-Peyre, Le personnage du médecin et la relation médecin-malade dans la littérature ibérique XVIe et XVIIe siècle (Thèse pour le Doctorat ès Lettres), Paris, Ediciones Hispano - Americanas, 1971, 517 p.
  • Luc Dequeker et Vemer Verbeke, The Expulsion of the Jews and their Emigration to the Southern Low Countries (15th - 16th C.), Louvain, Leuven University Press (Mediaevalia Lovaniensia), 1998, 117 p.
  • Ricardo Jorge, Amato Lusitano, Comentos a sua vida, obra e epoca, Lisboa, Edição do Centenário, 1963, 282 p.
  • Maximiano Lemos, Amato Lusitano a sua vida e a sua epoca, Porto, Edições Eduardo Tavarez Martins, 1907, 212 p.
  • Isilda Rodrigues, Amato Lusitano e as perturbações sexuais : Algumas contribuções para uma nova perspectiva de análise das Centúrias de Curas Medicinais, Dissertaçaão para a obtenção do grau de Doutor em Educação, Vila Real, Universidade de Trás-os-Montes e Alto Douro, 2005, 300 p.
  • Carsten L. Wilke, Histoire des Juifs portugais, Paris, Éditions Chandeigne – Librairie Portugaise, 2007, 272 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gabriel Fallope y fut alors étudiant. André Vésale professait à l'Université de Padoue, peu éloignée.
  2. Giovanni Battista ou Giambattista Canano ou Canani (1515-1579, né et mort à Ferrare), lecteur de pratique médicale à l'Université de Ferrare à partir de 1543, auteur d'un traité sur les muscles (Musculorum humani corporis picturata dissectio, 1541).
  3. Joseph, frère d'Amatus, aurait fait partie des victimes.
  4. David B. Ruderman, Jewish Thought and Scientific Discovery in Early Modern Europe, New Heaven, Yale University Press, 1995, p. 307-308.
  5. Les trois médecins juifs dont il est question sont Amatus Lusitanus, Jacob Zahalon et Abraham Zacuto.

Liens externes[modifier | modifier le code]