Almeida Prado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Almeida Prado
José Antônio Rezende de Almeida Prado - im Markgräflichen Opernhaus - Bayreuth (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
São PauloVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Académie brésilienne de musique (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Instrument
Maîtres
Nadia Boulanger, Dinorá de Carvalho (en), Osvaldo Lacerda (en), Camargo Guarnieri, Olivier Messiaen, György Ligeti, Lukas FossVoir et modifier les données sur Wikidata

José Antônio Rezende de Almeida Prado, né le à Santos et mort le [1], est un compositeur et pianiste brésilien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Almeida Prado fait ses premières études musicales à São Paulo avec Dinorá de Carvalho (en), Camargo Guarnieri[2] et Osvaldo Lacerda (en). Il remporte un premier prix au I Festival de Música da Guanabara[2] en 1969 pour sa cantate Pequenos Funerais Cantantes, basée sur un texte d'Hilda Hilst. Il poursuit ses études de composition à Paris avec Olivier Messiaen et Nadia Boulanger de 1970 à 1973 et, brièvement, avec György Ligeti et Lukas Foss à Darmstadt[2].

Dès son retour au Brésil en 1973 il enseigne tout d'abord au Conservatório Municipal de Cubatão, puis à l'Institut des Arts de l'Université d'État de Campinas (UNICAMP), où il crée le cours de musicologie. Il travaille en parallèle sur sa thèse de doctorat intitulée « Lettres célestes, une Uranographie sonore créatrice de nouveaux processus de composition » qu'il présentera en 1986. Il prendra sa retraite de professeur de l'Unicamp en 2000. Cette même année, il composera les Cartes célestes no 8, une symphonie pour violon et orchestre, commanditée par le ministère de la Culture pour la célébration du 5e centenaire de la découverte du Brésil.

Jusqu'à son décès en 2010[2],[3], conséquence du diabète dont il souffrait, Almeida Prado vécut à São Paulo où il donnait occasionnellement des cours de musique et présentait pour la Fondation Padre Anchieta (en), un programme radiophonique sur rádioCultura FM intitulé Kaleidoscópio qui portait sur la musique contemporaine.

Membre honoraire du Centre international de percussions de Genève, le Prix Lili Boulanger lui est décerné deux fois. Une bonne partie de son œuvre est éditée par Tonos Verlag, de Darmstadt.

En , sa cantate Hiléia, Um Mural da Amazônia, basée sur un poème du même nom d'Ives Gandra Martins (pt) est donnée à Carnegie Hall par l'Orquestra Bachiana Filarmônica de São Paulo dirigé par João Carlos Martins[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il écrit aussi bien pour orchestre, musique vocale ou musique de chambre. L'œuvre pour piano est riche de séries originales comme les 18 Cartas Celestes (« Cartes célestes »)[5],[6], souvent jouées en concert par de grands interprètes.

  • Aurora, pour piano et orchestre (1975) Commande du planétarium de São Paulo.
  • Concerto pour piano no 1 (1982–1983) Commande du pianiste Antônio Guedes Barbosa.
  • Concerto Fribourgeois (1985) Commande de Paul et Margrit Hahnloser.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Concerto pour piano no 1, Concerto Fribourgeois ; Aurora - Sonia Rubinsky, piano Minas Gerais Philharmonic Orchestra, dir. Fabio Mechetti (18–22 mai 2019, Naxos 8.574225)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en)/(pt) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en anglais « José Antônio Rezende de Almeida Prado » (voir la liste des auteurs) et en portugais « José Antônio Rezende de Almeida Prado » (voir la liste des auteurs).
  1. (pt) « Morre o compositor e pianista brasileiro Almeida Prado », sur diariodepernambuco.com.br, (consulté le 21 novembre 2010)
  2. a b c et d (en) Paulo Meirelles, « Almeida Prado, compositeur cosmique du XXe siècle », sur The Conversation (consulté le 15 mai 2020)
  3. (pt-BR) AE, « Compositor Almeida Prado morre aos 67 anos em SP - São Paulo - iG », sur Último Segundo, (consulté le 15 mai 2020)
  4. « Unicamp - Sala de Imprensa », sur www.unicamp.br (consulté le 16 mai 2020)
  5. ACCR-Association des Centres culturels de rencontre, « Cartas Célestes, d'après Almeida Prado - temps forts », sur ACCR - Association des Centres culturels de rencontre (consulté le 15 mai 2020)
  6. « La musique pour piano d'Almeida Prado », sur France Culture, (consulté le 15 mai 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]