Allométrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme allométrie a été créé en 1936 par Julian Huxley et Georges Teissier en tant que désignation conventionnelle, en biologie, des phénomènes de croissance différentielle d'organes, de tissus ou d'activité, dans la mesure où ces phénomènes de croissance sont régis par une loi de forme mathématique spécifiée[1],[2],[3].

Formulation[modifier | modifier le code]

Le plus souvent les relations d'allométrie s'expriment sous forme de fonction puissance comme suit :

y = kx^{a} \,\! ou, sous la forme logarithmique, \log y = a \log x + \log k\,\!

dans laquelle, a est le coefficient d'allométrie de l'organe, tissu ou activité dont la croissance y est exprimée en fonction de celle, x, de l'organisme auxquels ils se rattachent.

Types d'allométrie[modifier | modifier le code]

On distingue :

  • l’allométrie positive, ou majorante, qui est une croissance relative plus rapide d’une partie d’un organisme par rapport à la croissance globale de cet organisme ;
  • l’allométrie négative, ou minorante, qui est une croissance relative moindre d’une partie d’un organisme par rapport à la croissance globale de cet organisme ;
  • l'isométrie, qui est une croissance relative d’une partie d’un organisme identique à la croissance globale de cet organisme.

Exemples d'allométries[modifier | modifier le code]

  • Il y a une relation entre la taille d'un organisme et la taille de son cerveau. Le diamètre crânien suit donc une loi allométrique.
  • Une allométrie négative entre le crâne et le corps humain est remarquable si l'on étudie l'ontogenèse de l'Homme (diminution de la corrélation taille du crâne / taille du corps, entre l'état nouveau-né et adulte).
  • Chez les chiens on observe une forte allométrie de croissance dans le développement des os crâniens (au niveau maxillaire par exemple), alors que chez les chats, on observera plutôt une croissance isométrique de tous les os crâniens.
  • Il y a aussi une relation entre la masse d'un organisme et sa réserve de graisse notée G : G = 0,033 * (masse)^1,5.

Remarque[modifier | modifier le code]

L'allométrie est une donnée qui n'a de sens qu'à travers une étude statistique : De grands effectifs sont nécessaires pour pouvoir établir l'existence d'une loi allométrique. C'est pourquoi on ne peut l'utiliser pour la comparaison d'individus isolés et aboutir à des raisonnements du type : "Jean mesure 2m, Pierre mesure 1m80, la taille du cerveau suit une loi allométrique, donc Jean a un cerveau plus gros que Pierre".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Huxley J. S. & Teissier G. : Zur terminologie des relativen Grössenwachstums, Biol. Zbl., 56, 381-3, (1936)
  2. Teissier G. : La relation d'allométrie, sa signification statistique et biologique, Biometrics, (4), 1, 14-53, (1948)
  3. Blackstone N. W. : Allometry and relative growth, patterns and process in evolutionary studies, Syst. Biol., 36, (1), 76-78, (1987)