Alfred Daul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alfred Daul
Fonction
Député
Bas-Rhin
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Partis politiques

Alfred Daul, né le à Rœschwoog (Bas-Rhin) et mort à Schiltigheim le , est un homme politique français. Il siège au Palais-Bourbon, comme député communiste du Bas-Rhin de 1936 à 1940.

Origines et engagement politique[modifier | modifier le code]

Alfred Daul est né au nord de l’Alsace dans une famille de petits paysans. Il travaille comme ajusteur et participe à la Première Guerre mondiale, où il est grièvement blessé. Après le conflit, il rejoint la SFIO et opte pour le communisme, lors du congrès de Tours (1920).

Daul siège pendant plusieurs années au bureau de la région Alsace-Lorraine du PCF et au conseil municipal de Schiltigheim. Il fait, par ailleurs, partie de la Fédération unitaire des cheminots. Il se présente, lors des élections législatives de 1932, dans la circonscription de Strasbourg-Campagne. Il est largement battu par le député sortant, Charles Frey (républicain de gauche).

Député du Bas-Rhin[modifier | modifier le code]

Alfred Daul tente de nouveau sa chance, lors des législatives de 1936. Le 3 mai, il l’emporte contre Frey et devient député du Bas-Rhin. Il doit notamment sa victoire à son positionnement autonomiste. Le Front populaire perd en Alsace et l’élu de Strasbourg-Campagne est son unique représentant régional à siéger à l’Assemblée nationale.

Au parlement, Alfred Daul appartient à la commission des Affaires étrangères et à celle d’Alsace-Lorraine. Il décrit les problèmes économiques et sociaux de sa province d’origine et dénonce le national-socialisme. Le 20 février 1940, il est, comme les autres députés communistes, déchu de son mandat.

Seconde Guerre mondiale et Libération[modifier | modifier le code]

Lors du second conflit mondial, l’ancien parlementaire alsacien est plusieurs fois emprisonné pour ses opinions politiques. Début octobre 1939, il est arrêté à Saint Junien, où il s'était réfugié avec sa famille et vivait paisiblement. Il est ensuite transféré à la prison de la Santé, à Paris, pour rejoindre Cornavin, Berliot, Pillot , Croizat et Renaud Jean.[1] Pendant l’été 1940, on l’interne au camp du Sablon-Montignac (Dordogne). La Gestapo l’arrête en septembre. Il est alors déporté au camp de concentration de Schirmeck (Bas-Rhin), jusqu’en 1941. En 1944, on l’y interne à nouveau, puis en Allemagne, à Haslach[2], où se trouvait un camp annexe de Schirmeck[3].

Le 28 octobre 1944, le Conseil des ministres le relève de sa déchéance. Alfred Daul quitte alors la vie politique et meurt à Schiltigheim en 1973.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « l abeille de saint junien du 14 octobre 1939 , numéro 41 », sur saint junien.fr (consulté le 6 avril 2018)
  2. Haslach, Fondation pour la mémoire de la déportation, bddm.org
  3. DAUL Alfred, base de données de la Fondation pour la mémoire de la déportation, bddm.org.

Liens externes[modifier | modifier le code]