Rœschwoog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Bas-Rhin
Cet article est une ébauche concernant une commune du Bas-Rhin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Rœschwoog
La médiathèque.
La médiathèque.
Blason de Rœschwoog
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Canton Bischwiller
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Rhénan
Maire
Mandat
Michel Lorentz
2014-2020
Code postal 67480
Code commune 67405
Démographie
Gentilé Rœschwoogois, Rœschwoogoise
Population
municipale
2 309 hab. (2014)
Densité 237 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 46″ nord, 8° 02′ 06″ est
Altitude Min. 114 m – Max. 120 m
Superficie 9,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Rœschwoog

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Rœschwoog

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rœschwoog

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rœschwoog

Rœschwoog (en allemand Röschwoog) est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

La traduction de Röschwoog en allemand standard devrait être Rosswaage, c'est une balance à chevaux.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur l'axe ferroviaire Strasbourg - Lauterbourg, Rœschwoog est une étape sur la Véloroute Rhin EV 15 (1 320 km) qui relie la source du Rhin, située à Andermatt en Suisse, à son embouchure à Rotterdam.

La commune est baignée par la Moder.

Anciennement Reschwoog sur la carte de Cassini.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est fait mention de « Rosusaco » dans la charte précaire de Hildefride, Philippe-André Grandidier prétend qu'il s'agit de Rœschwoog[1]. Au XVIIIe siècle, Rœschwoog fusionne avec le village de Guisenheim et la nouvelle entité garde le nom de Rœschwoog.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Rœschwoog

Les armes de Rœschwoog se blasonnent ainsi :
« D'azur à l'étoile de huit rais d'or enfermée dans un anneau cousu de sable. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Rœschwoog.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Jean Lorentz    
mars 2008 en cours Michel Lorentz MoDem  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 309 habitants, en augmentation de 7,1 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
690 778 1 164 1 375 1 400 1 446 1 283 1 328 1 287
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 240 1 252 1 300 1 287 1 242 1 232 1 163 1 176 1 246
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 274 1 250 1 202 1 181 1 212 1 288 1 223 1 356 1 253
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 247 1 309 1 421 1 539 1 573 1 905 2 128 2 291 2 309
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de communes en Alsace, Rœschwoog possède des ouvrages de la Ligne Maginot. Depuis 2001, Rœschwoog est le point de départ d'un sentier de randonnée suivant le plus fidèlement possible la ligne Maginot jusqu'à Bitche. Ce parcours long de 100 km part de la gare de la ville et est représenté par un losange jaune. On trouve à Rœschwoog deux cités « villageoises » une près de la gare et une dans la Rue Neuve

Ligne Maginot[modifier | modifier le code]

Casemate de Rountzenheim Nord.
  • Casemate de Rountzenheim Nord :
    • Casemate d'infanterie isolée, à flanquement simple, reliée par galerie avec sa voisine Rountzenheim-Sud avec laquelle elle constitue un couple de casemates. Construite en 1932, elle accueillait un officier, un sous-officier et 15 hommes de troupe.
    • Dimensions au sol hors tout : 19 x 14 mètres. Hauteur 7,50 mètres. Épaisseur du gros œuvre en béton dalle 2 m, murs exposés 2,25 m, murs arrières 1 m.
    • Armement : un canon antichar de 37 mm, deux jumelages de mitrailleuses, 3 FM, un mortier de 50 mm, goulottes lance-grenades.
    • Historique : ouvrage tenu en 1939-40 par un détachement du 68e Régiment d'Infanterie de Forteresse qui a contribué à contenir la pression allemande jusqu'au 1er juillet 1940, soit 6 jours après l'entrée en vigueur de l'Armistice (25 juin 1940).
Casemate de Rountzenheim Sud.
  • Casemate de Rountzenheim Sud :
    • Casemate d'infanterie isolée, à flanquement simple, reliée par galerie avec sa voisine Rountzenheim-Nord avec laquelle elle constitue un couple de casemates. Construite en 1932, elle accueillait un officier, un sous-officier et 15 hommes de troupe.
    • Dimensions au sol hors tout : 19 x 14 mètres. Hauteur 7,50 mètres. Épaisseur du gros œuvre en béton dalle 2 m, murs exposés 2,25 m, murs arrières 1 m.
    • Armement : un canon antichar de 37 mm, deux jumelages de mitrailleuses, 3 FM, un mortier de 50 mm, goulottes lance-grenades.
    • Historique : ouvrage tenu en 1939-40 par un détachement du 68e Régiment d'Infanterie de Forteresse qui a contribué à contenir la pression allemande jusqu'au 1er juillet 1940, soit 6 jours après l'entrée en vigueur de l'Armistice.

Sphinx[modifier | modifier le code]

Sphinx 09-04-2017 (2).jpg Les Sphinx de Roeschwoog

L'origine de deux sphinx à Roeschwoog est entourée de mystère. D'après certaines sources, ils auraient été sculptés au XIXe siècle par un admirateur de Napoléon[7].

La campagne d'Egypte de Napoléon Bonaparte de 1798 à 1799, engendra une mode décorative et architecturale égyptienne dans toute la France. La population de Roeschwoog, connue pour son bonapartisme aurait apprécié que l'un de ses maires, François-Ignace Walter ou Alfred Schmitt-Batiston, commande la sculpture de ces deux sphinx[8].

Les sphinx ont aujourd'hui trouvé leur place devant la mairie du village qui est une maison de maître de style baroque rhénan. Chacun des deux sphinx est posé sur un socle en grès. Sur ces socles apparaissent les noms de Giesenheim et Roeschwoog, les deux villages qui ont fusionné au XVIIIe siècle pour former la commune actuelle.

Les Sphinx de Roeschwoog devant la mairie

Église Saint-Barthélemy[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Alfred Daul (1895-1973) : député du Bas-Rhin (1936-1940) né à Rœschwoog.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]